Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

Macron, la vaseline des enculeurs du peuple ?

10 Juin 2018 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #INDIGNé(e)S, #INDIGNÉ(E)S!, #SOCIOLOGIE, #Psychologie sociale - Psychanalyse

Macron, la vaseline des enculeurs du peuple ?

Macron, la vaseline des enculeurs du peuple ?

J’ai vu ce graffiti en mai 68 alors qu’il ornait les vitres de la fac de Droit de Paris X-Nanterre. La phrase était précisément « le droit bourgeois est la vaseline des enculeurs du peuple ». Plus châtié, maître Jean le dit autrement: « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ».

« Justice pour les riches et les innovateurs » pourrait être le cri de guerre de Macron. Toutes ses réformes vont dans le sens de la défense de ceux qui sont déjà les mieux armés pour faire face aux nouveaux défis d’une mondialisation, placée sous le signe de la...disruption. Le mot préféré de sa seigneurie.

Plus que jamais les déjà riches engrangent la plus-value générée par les salariés appauvris et précarisés :

8 juillet 2018 - Georges Plassat, l’ancien PDG de Carrefour bénéficie à vie d’une retraite de la part de Carrefour, à hauteur de 517.810 euros par an. [ndr - Un SMIC par jour !] Le 15 juin, les actionnaires ont validé la décision du Conseil d’administration d’octroyer à Georges Plassat, 69 ans, une part variable de 896.593 euros, au titre des bons résultats de l’année 2017 chez Carrefour 

« En même temps », on annonce 2000 licenciements chez Carrefour !

Vous l’aurez compris, les enculeurs du peuple, ce sont les sociétés du CAC 40, les banques, toutes les puissances financières. Macron en est la vaseline.

Écoutons-le lors d’une interview à Forbes, aux USA : "Comme je l'ai expliqué à mon peuple, nous sommes au tout début d'une immense transformation globalement due à l'arrivée du numérique, à la disruption digitale, et maintenant à l'émergence de l'intelligence artificielle."

Une analyse que tout le monde fait, qui est presque de l’ordre de l’évidence, mais qui ne justifie en rien ses réformes. Des réformes qui aident les riches, comme s’il fallait leur rendre justice pour leur caractère novateur et pénalisent, précarisent, punissent les plus démunis.

Il poursuit son interview aux USA en accumulant au passage grossiers mensonges :

"Pendant trois ou quatre décennies en France, les gens ont réagi à ce changement en déclarant qu'ils y résisteraient (MENSONGE). Les partis de gauche et de droite ont en fait proposé à notre peuple de se protéger contre les changements (MENSONGE)
…/..."Nous avons besoin de réformer en profondeur, y compris la partie traditionnelle de l'économie. L'agriculture, l'industrie et les services sont déjà totalement disruptés."

Concernant Uber et Rbnb : «"Je veux que mon pays soit ouvert à la disruption et à ces nouveaux modèles ». Une fois encore, répétons le, l’émergence de techniques nouvelles qui bouleversent le monde du travail n’impliquent pas des réformes ultra libérales et la précarisation des plus démunis.

Aucun pays n’a une population homogène, capable de répondre comme par réflexe aux changements rapides. Cela n’existe pas ! Eh oui, Macron, il y a des personnes âgées, des personnes fragiles, des personnes peu diplômées, des malades, des exclus. On n’a pas le droit de leur reprocher ni de les punir.

Et pourtant il y a quelque chose de nouveau avec Macron par rapport à ses prédécesseurs : une agressivité assumée contre les non-productifs, perçus comme des boulets et une aide assumée aux plus aisés, perçus, largement à tort, comme des novateurs.

Regardons de plus près cet amour du riche et cette haine du pauvre qui cohabitent dans ses dernières mesures :

- C’est sans la moindre honte que l’on annonce au bon peuple la suppression de l' « exit tax », qui taxait le déplacement de capitaux vers l’étranger. La disparition de cette taxe devrait faire économiser 800 millions d'euros aux plus fortunés, dès 2019. Merci pour eux, la Vaseline !
Comme si les riches étaient nécessairement novateurs ! Ce n’est évidemment pas le cas.

- Jusqu’à présent 100 % des logements neufs devaient être adaptés au handicap. Désormais, seuls 10 % des bâtiments neufs seront obligatoirement adaptés aux handicapés (1er juin 2018). Merci pour eux, la Vaseline ! Quels boulets ces handicapés !

-  Les « bétonneurs » vont pouvoir construire sur le littoral dans les « dents creuses », ces espaces non bâtis. Crachant ainsi sur le long combat des défenseurs du littoral contre les promoteurs immobiliers. Merci pour eux, la Vaseline ! Ras le bol de ces écolo gauchistes !

- Fin de l’objectif de 25 % de logements sociaux dans chaque commune de France. L’adoption de l’article 29 du projet de loi Elan, les organismes de HLM, vont pouvoir vendre leurs logements partout, y compris dans les communes qui en ont déjà très peu, comme  Neuilly, Saint-Cloud, Marne-la Coquette. Et ainsi chasser les pauvres 30 Km plus loin et faire remonter les prix du mètre carré bourgeois. Merci pour eux, la Vaseline ! Ah on respire très cher sans cette promiscuité ! 

- Des rumeurs de suppression de l’ASS ? De fausses fuites pour tester la réaction du bon peuple. Hmm ça râle fort. L’Allocation de solidarité spécifique est jusqu’à présent attribuée aux chômeurs en fin de droit. Dernier rempart contre la clochardisation : 16,48 €/jour, soit 494 € pour un mois de 30 jours. Comment justifier de ruiner les pauvres parmi les pauvres. Merci pour eux, la Vaseline ! Vous verrez, ça les mettra au travail ces fainéants de pauvres, pense-t-il.

- La loi Macron (décret d’août 2016) de simplification des Prud’hommes a des effets désormais connus : 40 % de dossiers en moins sont présentés. Trop compliqué d’arriver avec un dossier parfaitement  ficelé : les plaignants baissent les bras. Merci pour eux, la Vaseline !
Et en plus les sommes potentiellement dues sont désormais plafonnées, on les bien eus !

Macron punit les pauvres parce qu’ils coûtent cher et ne produisent rien. Non content de n’être « rien », ils plombent l’économie ! Un crime majeur qui mérite châtiment. 

Tous ces exemples signent l’ultra-violence du capitalisme financier.

Il existe bel et bien une violence du capitalisme financier bien supérieure à celle, déjà grande, du capitalisme industriel. Le capitalisme industriel, fixé dans l’économie réelle depuis près de deux siècles, était rompu à la négociation, aux syndicats, à un certain doigté volontiers paternaliste, clientéliste. Style Dassault. 

Macron lui, le VRP du capitalisme financier, vit dans l’économie virtuelle : peu importent les humains, seules les courbes sur les écrans disent la réalité, seuls les chiffres parlent. 

Ce capitalisme là ne négocie pas : il défend les riches aussi ouvertement qu’il écrase les pauvres. Et qui plus est il le dit : « J’assume » dit la Macron à longueur d’interviews télé lèchebottiques.

Alors ? Vaseline des enculeurs du peuple, Macron ? Non, même pas de vaseline.

Paul KEIRN
Journaliste

Macron, la vaseline des enculeurs du peuple ?
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article