Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

L'abolition de la chasse à courre en 2018 ? 84% des français sont pour abolir la chasse à courre

31 Janvier 2018 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #Indignés !, #DOCUMENTS à voir ou revoir, #INDIGNÉ(E)S!

L'abolition de la chasse à courre en 2018 ? 84% des français sont pour abolir la chasse à courre

Faudra-t-il que les citoyens contre la chasse à courre, fort de leur large majorité (plus de 8 sur 10), recourent à des procédés agressifs comme les drones ou les restes avariés de cheval*, dont on sait qu’ils provoquent la panique chez les chevaux pour faire interdire la chasse à courre ? 
Gageons que le législateur sache y mette bon ordre en l'abolissant, par la loi, avant que tout cela ne dégénère et que partout cette chasse d’un autre temps, mêlant cruauté et privilèges seigneuriaux, ne devienne partout en France un véritable un trouble à l’ordre public.

*Pendant la première guerre mondiale, les chevaux refusaient d’avancer dès qu’ils sentaient l’odeur des cadavres de leur congénères.

Document du l'excellent collectif AVA (Abolissons la Vénerie Aujourd’hui) - http://ava-picardie.org
6 janvier 2018

Nous nous élèverions à rejoindre les pays d'Europe qui ont interdit la chasse à courre : l'Allemagne en 1952, la Belgique en 1995, l'Ecosse en 2002, le Pays de Galles et même la très traditionnelle Angleterre, en 2007, répondant au peuple anglais, favorable à cette abolition à 76%

LA CHASSE A COURRE : CRUAUTÉ & SURVIVANCE DE L’ANCIEN RÉGIME

M. Alain Drach, la Futaie des Amis (http://www.venerie.org/equipage/equipage-la-futaie-des-amis/)

La « chasse à courre, à cor et à cri » est une chasse particulière, où l’animal est cruellement mordu par des chiens avant d’être saigné au couteau (oh pardon, « servi à la dague » mon bon seigneur).

C’est aussi la survivance des droits de l’Ancien régime (de Henri IV à la Révolution, soit de 1589 à 1789), celui de la royauté, des seigneurs, qui se permettent de poursuivre le cerfs et biches jusque dans votre propre jardin pour l’égorger. 

L’un comme l’autre sont tout simplement inacceptables ! Les citoyens ferons en sorte que cette pratique soit abolie.

La chasse à courre à de nouveau créé la polémique en octobre 2017 avec l'abattage d'un cerf dans une propriété privée d'une petite commune de l'Oise, La Croix-Saint-Ouen, où sévit l’équipage de M. Alain Drach, la Futaie des Amis (http://www.venerie.org/equipage/equipage-la-futaie-des-amis/)

Contrairement à ce que dit le gendarme, la propriétaire déclare (à France 3) : « Ils m’ont appelée en m’informant qu’un cerf était bloqué dans la descente de mon garage, j’ai dit que je ne voulais pas que l’animal soit tué. Ils m’ont répondu «de toute façon, quand les propriétaires ne sont pas là, les chasseurs ont un droit de suite»

Qui plus est, le maire avait pris soin d’interdire la chasse à courre sur sa commune comme le montre le document suivant. Comme toujours la grande bourgeoisie s'affranchit des lois et de la morale qu'elle préconise...Surtout pour les pauvres et les manants, les classes dangereuses.

 

Pour asseoir son bon droit, la noblesse comme la bourgeoisie qui l’a remplacée en 1789, a construit le Droit qui l’arrange : la poursuite d’un animal - « blessé à mort » - n’est plus un acte de chasse si l’animal est blessé à mort avant d'entrer dans votre jardin : c’est un « droit de suite ». (article L420-3 du code de chasse)

Quel plaignant va prouver devant un juge que l’animal n’a pas été blessé à mort avant d’entrer chez lui ? Réponse du droit : « cela reste à l’appréciation du juge ». Le pot de terre contre le pot de fer.

QU’EN PENSE LE PEUPLE ? 84 % CONTRE  LA CHASSE A COURRE

Le sondage de l’Ifop des 21 et 22 novembre 2017 auprès d'un échantillon de 1014 personnes selon la méthode des quotas montre que 84% des sondés se disent désormais opposés à la pratique de la chasse à courre, un chiffre en forte hausse par rapport aux 73% de 2005. 
Les femmes y sont opposées à 88% et les hommes à 80%. Les catégories socio-professionnelles supérieures (77%) et employés ou ouvriers (85%), et entre Français étiquetés de gauche (90%) et de droite (79%). Plus largement 82% des sondés désirent que le dimanche devienne une journée non chassée. 

Le verdict est sans appel : plus de 8 personnes sur 10 sont contre la chasse à courre

Incroyables ces manants, n'est-il pas très cher !

Dès lors que 8 personnes sur 10 sont pour l’abrogation d’une pratique, le législateur  (pouvoirs publics, députés, gouvernement) se doit de répondre à cette demande. 

A quand un référendum d’initiative populaire ?

LA CHASSE A COURRE : UN TROUBLE A L’ORDRE PUBLIC

Alors que peut-il se passer en 2018 ? Que la chasse à courre soit l’objet de manifestations permanentes partout en France avec ce qui en découle : disputes, injures, blessures involontaires. Qu’une guérilla s’improvise ! Comme déjà on l’a vu : que les drones perturbent les chevaux jusqu’à la panique ; idem pour les morceaux de cadavre de cheval, avariés, qui rendent les chevaux incontrôlables.

Ou encore que, comme cela a été vu, pétards, fusées, lance-pierres, carabines air comprimé, câbles tendus entre les arbres n’entrent dans la danse ? Faudra-t-il que les plus ardents défenseurs des animaux en arrivent à ces pénibles et coupables extrémités pour que le législateur donne droit à la voix populaire ? Croyons en la sagesse du législateur.

L’action de AVA est exemplaire, notamment par la prise de photos et de vidéo. Montrer à toutes et tous les exactions de ces rassemblement de sadiques mondains appelés « équipages » est sans doute l’arme la plus efficace.

QU’EN PENSENT LES ÉLUS ?

Du côté de la présidence, la volonté de retour vers l’ouverture des « chasses présidentielles », ne laisse guère de doute sur la posture du président Macron.

Nicolas Hulot manifeste des intentions. Seront-elles suivies ?

"cette chasse à courre qui prolonge l’agonie, qui met les animaux dans un état de panique, cela doit nous pousser à nous questionner. Nous sommes en 2017, ces pratiques-là remontent à d’autres siècles"…/...« Quand bien même ces choses-là se seraient faites dans la légalité, la légalité et la moralité ne sont pas toujours associées. Il y a quand même quelque chose de choquant dans le fait qu’on puisse, comme ça, entrer dans une propriété privée »
« J’ai d’ailleurs l’intention d’engager, en 2018, une réflexion sur la condition animale en général car quoi qu’il en soit, il faut limiter au maximum le stress et la souffrance des animaux »

Vas-y Hulot ! On attend des initiatives en cohérence avec ces propos !

Pour sa part , Eric Gaftarnik, secrétaire général de la SPA, « ce débat est déjà sur la place publique depuis longtemps pour dénoncer une pratique féodale cruelle et sadique ». La SPA a déposé plainte pour « sévices graves et actes de cruauté » contre Alain Drach, l'assassin, pardon mon bon saigneur le maître d'équipage, qui a tué le cerf : « Je pense que ce sont les actions en justice qui font avancer le droit et bouger le législateur. C’est une sorte de moyen de pression sur le pouvoir politique »

 le 22 novembre, la sénatrice PS Laurence Rossignol a déposé une proposition de loi, proposition sénatoriale n° 106 (texte de la proposition : https://www.politique-animaux.fr/animaux-de-compagnie/proposition-de-loi-senatoriale-n-106-visant-abolir-chasse-courre-et-rehabiliter) , visant à interdire la chasse à courre en France, à compter du 1er juin 2018.

I. - L'article L. 424-4 du code de l'environnement est ainsi modifié :
1° À la première phrase du premier alinéa, les mots : « soit à courre, à cor et à cri, » sont supprimés ;
2° Il est ajouté un alinéa ainsi rédigé :
« À compter du 1er juin 2018, il n'est plus délivré aucune attestation de meute destinée à l'exercice de la chasse à courre, à cor et à cri. »
II. - Le 1° du I entre en vigueur à compter du 1er juin 2018, date à partir de laquelle la pratique de la chasse à courre, à cor et à cri sera interdite sur l'ensemble du territoire français.
Article 2
À partir de la date mentionnée au II de l'article 1er, la pratique de la chasse à courre, à cor et à cri est punie d'un an d'emprisonnement et de 15 000 € d'amende.

L’ancienne ministre de François Hollande et actuelle sénatrice, Laurence Rossignol, souligne la « grande brutalité de cette pratique » estimant que la chasse à courre « n'est qu'un jeu barbare pratiqué par quelques initiés. » 

Qu’en pensez-vous mes lecteurs ?

A suivre...jusqu'à l'abolition !

ARTICLE DU 11 FEVRIER 2018 : http://www.natures-paul-keirn.com/2018/02/abolition-de-la-chasse-a-courre-actualites-fevrier-2018-on-est-de-plus-en-plus-nombreux.html

Paul KEIRN

Le Collectif pour l'Abolition de la Chasse à Courre (C.A.C.C.) est composé de :

Association Nationale de Défense des Propriétaires Non-Chasseurs (ANDPNC)

Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS)

Association Stéphane Lamart

Comité de Vigilance et d'Action pour le bien être animal (C.V.A.)

Comité Radicalement Anti-Corrida (CRAC)

Convention Vie et Nature pour une Ecologie Radicale (C.V.N.)

Dignité Animale

Droits des Animaux (DDA)

Fédération des Luttes pour l'Abolition de la Corrida (FLAC)

Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation Brigitte Bardot

L214

La Griffe

Le Clan

A.V.A

One Voice

Rassemblement Anti-Chasse (RAC)

Société Nationale pour la Défense des Animaux (SNDA)

Société Protectrice des Animaux (SPA)

 

-o0o-

http://ava-picardie.org

http://ava-picardie.org

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ferrara Patricia 28/10/2019 14:06

Bonjour,
urgent faites une pétition ... obtenez des signatures et faites les valoir au gouvernement ou mieux à la cour européenne ...
C'est d'une insoutenable étise et barbarie qui fait régresser l'être humain dans son état le plus primaire et le plus vil
Courage !