Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

Gilets jaunes - JOUR 47 : BAISSE RÉELLE DU POUVOIR D’ACHAT - le taux inflation est volontairement minimisé : la preuve !

2 Janvier 2019 , Rédigé par Paul KEIRN Publié dans #Indignés !, #Macron

Gilets jaunes - JOUR 47 : BAISSE RÉELLE DU POUVOIR D’ACHAT - le taux inflation est volontairement minimisé : la preuve !

BAISSE RÉELLE DU POUVOIR D’ACHAT DEPUIS DES ANNÉES - le taux inflation est volontairement minimisé par l’INSEE pour faire croire à une hausse du pouvoir d’achat : la preuve !

Je suis comme vous, je découvre ! Je découvre qu’une fois encore on se paie notre tête. Et dans les grandes largeurs. Il faut simplement comprendre que le « taux d’inflation », en résumé l’augmentation des prix, conditionne notre pouvoir d’achat. Qui plus est, c’est le taux d’inflation qui fait que chaque année – automatiquement – les pensions, les allocations chômages et les retraites sont revalorisées. C’est donc important !

D’autant plus important que l’on commence déjà à nous rebattre les oreilles à la télé avec l’affirmation en boucle que «2019 sera l’année du pouvoir d’achat ». Fumisterie ! C’est faux et je vais vous le faire comprendre très simplement.

Toutes les références internet des informations ci-dessous sont en fin d’article.

Qui fait tous ces calculs ? L’INSEE, Institut national de la statistique et des études économiques, qui est en fait une direction générale du...ministère des finances. Bien sûr « on »nous garantit son indépendance, mais le mode de calcul de l’inflation par l’INSEE montre tout le contraire.

Entrons dans le vif du sujet : tous les mois, des milliers de fonctionnaires de l’INSEE relèvent près de 200 000 prix, concernant 1000 articles et dépenses (la liste est secrète). On parle souvent du « panier de la ménagère ». En langage économique c’est IPC, l’indice des prix à la consommation. Les joyeux statisticiens comparent les prix d’un mois sur l’autre pour faire une estimation de la hausse des prix.

Mais, mais mais...L’INSEE « pondère » ces hausses de prix ou n’en tiennent pas compte. 
Ainsi…

► les loyers sont estimés à 6 % de vos revenus ! (alors qu’ils varient entre 25 et 50%)
► Les prêts immobiliers ne sont pas prix en compte , ni les intérêts du capital (parce l’achat d’une maison est un investissement et pas une dépense ! Subtile nuance. Vous dépensez 1000 €/mois pour rembourser votre prêt, mais cela ne compte pas et n’impacte pas votre pouvoir d’achat ! De qui se moque-t-on ?
Un ordinateur est estimé à 50 € par le biais d’une augmentation du service rendu par la machine.
C’est plus subtil : exemple,  un Iphone 6 est plus cher qu’un Iphone 5, mais il apporte des fonctionnalités nouvelles et comme il est plus performant...il n’est pas considéré comme plus cher. Vous l’avez payé plus, mais l’INSEE n’en tient pas compte. 
Et tout est à l’avenant. A vous de creuser (voir références en bas d'article)

Le plus fort c’est que les sites gouvernementaux le disent ! En expliquant bien sûr les raisons de cette minimisation. Voir ce document officiel : https://urlz.fr/8snY
 
«Certaines dépenses n’entrent pas dans l’indice et pourtant elles peuvent peser sur le pouvoir d’achat. C’est le cas des intérêts et des remboursements d’emprunts. D’un côté les taux d’intérêt de nombreux types d’emprunts sont bas depuis plusieurs années et remontent peu, mais l’endettement des Français et, en moyenne, le poids des charges financières dans le revenu, augmentent. Le pouvoir d’achat du revenu disponible, une fois ces charges payées, est plus bas. Mais avant d’influer négativement sur le pouvoir d’achat, ces mêmes emprunts ont permis de l’augmenter, notamment en permettant d’acheter des biens de consommation durables ou un logement ;
    • L’indice des prix à la consommation reflète un panier de biens et services représentatif de la structure moyenne de consommation de l’ensemble des ménages. Mais celle-ci varie sensiblement d’un ménage à l’autre, en fonction de la composition des niveaux de revenu. Par exemple les loyers ne pèsent que 6 % dans le panier de l’Insee. On comptabilise les seuls loyers des locataires qui représentent moins de la moitié des ménages et on ne compte rien pour les propriétaires. Or, la part du loyer pour les locataires représente plutôt de 15 à 20 % de leur revenu » 

Extraordinaire ! Le mensonge à ciel ouvert

C’est dire qu’il faux faire savoir partout que nous voulons le VRAI taux d’inflation, que nous voulons connaître les 1000 « articles » actuellement secrets (sous des prétextes fallacieux). D’année en année on nous a berné sur la vraie baisse du pouvoir d’achat. Et ce n’est pas par hasard qu’on se retrouve aujourd’hui sur les ronds-points avec des gilets jaunes. Il fallait que le couvercle saute ! C’est fait et il n’est pas prêt de se refermer. Plus on creuse, plus on découvre les mensonges qui pénalisent notre vie. Non seulement les retraités doivent voir leurs retraites ré indexées sur le faux taux officiel,  mais nous irons plus loin. Le combat pour le vrai pouvoir d’achat ne fait que commencer. 

RÉFÉRENCES
https://urlz.fr/8snY
https://www.centralcharts.com/fr/gm/1-apprendre/10-dossier-economique/37-analyse-actualite/840-les-chiffres-truques-de-l-inflation
http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/2018/10/11/29001-20181011ARTFIG00001-un-economiste-denonce-le-grand-mensonge-du-calcul-du-pouvoir-d-achat.php
https://marc-blais.com/vrai-taux-d-inflation/
https://youtu.be/GMvzKwW3408 (le grand mensonge)
 

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article