Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

Morilles : essai de recensement des habitats

11 Mai 2010 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #CHAMPIGNONS

morille 9 mai 2010 (4)

L'idée de collecter les photos des biotopes où des morilles ont été découvertes a bien sûr pour but de ne pas laisser la cueillette au seul hasard . Chaque amateur "sent" bien, grâce à son expérience si une zone est propice ou non, mais cela reste plus ou moins empirique. Etre capable d'estimer globalement la "valeur" du biotope, au premier coup d'oeil, fait la différence.

Deux ou trois photos suffisent pour consituer peu à peu une base photographique : une photo générale, ci-dessous à gauche, une clairière avec forêt clairsemée, arbustes, sol humide 90%, limoneux, exposé sud ; une photo en gros plan.

Faites-moi parvenir vos photos afin que je les mette en forme. Un site pourra être consacré à cette approche. Contact !

morille 9 mai 2010 marque (1)

morille 9 mai 2010 (6)

 

morille 9 mai 2010 (2)

Pour les habitants du sud-est de la France, le biotope ci-contre est particulièrement adapté à la présence de morilles. D'abord par la présence d'un arbre fruitier - l'arbousier - qui couvre le sol de ses fruits sucrés chaque année. Ensuite par la présence de cette fleur jaune - Hiéracum murorum ou Epervière des murs (ou l'une de ses dizaines de variétés) , connue pour être une plante en fréquente association avec la morille. Elle est reconnaissable par la bordure dentée de ses pétales (ci-dessous). 

L'intérêt de cette démarche est de pouvoir repérer à 15-20 mètres de distance un biotope favorable. D'une manière générale on retiendra qu'en forêt clairsemée l'attention doit être attirée par les fleurs jaunes à proximité des arbres. En s'approchant, l'identification de l'Epervière doit faire redoubler d'attention. Une approche qui tend à minimiser le hasard dans l'exploration ! (Ce qui n'assure pas, hélas, la présence de morilles, comme ce fut le cas sur cette photo).

GP plante symbiose morille  Epervière des murs - Hieracium murorum
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D


J'ai cru remarquer que les morilles se reforment par le pied après prélèvement, eut-on retrouver des morilles les années suivantes aux mêmes endroits ?


 



Répondre
P


Difficile à dire. Je n'ai pas constaté cela, ni lu qq chose de tel. Pour ce qui est de retrouver des morilles aux mêmes endroits, je le vérifie très souvent. Mais pas à 2mm près. Si les "tâches"
de champignons sont gardées secrètes, transmises de père en fils, c'est bien que le mycelium est là, sous-jacent, et produit (ou non) la partie visible que nous ramassons.



F


les apports apporté  au sol sont très variés dépendant de la nature du sol .


des apports sucrés , les avantage et désavantage des facteurs climatique ;oui  ils peuvent régularisé la pousse des morilles .


 


 


 



Répondre
P


Merci de me le confirmer ! Au total j'ai eu le sentiment qu'il y avait deux grands modes de reproduction (1) naturelle, quand le biotope est "au top" et donc reproduction et (2) la reproduction
"traumatique" (de sauvetage) : incendies, retournement de la terre. Qu'en pensez-vous ?



F


salut !


je cultive les morilles depuis 2005 ;j'ai des résultat interessant .,.,encore quelque année pour démontré la régularité dans les technique de multiplication.,.,.


tu peut voir mes albume photo sur FLICKR YAHOO au nom de fab savoir


et facebook fabien savard


au plaisir  



Répondre
P


Bonjour ! Je comprends mieux. Alors, dites-moi, que pensez-vous de mes conclusions concernant le rapport entre les apports sucrés végétaux et les morilles ?