Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

FUKUSHIMA - 7 avril 2011 - Quoi de neuf N°14 - Dernières nouvelles

7 Avril 2011 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #ENVIRONNEMENT MONDIAL

quoi de neuf N°14
ACTUALITES FUKUSHIMA

 

nuage radioactif 

 Clic ! Suivi de l'actualité de la catastrophe de FUKUSHIMA en DIRECT (optimisé Firefox, Chrome, Opera)


Mise à jour de 09H00___________EMPECHER UNE NOUVELLE EXPLOSION________
Mise à jour de 16H00___________Voir plus bas Opération "INERTAGE"______________
Mise à jour de 19H00___________FORT SEISME AU JAPON______________________

_________________________________________________________________________
AFP - 07/04/2011 à 17:37
Fort séisme dans le nord-est du Japon, mise en garde contre un tsunami
Un fort séisme de magnitude 7,4 s'est produit jeudi à une quarantaine de km des côtes nord-est du Japon, a annoncé l'Agence météorologique japonaise, qui a mis en garde contre un tsunami pouvant aller jusqu'à deux mètres de haut.
Le personnel travaillant sur la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, située plus au sud, a été évacué par précaution vers l'intérieur des terres, mais la télévision publique NHK a indiqué que le site n'avait pas subi de dégâts.
Selon l'Agence météorologique, les personnes habitant le long des côtes de la préfecture de Miyagi doivent évacuer vers des endroits plus élevés en prévision de vagues pouvant atteindre deux mètres
________________________________________________________________________

09H00 - L'enjeu le plus crucial du moment est de suffsamment refroidir le réacteur N°1 pour éviter une nouvelle explosion, à l'image de celle qui illustre le picto d'ouverture (12 et 14 mars). C'est la raison pour laquelle, les techniciens japonais injectent de l'azote gazeux dans le réacteur. L'azote est un gaz chimiquement neutre qui ne peut exploser, contrairement à l'hydrogène et à l'oxygène, hautement explosifs au contact l'un de l'autre.
La revue de presse internet.

.
FRANCE SOIR - 8H21
Fukushima : De l'azote utilisé pour éviter une explosion.
Afin de prévenir tout risque d'explosion dans le réacteur numéro 1 de la centrale nucléaire de Fukushima les ingénieurs ont décidé d'y injecter de l'azote.
Tepco, gestionnaire du site se penche actuellement sur le réacteur numéro 1. D'importantes quantités d'hydrogène s'y sont accumulés et les ingénieurs craignent désormais une explosion.

Les deux premières explosions survenues les 12 et 14 mars au niveau des réacteurs 1 et 3 avaient été provoquées par le contact de ce gaz avec l'oxygène. « Les travailleurs ont commencé à injecter de l'azote gazeux 16h31 (heure française, mercredi). Depuis, le niveau de la pression a augmenté et ils ont confirmé que le gaz avait bien pénétré dans le réacteur » a indiqué un porte-parole de Tepco. Gaz inerte, l'azote est régulièrement utilisé dans les zones de stockage sensibles pour faire chuter le taux d'oxygène dans l'air et remplacer ainsi une partie de l'atmosphère.

Le Monde
Fukushima : une fuite colmatée mais de nouveaux risques d'explosion
Les techniciens de la centrale nucléaire de Fukushima ont continué hier à lutter sur tous les fronts, réussissant à colmater une fuite d'eau hautement radioactive tout en lançant une opération pour prévenir une nouvelle explosion d'hydrogène.

L'EXPRESS
Les ingénieurs tentent d'éviter une explosion à Fukushima
Les techniciens japonais ont commencé à injecter de l'azote dans le réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi pour tenter d'éviter une explosion d'hydrogène et prévenir une catastrophe nucléaire de grande ampleur.

RETOMBEES

France-soir
Les autorités chinoises ont détecté de très faibles traces d'iode radioactif 131 sur des épinards cultivés en Chine, mais affirment que le niveau de contamination ne pose aucun risque pour la santé humaine.

MONDIALISATION.CA
Yonezawa, Japon, le 6 avril 2011 – Les experts en radiation de Greenpeace, présentement en mission au Japon afin d’évaluer les impacts de la crise nucléaire de Fukushima, ont découvert de hauts niveaux de contamination dans les cultures aux alentours de la ville de Minamisoma.
« Dans plusieurs jardins de Minamisoma, les légumes étaient trop contaminés pour la consommation », a constaté Rianne Teule, experte en radiation pour Greenpeace et chef de l’équipe qui teste les aliments. « La propriétaire d’un jardin d’épinards contaminés nous a dit qu’elle n’avait reçu aucune information des autorités sur les risques de radiation, en dépit des rapports selon lesquels le gouvernement effectue des tests sur les cultures à Minamisoma depuis le 18 mars dernier ».
Le gouvernement japonais a publié les données brutes de sa propre surveillance sur le terrain, mais celles-ci semblent nettement incomplètes. Les mesures de Greenpeace dans plusieurs zones de la ville de Minamisoma affichent des niveaux jusqu’à 4.5 microSievert par heure, ce qui contraste avec l’unique point de surveillance de Minamisoma qui révèle des niveaux relativement faibles de 0.7 microSievert par heure

LE DEPECHE - 7H42
Radioactivité : "Tout l'hémisphère nord est touché" 
Roland Descombes criirad presidentRoland Desbordes, Président de la CRIIRAD : 
"Pour l'instant, nous relevons des valeurs très faibles. Ce qui, scientifiquement, est différent de zéro. Nous avons réalisé des mesures dans l'air et on trouve très peu de radiations. Maintenant, il faut s'attendre à une accumulation. Des dépôts liés à la pluie et des dépôts secs. Aussi, nous commençons à analyser la concentration de radiation dans les aliments, ce qui pousse en ce moment, les épinards, les salades… Et puis il y a l'herbe, donc on mesure ce qu'il y a dans le lait. Les niveaux restent très faibles et ne remettent pas en cause la consommation pour les adultes et les enfants."

EFFLUENTS MARINS
 
France-Soir
Aucune nouvelle fuite d'eau radioactive n'a été relevée dans l'océan mais le risque de contamination de l'environnement marin n'est pas pour autant écarté, soulignent les experts.
.
La fuite (France 2 - 6 avril 2011 La fuite. Capture sur France 2 - 7 avril  - 13H00
.
Le Monde
L'obturation de la fuite est la première bonne nouvelle depuis bientôt quatre semaines. Mais Tepco est encore loin d'avoir réussi à écarter le risque d'une crise nucléaire qui pourrait être encore plus grave que celle de Tchernobyl il y a 25 ans.
.
AUTRES RETOMBEES
.
FRANCE
PARIS (Reuters) - LE POINT - Six Français sur dix se disent mal informés sur la production de l'électricité nucléaire en France et 80% d'entre eux pensent qu'un abandon de la filière nucléaire alourdirait leur facture d'électricité, selon un sondage réalisé par l'institut BVA pour BFM, BFM TV et le magazine Challenges.
Seize pour cent des personnes interrogées se déclarent "très mal informées" sur l'électricité nucléaire et 45% "plutôt mal informées", précise l'étude publiée jeudi.
.
AUTRES QUESTIONS ?
Qu'en est-il de la fusion du combustible qui alimentait les interrogations de ces derniers jours ? Ce matin : rien

Fusion et excursion corium
__________________MISE A JOUR DE 16H00______________________________

OPERATION " INERTAGE"
.
AFP - «Les travailleurs ont commencé à injecter de l’azote gazeux. Depuis, le niveau de la pression a augmenté et ils ont confirmé que le gaz avait bien pénétré dans le réacteur», a indiqué un porte-parole de la société. Cette opération «d’inertage» devrait durer six jours pour un total de 6000 m3 d’azote injecté, selon Tepco.
L'opération d'"inertage" devrait durer six jours pour un total de 6 000 m3 d'azote injecté, selon Tepco, qui envisage d'appliquer le même traitement aux réacteurs 2 et 3 dans les prochains jours.
.
SWISSCOM
Japon: utilisation d'azote pour éviter une explosion à Fukushima
Aucune nouvelle fuite d'eau des réacteurs dans l'océan tout proche n'a été constatée, a indiqué jeudi l'Agence de sûreté nucléaire. Mais le risque de contamination de l'environnement marin n'est pas pour autant écarté, soulignent les experts.
.
LA DEPECHE
Fukushima : fuite arrêtée mais explosion possible
L'opération d'"inertage" devrait durer six jours pour un total de 6 000 m3 d'azote injecté, selon Tepco, qui envisage d'appliquer le même traitement aux réacteurs 2 et 3 dans les prochains jours.
.
MAXISCIENCES
130 école fermées en Corée du Sud
La Corée du Sud quant à elle est un peu plus inquiète. Les parents alarmés par les risques des pluies contaminées ont demandé à fermer les écoles suite à l'annonce par l'agence de météorologie d'un vent de sud-est capable de transporter des éléments radioactifs provenant de la centrale. Les enfants scolarisés de 130 écoles primaires et maternelles de la province de Gyeonggi, proche de la capitale Séoul, ont été dispensés de cours aujourd'hui.
.
ROMANDIE NEWS
Fukushima: un hélicoptère télécommandé pour aller là où l'humain ne peut pas. LA COURONNE (Charente) - Un hélicoptère télécommandé mis au point par une entreprise de Charente et équipé de caméras et de capteurs de radioactivité, va aller survoler la centrale de Fukushima : il est adapté "à ce genre de situation, là où l'être humain ne peut pas aller", explique le directeur de la société Hélipse.
La couronne (Charente) - Un hélicoptère télécommandé mis au point par une entreprise de Charente et équipé de caméras et de capteurs de radioactivité, va aller survoler la centrale de Fukushima : il est adapté "à ce genre de situation, là où l'être humain ne peut pas aller", explique le directeur de la société Hélipse.
.
BUSINESS Travel.fr
Japon: un drone va vérifier le niveau de radiation à la centrale de Fukushima
Le gouvernement japonais voudrait utiliser un drone américain pour aller vérifier le niveau de radiation autour des réacteurs endommagés de la centrale de Fukushima. 
Le T-Hwak qui est capable de se mouvoir verticalement serait parfait pour cette mission. 
Le drone pourrait être utilisé pour aller vérifier le niveau de radiation au réacteur 4 source des principales inquiétudes actuellement. 
Par ailleurs le personnel de secours a injecté hier du Nitrogène (200 M3) dans le réacteur 1 pour éviter qu'il n'explose.
Au total 6000 mètres cubes de nitrogène doivent être pompés dans le réacteurs afin d'éviter une explosion due à un pourcentage trop important d'hydrogène. 
.
Tribune de Genève (7 avril)
.../...L'unité de mesure la plus redoutée est celle détectée dans le corps d'un être vivant ou d'un objet. On parlera alors de "rads" (ancienne unité) ou de "grays" (unité internationale). Un gray est égal à 100 rads.
Enfin, les "siverts", encore appelés "rems" au Etats-Unis.../...
.
(ndr - Hmmm !!! ça y est la Suisse est touchée)
.
FRANCE
Nicolas Hulot
"On voit bien que, quand il y a une paille dans le système, on est complètement dépassé par les événements, s'est-il alarmé en direct de l'Amérique du Sud. [...] Le nucléaire, en l'état, ne peut pas être la réponse à nos besoins énergétiques."
Dans son fameux Pacte écologique, soumis à tous les candidats à la présidentielle en 2007, il n'y avait pas un mot, ou presque, sur le nucléaire. "A aucun moment, il n'a été question d'y faire figurer le moratoire sur l'EPR", note l'eurodéputé Vert Yannick Jadot, à propos d'une des principales revendications écologistes.   
.
FRANCO-SUISSE
Energie et nucléaire: la CLCV veut "d'urgence" un débat national
PARIS - L'association de consommateurs CLVC estime qu'il y a "urgence" à ouvrir un débat national sur le modèle énergétique en France, après la catastrophe nucléaire de Fukushima et face à la flambée des prix de l'énergie.
En attendant, elle demande "l'arrêt de toute opération d'exploration et d'exploitation" concernant les gaz et huiles de schiste, et la "fermeture pour des raisons de sécurité de la centrale nucléaire de Fessenheim".

LE SITE DU JOUR

project syndicate logo
.
Georg Zachmann par Georg Zachmann, membre du cercle de réflexion Breugel
(c) Project Sundicate 2011
Traduit de l'anglais par Patrice Horovitz

Les métaphores utilisées lors de la crise financière de 2008-2009 – tremblement de terre, tsunami, désintégration, cygne noir (événement imprévisible, aussi improbable que la rencontre avec un cygne noir) et retombée – reviennent comme un boomerang, littéralement recyclées. Car la crise financière et la crise nucléaire au Japon ont au moins quatre points communs:

- La métaphore du «cygne noir» suggère qu’il est difficile d’évaluer les risques de systèmes complexes.
-l Les régulateurs ont été incapables de prévoir ou de prévenir la crise.
- Intrinsèquement, les retombées ne connaissent pas de frontières
- Le coût des pertes dues aux entreprises imprévoyantes incombe en partie à la collectivité.

Le tremblement de terre de magnitude 9 qui a frappé le Japon est un événement hautement exceptionnel, si rare que les modèles existants basés sur des données historiques en quantité limitée ne permettent pas d’évaluer véritablement sa probabilité. Des événements très improbables mais aux conséquences catastrophiques – ce que l’on appelle le risque extrême –  sont aussi à l’origine de la crise financière.
La crise financière tient en partie à la tendance des institutions financières à choisir (et parfois à créer) des produits susceptibles de rapporter gros en période normale, mais qui sont associés à un risque de perte extrême dans des situations exceptionnelles. La présence de vieilles centrales nucléaires dans des zones sismiques relève d’une tendance analogue.
Or la modélisation des risques nucléaires et des risques financiers n’a pas permis d’apprécier correctement les corrélations entre les différents risques. Les institutions financières ont essayé de diminuer les risques en diversifiant leurs prêts hypothécaires à risque, le système de refroidissement de Fukushima était capable de résister à une coupure de courant et à un tremblement de terre ou à un tsunami. Mais dans les deux cas, les événements à risque étaient corrélés et leur survenue simultanée a conduit à une catastrophe.
Un accident nucléaire au même titre qu’une crise financière peut avoir des retombées dans d’autres pays. Au Japon, seul la direction des vents et l’absence de frontières terrestres ont évité que l’accident nucléaire de Fukushima ait des conséquences graves sur les pays voisins. En Europe continentale, beaucoup de réacteurs sont à moins de 150 kilomètres d’une frontière. Aussi un accident nucléaire dans un pays européen aurait des répercussions dans un autre pays. Mais comme la réglementation financière, au sein de l’UE la réglementation nucléaire reste essentiellement nationale malgré le traité Euratom. Et le nucléaire n’ayant pas la même importance d’un pays de l’Union à l’autre, il est difficile d’harmoniser la réglementation européenne.
Ainsi l’Italie pourrait décider de rester hors du nucléaire, alors qu’elle est entourée par 8 centrales nucléaires à moins de 150 kilomètres de ses frontières: une en Slovénie, une en Suisse et 6 en France. Cette dernière par contre est dépendante du nucléaire qui va continuer à fournir la plus grande partie de son électricité. Sa réticence à soumettre son industrie nucléaire à la réglementation européenne (élaborée par ses voisins méfiants à l’égard du nucléaire) n’est pas sans rappeler les tentatives britanniques visant à empêcher une harmonisation de la réglementation des marchés financiers au niveau de l’Europe – ceci en raison de l’importance de son propre secteur financier.
Il y a une autre ressemblance entre la crise nucléaire japonaise et la récente crise financière: la mauvaise évaluation des risques est due en grande partie à la distribution asymétrique des bénéfices financiers et du coût du risque. La banque Lehman Brothers et la Compagnie d’électricité de Tokyo (TEPCO) ont pu accroître leurs gains tant que le risque qu’elles étaient prêtes à accepter ne se matérialisait pas. Leurs dirigeants ont réalisé des gains importants tant que tout allait bien. Mais quand la crise a frappé, dans les deux cas son coût a dépassé les possibilités financières des entreprises et il a dû être supporté par la collectivité.
Il y a donc contradiction structurelle entre le fait de gagner de l’argent en faisant fonctionner un système complexe et celui de ne pas payer le prix des risques majeurs que l’on fait ainsi courir à toute la société. C’est un phénomène bien connu et c’est pourquoi il existe des régulateurs pour la plupart de ces systèmes. Mais avant la crise nucléaire japonaise et avant la crise financière, les régulateurs n’ont pas pu prendre les mesures voulues pour prévenir les risques. La SEC, le régulateur de la Bourse américaine, n’a pas exigé des grandes banques d’investissements qu’elles aient davantage de capitaux propres ou qu’elles mettent fin à leurs pratiques à risque. De même, le régulateur japonais de la sûreté nucléaire n’a pas appliqué une réglementation plus stricte en la matière.
Plusieurs raisons expliquent cette situation, notamment l’incapacité de rassembler et de traiter toutes les données nécessaires, la difficulté politique à mettre en œuvre des mesures strictes et le problème de modélisation des risques extrêmes. C’est pourquoi prévenir les catastrophes ne peut se limiter à compter seulement sur la faible probabilité qu’elles surviennent, sur des mesures au niveau national, les avertissements d’acteurs privés et le contrôle des régulateurs.
Dans le domaine financier, il faudrait que celui qui est à l’origine d’un risque en paye le coût. De même, si chaque centrale nucléaire était obligée d’assurer le risque qu’elle fait courir à la société (tant dans le pays où elle est installée qu’à l’extérieur de ses frontières), elle serait confrontée au véritable coût de son activité.
Dans un monde idéal, le coût d’une telle assurance dépendrait de facteurs sur lesquels on peut agir comme sa localisation à proximité ou pas d’une zone peuplée ou la plus ou moins grande acceptation du risque par la population dans son voisinage. Par ailleurs, l’évaluation des risques devrait prendre en compte les facteurs particuliers à chaque centrale : le niveau de risque sismique de son lien d’implantation, la présence ou pas d’une enceinte de confinement secondaire, la redondance des dispositifs de sécurité, etc. Ainsi le montant de l’assurance des centrales situées dans des zones très peuplées ou avec des normes de sécurité peu exigeantes serait très élevé, ce qui amènerait les installations les plus dangereuses à se retirer elles-mêmes du jeu.
Mais il est improbable que cette idée soit appliquée. Tout d’abord il est pratiquement impossible d’évaluer le profil de risque d’une centrale nucléaire donnée. Ensuite, seules quelques firmes dans un petit nombre de pays auraient à payer une assurance d’un montant très élevé. Leurs gouvernements feraient tout pour éviter qu’elles aient à payer pour le risque sociétal qu’elles constituent.
Ce qui va se passer ressemblera probablement à l’initiative pour la création d’un fonds européen ou mondial pour se garantir contre la prochaine crise financière. Dans les deux cas, une assurance parfaitement conçue pourrait néanmoins servir de guide dans le choix de la politique à adopter.
Deux mesures peuvent favoriser cette évolution : l'arrêet des centrales nucléaires, non en fonction de leur âge mais de leur profil de risques (même établi schématiquement) et l'obligation de souscrire une assurance transnationale contre les accidents nucléaires. Avec un tel système en 1986 l'Union soviétique aurait dû prendre à sa charge les conséquences de l'accident de Tchernobyl en terme de perte de revenues pour les agriculteurs européens et frais de santé.


A SUIVRE...
en attendant, le point des médias en direct : 

nuage radioactif 

 Clic ! Suivi de l'actualité de la catastrophe de FUKUSHIMA en DIRECT (optimisé Firefox, Chrome, Opera)

 
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
O


Une image qui en dit plus qu’un long commentaire


 


TEPCO Tsunehisa Katsumata président (2ème à droite) arcs de s'excuser auprès de Ikuhiro Hattori (à droite), chef de la
coopératives de pêche du Japon au siège de TEPCO à Tokyo mercredi. /AFP-Yonhap / AFP-Yonhap


 


http://english.chosun.com/site/data/img_dir/2011/04/07/2011040700402_0.jpg



Répondre
P


Bien trouvé ! Merci.