Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

Gilets jaunes - JOUR 37 & 38 : Policier qui dégaine après avoir provoqué la foule par un grenadage - Censure du début du film

24 Décembre 2018 , Rédigé par Paul KEIRN Publié dans #INDIGNÉ(E)S!, #Macron

Gilets jaunes - JOUR 37 & 38 : Policier qui dégaine après avoir provoqué la foule par un grenadage - Censure du début du film

Quatre policiers jettent des grenades assourdissantes dans la foule qui descend tranquillement les Champs-Elysées. Mais cette scène est amputée de ce qui est diffusé.
Pendant 48 heures, alors que Macron est en Afrique, le trio Philippe, Castaner et Darmanin s'emploie à amalgamer les gilets jaunes avec les racistes, fascistes qui polluent les rangs des gilets jaunes. C'est la bataille de l'opinion qui se joue. Le mouvement, avec les fêtes, décline en nombre mais est toujours populaire.

Une vidéo vient à point nommé pour mettre en exergue la prétendue ultra-violence des gilets jaunes. On y voit des policiers attaqués, l'un d'eux se sentant obligé de dégainer son arme. Mais la plupart des médias ne montre pas que ce sont les policiers qui ont attaqué le cortège des manifestants, assez calme, descendants les Champ-Elysées. On aurait préparé la scène, la sachant de toute façon filmée, qu'on aurait pas mieux fait. Voyons et analysons ces quelques secondes qui changent tout.

Les images filmées par un témoin qui affirme s'appeler Clément Lanot (incrustation) apportent à cette scène un plus : elles présentent les 5 à 10 secondes qui manquent à toutes les autres vidéos, notamment présentées par les médias : elles montrent que ce sont les policiers qui lancent des grenades à forte détonation sur le défilé des gilets jaunes qui descend les Champs-Elyséees. Et qui paraissent tout à fait calme au début de la scène.

regardons cette viddéo avant de reprendre les images seconde après seconde :

La scène se déroule à l'angle de l'avenue George V. Sur le plan ci-dessus, la caméra filme les quatre policiers à moto. Le cameraman est dos à la brasserie Le Fouquet's.

Seconde 0 - début de la vidéo. Quatre motos sont rangées face aux Champs Elysées. Trois des motards sont regroupés. Deux regardent le défilé ; un troisième regarde vers le bas, sans que l'on sache ce qu'il regarde.
Un quatrième policier, presque hors champ, à la droite de l'image, ne retient pas l'attention du cameraman (il n'est pas centré). Il tient dans la main droite un objet.

Seconde 01 - Tous les policiers regardent désormais vers le délité des manifestants que l'on a pas encore vu. Le cameraman fait entrer le policier de droite dans le champ de la caméra. Il lève la jambe gauche et tend le bras en arrière, comme s'il se préparait à lancer un objet.

L'un des policiers lance un objet comme on lance une boule à la pétanque. 

 

Seconde 3 - Le cameraman fait un panoramique rapide pour suivre l'objet lancé. Les images sont floues, puis se stabilisent. Cette image est la première qui permet de voir ce qui se passe. On voit quelques personnes à vélos et une foule qui descend les Champs-Elysées. La foule n'est pas attroupée devant les policiers. Il n'y a aucune altercation. La dynamique de l'image montre la foule qui marche vers le bas des Champs-Elysées.

Seconde 4 - la grenade lancée par le policier explose (flash blanc)
Seconde 5, 6, 7 - deux autres grenades explosent dans la foule, plus une grenade sans doute lacrymogène. Des cris s'élèvent dans le cortège

8, 9, 10 -  seconde 11 - le cameraman fait un panoramique inverse pour retrouver le groupe des quatre policiers qui enfourchent leurs motos et s'apprêtent à partir, en descendant l'avenue George V.

La suite est connue, mille fois ressassée sur les chaînes d'infos en continu. Seule ces premières secondes manquent à l'appel. Et cela se comprend dans l'optique des médias : ce sont ces quatre policiers qui sont venus provoquer la colère de la foule. Je pressens que le premier lanceur de grenade est aussi celui qui dégaine. A vérifier !
Toute cette scène n'est elle pas organisée pour associer violence et gilets jaunes. Je ne le pense pas, mais cela en donne l'idée, vue l'exploitation infinie qui en est faite.

Une autre vidéo, présentée celle-ci  par le Parisien Libéré :

 

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article