Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

Gilest jaunes - JOUR 35 : les vrais reculs de Macron vont pouvoir commencer, pour une vraie augmentation du pouvoir d'achat

22 Décembre 2018 , Rédigé par Paul KEIRN Publié dans #INDIGNÉ(E)S!, #Macron

Gilest jaunes - JOUR 35 : les vrais reculs de Macron vont pouvoir commencer, pour une vraie augmentation du pouvoir d'achat

Qu’on ne nous dise pas que la loi gilets jaunes « ça coûte un pognon de dingue » ! Surtout pas !
Surtout quand Macron vient de donner l’ordre à l’AFT (l’Agence France Trésor, qui se réunit un jeudi sur deux) d’emprunter 237 milliards pour 2019 (au lieu des 108 initialement prévus). Ce que confirme M. Anthony Requin, directeur général de l’AFT.
Une reconnaissance de dette signée par la France et qu’il faudra rembourser. Et qui remboursera ? Vous et moi et vos enfants. Tout simplement. Une fois encore les riches échappent à toutes les mesures les concernant.

Macron tente de faire croire à l’opinion que la phase consistant à répondre « en urgence » aux exigences des Gilets jaunes est terminée. Eh bien NON ! Et que maintenant, en grand démocrate qui n’est plus sourd aux clameurs des ronds-points, il va pouvoir aborder les autres aspects de la demande populaire concernant les grands sujet : démocratie, écologie, représentation parlementaire, etc.

NON, NON, NON, NON et NON !

A  la veille de l’Acte VI, vendredi 21 décembre 2018, les sénateurs ont adopté le texte définitif de la loi Gilets jaunes.

Qu’avons nous acquis en 35 jours de lutte et 9 morts (là où les policiers ont obtenu 300 € en trois heures) ?

Au total :

- 1. le retour des heures supplémentaires défiscalisées, 
- 2. la non augmentation en 2019 de la nouvelle hausse des taxes sur les carburants
- 3. hausse de la prime d’activité pour amener à un gain de 100 euros par mois au niveau du Smic, 
- 4. la suppression de la hausse de la CSG pour les retraités ayant moins de 2.000 euros de revenus 
- 5. la prime exceptionnelle défiscalisée, facultative pour les entreprises.

Commentaires :

- 1. Rien à dire sur le retour aux heures supplémentaires défiscalisées, sauf bien sûr que tous les ouvriers et salariés n’ont pas forcément d’heures supplémentaires à effectuer. Et que cela dépend du carnet de commande. Donc, bon nombre de salariés ne verront rien venir augmenter leur pouvoir d’achat.

- 2. l’abandon de la hausse 2019 de la taxe sur les carburants ne résout rien. Ce que nous voulons c’est la TICPE flottante. C’est la seule décision sage : à la moindre crise géopolitique réduisant la production de pétrole, la hausse, éventuellement forte du prix du baril fera grimper au rideau l’essence et le gasoil à la pompe. Sans TICPE flottante, ce sera la ruine pour tous ceux qui vont travailler.

NOUS VOULONS LE RETOUR DE LA TICPE FLOTTANTE ET
PAS DE NOUVELLES HAUSSES DE LA TAXE SUR LES CARBURANTS EN 2020.

- 3. La hausse de la prime d’activité de 100 € est réservé aux personne ne touchant que le Smic ou moins. Apparemment les foyers composés d’un couple où chacun gagne le Smic n’est pas concerné par cette hausse. 
De plus, il ne s’agit pas d’un salaire et cela ne compte pas dans le calcul des retraites
De plus, c’est le contribuable qui paiera la part de prime d’activité.

AUGMENTER LA PRIME D’ACTIVITÉ EST UN TOUR DE PASSE-PASSE

- 4. La suppression de la hausse de la CSG pour les retraités ayant moins de 2.000 euros.
Il ne s’agit des pensions de moins de 2000 € : il s’agit des revenus de moins de 2000 €. 
Il s’agit de 2000 € pour les revenus du foyer fiscal et non de chacune des personnes composant le couple. C’est dire que le nombre de couples concernés se restreint sérieusement 
De plus, toutes les retraites ne sont plus indexées sur l’inflation.  On peut donc augmenter les retraites de 0,3 %, avec  une inflation légale de 2,3 %, les retraités s’appauvrissent de 2 % par an

NOUS VOULONS QUE LES RETRAITES SOIENT RÉINDÉXÉES SUR L’INFLATION 
- 5. La prime, à la volonté du patron, est évidemment la mesure qui ne compte rien et qui sera distribuée comme d’habitude, voire un peu plus, puisqu’elle est défiscalisée alors qu’avant elle l’était. Une prime de Noël, c’est de la charité qui calme les esprits et permet aux familles de « fêter » Noël le ventre rempli. Je pense aux femmes élevant seule un ou plusieurs enfants. Mais cela ne résout en rien la précarité.

Les fonctionnaires (or Police et Gendarmerie) n’ont rien
Les retraités sont condamnés à la dépréciation de leur retraites, à raison de 2 % par an
L’augmentation du Smic (hors prime) s’élève à quelques dizaines d’Euros par mois
Au final, nous n’avons pas obtenu grand-chose, même si le manque à gagner est important pour le budget de l’État. Et ce que nous avons obtenu, c’est nous qui le paieront.

AUTANT DIRE QUE LE COMBAT CONTINUE DE PLUS BELLE

Alors voici ce que nous voulons maintenant :

NOUS VOULONS LE RETOUR DE LA TICPE FLOTTANTE
PAS DE NOUVELLES HAUSSES DE LA TAXE SUR LES CARBURANTS EN 2020.
NOUS VOULONS QUE LES RETRAITES SOIENT RÉ-INDÉXÉES SUR L’INFLATION
LE RÉTABLISSEMENT DE l’ISF

ET…

L’AUGMENTATION DE LA TAXE SUR LES TRANSACTIONS FINANCIÈRES
LA TRANSPARENCE TOTALE DE L’INSEE SUR LE CALCUL DE L’INFLATION

ET

► la nationalisation des autoroutes et le reversement des bénéfices à la transition énergétique
► le blocage de la hausse des loyers (l’investissement dans la propriété locative est de la spéculation)
►augmenter le nombre de tranches des impôts pour le rendre plus juste
► Faire payer les GAFA au même taux d’imposition que les entreprises françaises et non par une négociation secrète, sous estimant largement l’impôt qui est dû, comme cela se prépare en ce moment.
► Référendum d’initiative citoyenne (un vrai, pas une arnaque)
► lutter pour les services de proximité dans les petites villes
► lever le secret sur le calcul de l’inflation par l’Insee, à la botte de l’État, qui minimise l’inflation pour ne pas augmenter le Smic, les allocations chômages et les retraites 
L’inflation est plus proche de 3,5 % que de 2,3 %, quand l’Insee valorise à 6 % le coût du logement dans le panier de la ménagère, quand l’ordinateur vaut 50 €, les loyers des locataires entre 15 et 20% et que les remboursements de prêts ne sont pas inclus dans le calcul du coût de la vie ! On se fout de notre gueule !
*(les pondérations sur les 1000 articles du "panier de la ménagère" ne sont pas accessibles)
Lire ceci ce document officiel qui le reconnaît :  https://urlz.fr/8snY

► le retour de  l’ « exit tax », 
► la taxation du kérosène d’avion et de paquebot.
► la diminution de la CICE, ce cadeau de 40 milliards d’Euros aux plus grosses entreprises
►  la proportionnelle intégrale à l’Assemblée nationale, afin qu’elle soit une photo de l’opinion.
► Faire que les urgences hospitalières ne soient plus des mouroirs
► réindexation sur l’inflation des pensions d'invalidité,  des rentes accidents du travail et des maladies professionnelles n’augmenteront que de 0,3 % en 2019 et 2020. 
► traiter le problème des ambulancier qui, désormais, depuis le 1er octobre 2018, hôpitaux et cliniques choisissent leurs ambulances par appel d’offres, à la place des patients, et en assument directement le coût. Les grands groupes cassent les prix et ruinent les artisans ambulanciers ou les petites structures.

► augmenter le point d'indice, étalon des salaires des fonctionnaires qui restera lui gelé en 2019. un point d'indice qui n'a été relevé que de 0,6% en dix ans ! 
► les niches fiscales : "le montant des niches fiscales a atteint 100,4 milliards d'euros cette année, soit environ 4,4% du PIB, d'après une note de Bercy dévoilée par Les Échos ce lundi 1er octobre". source : boursorama.com - 18 octobre 2018 - https://urlz.fr/8soD
► moraliser les revenus des élus (qui peuvent toucher jusqu’à 5 retraites)

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article