Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

LINKY COMMUNIQUE... ... LE FEU ! - NON AU COMPTEUR LINKY

16 Septembre 2018 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #DEFENSE DES CONSOMMATEURS, #MIEUX CONSOMMER !

LINKY COMMUNIQUE... ... LE FEU ! - NON AU COMPTEUR LINKY

Je laisse la parole à Henri Cohen, qui, sur Facebook, donne des explications qui pourraient expliquer que certains incendies soient dus au compteur Linky.

Si des électriciens ou électroniciens peuvent intervenir pour valider ou critiquer les affirmations ci-dessous, ils sont les bienvenus : il faut toujours recouper l'information, maintes et maintes fois.

"L’une des raisons qui explique pourquoi le compteur linky brule.
Comparaison entre un disjoncteur de tableau de protection type C 25 et le disjoncteur interne du linky.

J’ai beau chercher, la chambre de coupure, destinée à « souffler » et traiter l’arc électrique lors des manœuvres en charge de l’alimentation électrique, je ne la trouve pas, alors que l’on sait qu’une production excessive d’arcs, ou non traités, est un risque majeur d’incendie.

Comparez un simple disjoncteur C25 (photo ci-dessous) pour tableau de distribution 25 A avec en N°4 une chambre de coupure et de soufflage pour le traitement des arcs électriques lors des manœuvres en charges (25 A) et la vue (circuit intégré ci-dessous) du disjoncteur intérieur du linky repère N°2 ( Breaker avec limitation thermique paramétrable à distance prévu pour 100 A selon énédis).

Disjoncteur de LINKY ci-dessous


Qu’est-ce qu’une chambre de coupure ?


Le principe de base d'une chambre de coupure consiste à envoyer l'arc contre un empilage de séparateurs, ou plaquettes, disposés transversalement à la colonne d'arc principale afin de
fractionner l'arc en autant d'arcs élémentaires qu'il y a d'intervalles, ce qui provoque un allongement de cet arc. Emmagasiner, par échauffement ou liquéfaction temporaire des séparateurs, l'énergie produite sous forts courants dans la colonne de plasma.

La coupure d'un circuit en charge implique la formation systématique d'un arc électrique entre les contacts. 
Un fort courant soumet tous les conducteurs à des forces électrodynamiques violentes, qui selon l'architecture de l'appareil peuvent l'aider ou non à s'ouvrir rapidement, aider aussi l'arc électrique à s'allonger et à rejoindre une zone du disjoncteur, dite chambre d'extinction, où son énergie sera bien absorbée. 


Plus le courant est important, plus l'arc est puissant (produit intensité par tension d'arc), plus l'énergie accumulée peut être destructrice. Si la disparition de l'arc n'est pas assurée dans un temps suffisamment court, le boîtier de l'appareil peut ne plus supporter la pression des gaz échauffés, la fusion des contacts risque d'empêcher le réarmement de l'appareil. Le disjoncteur ne serait alors plus capable d'assumer sa fonction.


Un disjoncteur doit répondre à de nombreuses normes européennes et françaises, en particulier à la norme NF, et être soumis à de nombreux tests, tels que résistance à la chaleur, la non-propagation de flamme, son pouvoir de coupure mais aussi le nombre de manœuvre dont la plupart des disjoncteurs sont garantis pour 20 000 manœuvres en charge (circuit traversé par un courant à l’intensité nominale pour laquelle ils sont prévus)


Sur tous les textes et sites officiels, Enédis stipule que le compteur linky répond aux normes des compteurs de puissance active et qu’il comporte un disjoncteur interne.
Effectivement, un disjoncteur traditionnel protège une installation des courts circuits, et comme un disjoncteur qui coupe un circuit en charge afin de limiter le courant qui le traverse à l’intensité (la puissance étant le rapport de l’intensité par la tension) pour lequel il est prévu, linky répond également à cette fonction sauf que le paramétrage limitant la puissance, l’intensité qui le traverse, est variable et peut se faire à distance avec possibilité de manœuvre en charge.
Oui, il y a un disjoncteur dans le compteur linky, et à ce titre il doit répondre aux mêmes normes qu’un disjoncteur traditionnel.


Entre autres : 
• couper la phase et le neutre de façon non simultanée pour la sécurité (à l’ouverture d’un circuit, on coupe d’abord la phase et le neutre en retard, et à la fermeture on ferme le neutre et ensuite la phase)
• présence de chambres de coupures obligatoires
• haut pouvoir de 
• résistance à la chaleur et sa non propagation de flamme 
• garanties et test du nombre de manœuvre
LE COMPTEUR LINKY INTEGRE UN DISJONCTEUR NON CONFORME, A CE TITRE C’EST TOUT LE COMPTEUR QUI N’EST PAS CONFORME.
LE COMPTEUR LINKY EST DE CE FAIT DANGEREUX, RAISON POUR LAQUELLE IL Y A TANT DE COMPTEURS LINKY QUI BRULENT ET PROVOQUENT DES INCENDIES.

Comparez un simple disjoncteur C25 pour tableau de distribution 25 A avec en N°4 Chambre de coupure et de soufflage pour le traitement des arcs électriques lors des manœuvres en charges (25 A), et la vue du disjoncteur intérieur du linky repère N°2 ( Breaker avec limitation thermique paramétrable à distance prévu pour 100 A selon énédis).

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Streb 02/12/2019 18:22

Merci pour votre pertinente publication.
Lorgnette Alsacienne vous félicite. Cdlt.

Paul KEIRN 03/12/2019 00:39

Merci !