Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

L'anti-douleur Di-Antalvic (DXP) retiré du marché le 1er mars - AFP 31/01/2011 - 14H05

31 Janvier 2011 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #Ils l'ont fait

Tout va bien

Tous le monde sait aujourd'hui que les "experts" chargés de conseiller les organismes d'Etat sont pour la plupart payés par les laboratoires par ailleurs. La question de leur impartialité ne se pose même pas : ils ne proposent rien d'autres aux organismes d'Etat que la politique des laboratoires. En langage moins diplomatique : ce sont des pourris et des vendus 

AFP 31/01/2011 - 14H05

"Les médicaments contenant un médicament opiacé antidouleur, le dextropropoxyphène (DXP),  associé au paracétamol dans le Di-Antalvic et ses génériques, vont être progressivement retirés du marché français, à la suite d'une décision de l'Agence européenne du médicament."

L'EMEA (Agence européenne du médicament) a rendu jeudi dernier un avis favorable au retrait progressif du marché européen de ce médicament, déjà interdit dans plusieurs pays de l'Union, estimant que le bénéfice était insuffisant au regard du risque de décès en cas de surdosage.

Dans la foulée, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a annoncé qu'elle suivait cet avis et recommandait aux professionnels de la santé de ne plus prescrire des médicaments contenant du DXP, tels que le Di-Antalvic, à de nouveaux patients. 

L'Afssaps doit tenir vendredi matin une conférence de presse sur le sujet.

Elle a prévu un retrait définitif d'ici un an, pour laisser aux médecins le temps de trouver des alternatives.

Dans son numéro de juillet, la revue Prescrire (sans publicité pour des médicaments) s'indigne qu'il ait fallu "plus de 500 jours pour la réévaluation de l'association dextropropoxyphène+paracétamol alors que les risques mortels sont connus depuis plusieurs années.

Les Français sont de très loin les plus gros consommateurs européens de l'association DXP/paracétamol, puisqu'ils représentent "95% de la consommation européenne", selon Fabienne Bartoli, adjointe au directeur général de l'Afssaps.

le Di-Antalvic, mis sur le marché il y a quarante-cinq ans,  était encore quantitativement en 2007 le 28e médicament le plus remboursé avec 7,4 millions de boîtes prescrites.

En France, entre 1995 et 2003, plus 500 morts relevaient de l'usage du  mélange paracétamol+dextropropoxyphène (le DXP). Le DXP est un opiacé faible qui s'accumule dans l'organisme et peut, en cas d'insuffisance rénale et chez les patients âgés, provoquer une intoxication grave, voire mortelle.

Les médicaments contenant l'association DXP/paracétamol ont été retirés du marché en 2004 par la Suède et le Royaume-uni. En janvier 2009, un comité de spécialistes réunis par la Food and Drug Administration (FDA) s'est prononcé pour son retrait du marché américain.

Les patients sont donc invités à contacter leur médecin.

Une quarantaine de médicaments contiennent cette association de molécules en France.

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J


Il ne reste plus que les plantes pour se soigner (ce que je fais!) et là ils mettent aussi des bâtons dans roues!!!!!!!


Je me demande un peu ce qui se cache devant tant de zèle tout d'un coup  pour la dénonciation de tant de médicaments....


Bon lundi.



Répondre
P


Tout simplement parce qu'ils savent que ces médicaments posent problèmes et certains d'entre eux ont sans doute fait des dizaines voire des centaines de victimes. Alors ils se rattrapent aux
branches comme ils peuvent en faisant semblant de s'inquiéter. Et même sans doute en glissant qq médoc non dangereux, histoire de dire "il faut surveiller, mais voyez celui-là n'est pas
dangereux". La triste réalité c'est que le scandale de la collusion entre de prétendus "experts" et les laboratoires explose. C'est ce que certains appellent les "conflits d'intérêts". Moi je dis
corruption.