Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

Faux « Basmati traditionnel » parfumé aux pesticides : 90% de ce qu'on trouve en magasin !

29 Septembre 2016 , Rédigé par Paul Keirn

Faux « Basmati traditionnel » parfumé aux pesticides : 90% de ce qu'on trouve en magasin !

Quoi d'étonnant à cela ! L'enquête réalisé par Rémi Delescluse, diffusé sur France 5, lundi 26 septembre 2016, en début de soirée nous donne les clés pour le comprendre. Avec une audience de 925 000 téléspectateurs, c'est presque un million de personnes qui ont pris conscience qu'une fois encore les industriels de l'agro-alimentaire se moquent bien tout autant des consommateurs que des paysans qui produisent nos denrées les plus courantes . Celles et ceux qui ne l'ont pas vu peuvent le voir ci-dessous :

Quand au début des années 80 les chefs étoilés font connaître les mérites du riz Basmati, il ne faut pas longtemps pour que les gourmets et autres amateurs de produits « vrais » s'en emparent. Ce riz parfumé exceptionnel, qui s'allonge à la cuisson, vient d'une région à cheval sur la frontière indo-pakistanaise, le Penjab, adossée aux contreforts de l'Himalaya. Un riz rare, dégusté nature et toujours accueilli sur les très bonnes tables, à commencer par celles des maharadjas depuis des siècles. On nomme ce riz « Basmati traditionnel », de la variété taraori.

 

Le "vrai" Basmati doit indiquer "traditionnel". Il s'agit de la variété "taraori"


Le riz Basmati représente 30% de la consommation française. Mais quel Basmati ? Le taraori dit "traditionnel", le vrai ou l'hybride "Basmati pusa One" ?


La demande française, allemande, britannique, sans oublier celle du Moyen-Orient est alors telle, courant 80, que les très faibles zones de production ne peuvent plus suivre. Il faut trouver un moyen de répondre à la demande. Alors en 1989, les ingénieurs agronomes indiens créent un hybride, en croisant une variété de Basmati traditionnel taraori avec une variété de riz blanc tout à fait quelconque. C'est la naissance du « Basmati pusa one » (pusa se prononce « poussa ») ou encore « Superbasmati» ! Un riz qui présente pour les producteurs et exportateurs bien des avantages :

► Le Basmati pusa 1 pousse en 135 jours au lieu de 155 pour la taraori.
► Il donne une récolte deux fois plus fournie en poids.
► Il ne coûte que 580 $/tonne quand le Basmati traditionnel en vaut 980 $. Les cours changent mais la différence de prix reste de 39% !

Que de qualités !

 

Plus rapide, plus productif, le Basmati hybride pusa one supplante le vrai Basmati traditionnel. Moins riche en nutriments après cuisson, moins bon et bourré de pesticides.

 

Mais le Superbasmati est surtout "super" pour les marchands de n'importe quoi.
C'est en effet oublier qu'il est moins parfumé (son allongement supérieur au Basmati traditionnel fait qu'il est lavé des ses arômes à la cuisson). Il contient beaucoup moins de protéines et qui plus est, en tant qu 'hybride il nécessite une très grande quantité de pesticides, fongicides et herbicides. Superbasmati ! Le crétin de consommateur n'y verra que du feu. Et puis, que valent santé et saveur face aux profits ! Décidément rien.

Voilà le riz prétendument Basmati qui occupe 90% des linéaires de nos grandes surfaces de vente, comme le souligne Jean-pierre Brun, spécialiste du riz et importateur.

A gauche les vrais Basmati traditionnels, variété taraori ; à droite, les Basmati hybrides Pusa One. 10% contre 90% de pusa dans les linéaires des grandes surfaces


Point de vue droit, en Europe, il n'est pas obligatoire de distinguer le Basmati traditionnel du Basmati pusa one. Ce sont des Basmati. Point. Et qui plus est, la loi autorise jusqu'à 7% de riz d'une autre variété dans tous les paquets. Histoire de tolérer que le transport soit sujet à mélange. Une tolérance que les exportateurs mettent à profit pour glisser 4% à 6,5% de riz blanc quelconque dans un Basmati pusa one déjà trompeur. Il n'y a pas de petits profits. Les prix sont tirés vers le bas et les moins riches ont, sinon la saveur et l’innocuité, l'impression d'accéder à un luxe bon marché.

Jusqu'à 7%, légalement, de riz...inconnu, vendu au prix du Basmati.

Côté production, les Bayer, Sygenta, Dupont , Monsanto (encore!) et autres pourvoyeurs de semences hybrides fragiles, nécessairement associées à des pesticides toujours plus nombreux, asservissent les paysans indiens et pakistanais et leur font renoncer à leurs semences traditionnelles qui, elles, ne nécessitaient pas ou peu de pesticides.

 

Quand on sait que BAYER vient de racheter MONSANTO (66 milliards de dollars !) on imagine la suite...

Pour agrémenter la pousse de l'hybride de Basmati "Pusa", un petit cocktail BAYER de pesticides, fongicides, herbicides...

Voilà ce que nous apprend cette enquête. En complément, pendant qu'on y est, les analyses génétiques de certains des riz « Basmati » vendus dans le commerce montrent non seulement qu'il s'agit de « pusa » et non de taraori « traditionnel », mais vendus comme des « riz basmati traditionnel ».

Le texte affiché sur le paquet est contredit par l'analyse génétique présentée dans le reportage. Et cloue au pilori le riz présenté par la marque « TAUREAU AILE – Le Basmati du Penjab - L'original ».


 

 

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Merci pour cet article très intéressant... juste une question : quelles mentions doivent figurer sur les paquets pour que l’on soit sûr que ce soit du vrai basmati ? Ou a contrario quelles mentions doivent nous mettre la puce à l’oreille pour dire que c’est du faux ?
Merci
Répondre
P
Bonjour ! Et très bonne question Christine. Les seuls qui "jouent le jeu" semblent être les riz "Taureau ailé" avec leur nouveau "khamalis" qui est vraiment de variété Phka malis, élu meilleur riz pendant plusieurs années. Le Basmati de Taureau ailé était, il y a 2 ou 3 ans du vrai Basmati (pas de la variété trafiquée OGM "Pusa1")
Aujourd'hui, je n'a'i pas vu de paquet indiquant "riz variété Taraori" et donc vrai basmati. Le seul indicateur est le prix. Il ne peut y avoir du vrai Basmati en dessous de 6 à 8 €/Kg (attention les paquets sont souvent en 500 g). Je dirai même, vu sa rareté, 8 à 10 €/Kg.
Les récoltes de vrai Basmati ont toujours été faibles : c'est la demande qui a explosé. Si vous trouvez des paquets de riz intéressants faites moi signe. Bien à vous. Paul
L
Je viens d'acheter un paquet bleu (look copié depuis le paquet de basmati tradtionnel Dawaat) , même design et même couleur... 5 kg pour 30 chfr, indiqué "pure basmati " et il n'a absolument aucun goût. Très blanc, de bonne tenue, mais je peux assurer que ce n'est pas le riz basmati. J'en ai parlé avec le revendeur en gros de cet article qui a confirmé que ce n'est PAS du vrai basmati tout en s'excusant de ce "malentendu".
Répondre
L
Bravo pour cet article. Je viens de me rendre compte par moi moi-même, consommateur lambda, l'arnaque du basmati. Je viens de me faire escroquer en achetant un paquet de 5kg de "pure basmati " Tilda à 6 chfr le kg.... et ce n'est que du riz blanc. Je suis furieuse et ne comprends pas la tolérance des autorités concernées par ces escroqueries continuelles à si grande échelle ... je suis dégoûtée.
Répondre
P
Merci ! Faites le savoir autour de vous, votre témoignage compte.
L
Bonjour,

Inquiétant : le magazine "60 millions de Consommateurs" n°536 (avril 2018) révèle en p. 31 que le TAUREAU AILE "Le Basmati BIO", qui est différent du TAUREAU AILE "Basmati Imperial" (véritable traditionnel, voir dessous), est chargé en pesticides !
Quid maintenant du Basmati Imperial...?

2 valeurs sûres a priori, mais vraiment pas faciles à trouver à commander au détail :
- DAAWAT Traditional Basmati (paquet bleu)
Attention au DAAWAT Original Basmati : du faux bien sûr...
- TILDA Pure Original Basmati (paquet bleu).
Il faut bien avoir la mention "Pure Original" (pour avoir ce Traditionnel !)
Répondre
L
J'insiste pour prétendre que le paquet bleu Tilda "pure basmati " que j'ai goûté n'est que du riz blanc sans aucune saveur de basmati. Le revendeur auprès de qui je me suis plaint reconnait egalement que malgré la denomination affichée, ce n'est pas du basmati. La maison Tilda est sise au Canada et je n'ai pas réussi à envoyer ma plainte depuis leur site officiel.
Bref pour moi c'est une tromperie sur la marchandise
P
Bonjour ! Vous pourriez m'envoyer un scan de cet article, que je fasse des recherches (je vais appeler la marque)
mailer à paul.keirn@gmail.com
L
Les Basmati de UNCLE BENS sont produits en Belgique, d'aprés le site web de UNCLE BENS : ils ne doivent donc pas être considérés comme des Basmati traditionnels !
En revanche, le Basmati Imperial (paquet jaune) de TAUREAU AILÉ est bien un traditionnel cultivé en Inde (https://fr.openfoodfacts.org/produit/3038359003417/riz-basmati-imperial-taureau-aile).
Sinon valeur sûre le DAAWAT Traditional Basmati Rice (sachet bleu).
Répondre
P
Merci !
J
Super Article merci du travaille accompli
Répondre
P
Merci !
D
Bonjour,
Ce que je ne comprend pas ce sont les temps de cuisson.
Pourquoi sont ils également de 10-11 minutes sur les riz taureau ailé impérial ou l' oncle ben's censés êtres les seuls traditionnels alors qu'il est censé se cuire en 35 minutes ?
Merci de l' explication :)
Répondre
P
Les grands industriels du riz se battent pour faire en sorte que la cuisson du riz soit aussi rapide que celle des pâtes. C'est pour eux un enjeu commercial de taille. Alors, ils vendent du riz précuit, tout simplement, ce qui réduit le temps d'attente de la petite famille.
Le riz étuvé d'Oncle Ben's a fait sa notoriété. Mais tous les riz longs demandent une vingtaine de minutes de cuisson, à plus ou moins 2 minutes selon les goûts. Les riz complets demandent une dizaine de minutes de plus.
L
super article merci!!!!!!
Répondre
P
C'est hélas la réalité. Nous sommes sur d'autres pistes, toutes aussi navrantes.
Merci à vous
Paul
P
Merci ! Cela fait plaisir