Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

Réchauffement climatique : les scénarios catastrophes.

8 Décembre 2009 , Rédigé par Paul Keirn

Le magazine GEO, toujours d'une exceptionnelle qualité, connu pour ses photographies remarquables, fait paraître ce mois-ci un dossier comprenant de nombreux articles, à l'occasion de la Conférence de Copenhague,  parmi lesquels figurent ces scénarios catastrophes. 

SCENARIOS CATASTROPHES

"Entre 1990 et 2008, les émissions mondiales de CO2 ont augmenté de 40%. Déjà visibles, les conséquences environnementales de cette concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère vont devenir rapidement incontrôlables si l’Homme ne parvient pas à limiter le réchauffement climatique à 2°C, objectif affiché du Sommet de Copenhague qui débute le 7 décembre. Présentation des impacts pour la planète des différents scénarios de réchauffement, d’après les modèles climatiques établis par les scientifiques.

Le contexte

Depuis le début de l’ère industrielle, la température de l’air s’est réchauffée de 0,7°C. Mais l’accélération du phénomène ces dernières décennies va entraîner une augmentation beaucoup plus importante et rapide des températures. "La température moyenne de l’air devrait se réchauffer entre 2 et 7 degrés en 2100 par rapport à la période industrielle", écrit l’Institut de recherche sur les impacts du climat de Potsdam, dans une synthèse publiée fin novembre des différentes études scientifiques parues depuis 2007.

Les scénarios de réchauffement

• +1°C : moins de glace, plus de pluie
Un réchauffement de la température de l’air d’au moins 1°C est inévitable à moyen terme. Il se traduit par un dérèglement important du rythme des moussons asiatiques. La fréquence et l’intensité de ces précipitations augmentent le risque d’inondations et de destruction des cultures. Un degré supplémentaire signifie également la fonte accélérée d’une grande partie des glaces de la calotte Arctique ainsi qu’une panne du système des courants océaniques comme le Gulf Stream, qui contribue à rafraîchir le climat en Europe.


• +2°C : mort du corail et érosion des sols
A force d’absorber des quantités toujours plus grandes de CO2, les océans s’acidifient. Un phénomène qui met en péril la survie des récifs coralliens, qui constituent un réservoir de biodiversité exceptionnel. La faune et la flore terrestres ne sont pas épargnées non plus, puisqu’un tiers des espèces vont quitter leur habitat naturel pour tenter de survivre au changement climatique, certains écosystèmes ayant atteint leur point de rupture.Autre conséquence d’un réchauffement de deux degrés : la sécheresse, qui érode les sols, compromettant la fertilité des terres arables. La production alimentaire pourrait même baisser de près de 40% en Afrique subsaharienne, en Amérique centrale ou en Asie du Sud-Est, entraînant un hausse significative du nombre de personnes souffrant de la faim (plus d’un milliard en 2009).


• +3°C : montée des eaux et forêts asséchées

Un réchauffement de 3°C signifie une hausse importante du niveau des océans, notamment sous l’effet de la fonte de la banquise. Des études scientifiques récentes indiquent que cette hausse pourrait atteindre un à deux mètres, des chiffres bien supérieurs aux prévisions initiales du GIEC (de 18 à 59 cm). Le phénomène menace plus de 380 millions de personnes vivant dans des régions côtières situées à moins de 10 mètres d’altitude, notamment dans les mégalopoles d’Asie du Sud-Est.
La hausse des températures augmente le taux d’évaporation de l’air et donc la fréquence de pluies toujours plus acides du fait de la concentration de CO2 dans l’atmosphère. Maintenu en état par la capacité de la forêt amazonienne à stocker du carbone, le cycle des pluies en Amérique du sud risque d’être complètement bouleversé. Victimes de la sécheresse, les autres forêts tropicales, comme celle du Bassin du Congo, deviennent des puits de carbone de moins en moins efficaces.


• +4°C : des catastrophes naturelles au quotidien

La sécheresse augmente la pression déjà importante sur les ressources en eau ainsi que le risque d’incendies, notamment dans les forêts boréales de Russie. Près de la moitié des marécages et zones humides disparaissent sous l’effet conjugué des vagues de chaleur et de la montée des eaux. Des dizaines de millions de réfugiés climatiques fuient leur pays d’origine, notamment dans les régions les plus exposées au changement climatique (sous-continent indien, îles du Pacifique, Afrique de l’Ouest…).
La pression sur les ressources en eau devient insupportable. Les glaciers himalayens, qui alimentent aujourd’hui 85% des réseaux d’eau douce en Asie  du Sud-Est, fondent à cause de la hausse des températures. La destruction des milieux naturels et la crise alimentaire favorisent le développement de maladies mortelles comme la diarrhée, la dengue ou la malaria.


• +5° à +7°C : le chaos

L’extinction de la biodiversité mondiale se poursuit, avec la disparition de plus de 40% des espèces animales et végétales recensées à ce jour. La concentration de CO2 dans l’atmosphère bat des records, notamment sous l’effet de la fonte du permafrost, une couche de glace présente en Sibérie, en Alaska et au Canada, qui stockait jusqu’alors plusieurs dizaines de gigatonnes de CO2 par an.
Les phénomènes météorologiques extrêmes (raz-de-marée, cyclones, canicules…) sont de plus en plus violents. Le coût financier de ces catastrophes devient incontrôlable, représentant 20% à 30% du PIB mondial, conformément aux calculs de l’économiste britannique Nicholas Stern. Surtout, cliniques et hôpitaux ne parviennent plus à faire face à l’afflux de personnes victimes de catastrophes naturelles ou de maladies liées à la dégradation de l’environnement."

Article de : Blaise Mao
dans




Mardi 8 décembre 2009, sur France 2 :

  

Fiche programme : UN SOIR POUR LA TERRE

UN SOIR POUR LA TERRE
UN SOIR POUR LA TERRE Mag - Environnement 





Date : 08/12/2009
Horaire : 20H35 - 22H50
Durée : 135 mn

Invités: Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie; Daniel Cohn-Bendit, député européen; Ségolène Royal, anicenne ministre de l'Environnement. Au sommaire «Un soir pour la Terre, le film». Yann Arthus-Bertrand et ses équipes mettent en parallèle les effets du réchauffement climatique en France et dans des régions éloignées du globe. Les documentaristes se sont notamment rendus au Bengladesh, où vivent les premiers réfugiés climatiques: leurs îles ont disparu, englouties par la montée du niveau de la mer. En Camargue, on constate aussi une avancée des eaux qui grignotent le littoral. - «Agir, vite et comment?». Marie Drucker anime un débat avec Yann Arthus-Bertrand pour mieux comprendre les enjeux du sommet de Copenhague et donner des réponses politiques mais aussi scientifiques aux questions soulevées par le film. Les téléspectateurs pourront intervenir tout au long de la soirée.

  
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P

Un crédit sur 7 générations ?
J'ai relu 2 fois pour être sûre d'avoir compris ... sont dingues ?!
Qui peut vouloir laisser des dettes à ses enfants ... et la suite ?
On marche sur la tête là.


Répondre
P

Je l'ai (re)vu hier soir, juste pour me faire peur !
On devrait obliger tous les chefs d'Etats, tous les PDG d'entreprises, à regarder ce film.
Je ne peux pas croire que c'est volontairement qu'ils font comme si tout allait bien. Parce que les raisonnement à la Bush - genre 'on ne peut pas entraver le développement des entreprises' - ça a
eu son temps mais maintenant, faut qu'ils se bougent et rapidement encore !
A quoi leur serviront tous leurs milliards quand il n'y aura plus d'eau - qui de toute façon sera polluée - et que les gens s'étriperont pour en avoir ?
N'ont-ils pas d'enfants et de petits enfants tous ces gens là ?


Répondre
P

Tout à fait en accord avec vous. Il semble qu'il n'y ait malheureusement pas de limite au profit à court terme : les japonais offrent des credits dont le remboursement s'étale sur...sept
générations ! On croit rêver. J'imagine les arrières arrières petits enfants contraints de payer. Comment moraliser un système fondé sur le profit à court terme ???