Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

La culture des morilles, chez soi, pas à pas.

27 Février 2011 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #CHAMPIGNONS

 Culture des morilles aux USA - PF 
Cet article fera l'objet de commentaires ces jours suivants. Vos contributions sont les bienvenues (questions, remarques) en écrivant  ici

 

Summertown, Tennessee, USA (photos des étapes par Bob Harris)

"Cette technique a été développée par Gary Mills, mycologue, après de nombreux essais et erreurs,et d'observations des morilles poussant dans la nature. Ce qui suit est une séquence que Gary a présenté dans le cadre de la série de PBS, "Scientific American Frontiers". La température, l'humidité, le substrat et d'autres paramètres détaillés ont été mis dans le domaine public par George Robert Trager."

 

Étape 1.

morel1

Généralement la cueillette se fait au début du printemps. Ils peuvent être très difficiles à trouver, mais regardez bien sous les arbres, parmi les feuilles tombées à l'automne précédent et, si possible, dans les zones récemment brûlées par les feux de forêt.

 

Étape 2.

Gardez les morilles aussi fraîches que possible après la cueillette en les conservant dans un sac, puis mettez-les au réfrigérateur lorsque vous rentrez à la maison (dans le bas à légumes 3 à 4°). 

 

Étape 3.
morel3

Dans un endroit très propre prenez un trombone stérilisé à l'alccol pour percer la tige d'un champignon d'apparence saine. 

 

Étape 4.
morel4 

Suspendez le champignon par le trombone au-dessus d'une boîte de Pétri* récemment préparée. La boîte de Petri et les instructions de préparation du substrat nutritif (gélose d'agar-agar) peuvent être commandés auprès Mushroompeople .

* Une boîte dite de Pétri est une boite plate, en verre, disposant d'un couvercle, également en verre.
______________________________________________________________________
Note sur la gélose d'agar-agar :

"La plupart des paramètres/contraintes de cultures ont été pris en compte.  C'est une gélose générique qui a fait ses preuves, plutôt que tâtonner tant bien que mal pour parvenir à faire des inoculats de morilles  :

Composition :

- Peptone (jus de viande).............................. .... 10 g

- Glucose massé (ou miel) .............................. . 20 g

- Agar-agar .............................. ................. 15 g

- Chloramphénicol .............................. ......... 0,5 g

- Vitamines et facteurs de croissance (= 1 gélule d'ultralevure)

- Eau distillée (quantité suffisante pour).............. 1 000 mL

Note : le chloramphénicol est un antibiotique. Demandez conseil à un pharmacien."
___________________________________________________________________________ 

Étape 5.
morel5 

Laissez les spores de la morille tomber à la surface de la boîte de Petri. Si vous ne voyez pas les spores tomber, il suffit d'attendre que cela commence ! Patience.

 

Étape 6.
morel6 

Couvrez (refermer le couvercle de la boite de Pétri) et scellez la plaque de gélose et de le conserver (à 55-80 ° F, soit entre 12° et 26° Celsius, nos degrés en France). Il est judicieux de retourner la boite de Pétri pour empêcher l'humidité de s'accumuler sur le couvercle. Après une période de quelques heures à quelques jours, les spores commencent à envoyer leurs premiers cordons mycéliens dans la plaque de gélose

 

Étape 7.
morel7 

Les cordons mycéliens formeront une sorte de toile d'araignée qui s'étendra peu à peu sur toute la plaque. Pour maintenir une croissance rapide que nous transférons sur un nouveau support nutitif. La partie la plus intéressante est celle qui pousse sur les bords de la boîte, où les filaments poussent le plus vite.

 

Étape 8.
morel8 

Segmentation de la gélose pour multiplier le mycellium et transplantation :

 Lorsque la plaque est entièrement colonisé, deux choses sont souhaitables :

a) vous pouvez découper la gélose en bandes et l'impanter dans de nouvelles boîtes de Pétri, et ainsi propager indéfiniment votre culture de mycélium, 

b) vous allez transplanter le mycelium sur un nouveau suppart fait de graine Dans tous les cas, lé découpe de la gélose contenant le mycelium se fait à l'aide d'un scalpel ou d'une lame de rasoir, stérilisé à l'alcool après chaque coupe.

 

Étape 9.

morel9

Préparation du nouveau substrat

 Un bon support consiste à utiliser des semences de ray-grass (graines de gazon). D'autres céréales comme le colza, les graines de chanvre (graines pour oiseaux) peuvent être utilisées. Faites un lit de graines de 7cm dans un récipient et le recouvrir d'eau. Laisser tremper pendant 24 heures.

 

Étape 10.

Fabrication du substrat

Egoutter soigneusement les graines trempées pendant 24 heures et mélanger les avec du terreau,  à raison d'1 part de terreau pour 5 parts de céréales. Déposer 2 tasses de ce mélange dans un bocal de conserve en verre de taille moyenne (250 ml). (Désolé, les images sont d'une bouteille de bière!)

 

Étape 11.

morel11

Monter un couvercle filtrant (style gaze) et la bague et stériliser pendant 1 h à 15 psi* dans un autoclave. 

*1 psi (pound surface inch) est une mesure de pression anglo-saxonne représentant une "livre-force par inch carré" soit après conversion 103 KPa (lire Kilo Pascal). 1 bar étant égal à 100 000 Pascal. 103 Kpa est l'équivalent de la pression atmosphérique normale. Autant dire sans pression !

 

Étape 12. 

morel12

Inoculation du nouveau support

Nettoyer la surface de travail avec l'eau de Javel 5%, (utiliser une hotte à flux laminaire, si possible). Retirez le disque de filtration du pot et ajouter rapidement quelques petits morceaux de mycélium de culture sur gélose avec une flamme stériliser le scalpel. Remplacer le disque filtrant. Couvrir le filtre d'une feuille de papier aluminium pour éviter le dessèchement sans serrer. Restériliser votre scalpel après chaque transfert.

 

Étape 13.

morel13

Agiter le bocal pour bien mélanger dans le mycélium. Placez le pot dans un endroit frais (68 à 71 ° F) et sombre pendant environ 4 à 6 semaines. Bonne croissance sera indiquée par des brins blanchâtres de mycélium en croissance dans le milieu. À environ 5 semaines, de petits agrégats de couleur blanche à rouille montrera que les sclérotes se forment.

 

Étape 14.
morel14 

Quand les sclerotes sont visibles dans les bocaux, préparer des plateaux propres à recevoir le mélange de fruits. Construction d'une salle de fructification où la température, l'humidité, léger et frais, filtré, l'air peut être contrôlée avec précision. Le "cultivateur de champignons" par Stamets et Chilton a d'excellentes idées sur les chambres de croissance.

 

Étape 15.
morel15 

Réalisation du substrat de fructification (sur lequel pousseront les morilles)

Une moitié :

- terreau, 30%
- sable, 20%.

L'autre moitié : matière organique 

composée de 8 parts de petits copeaux de feuillus (frêne, chêne, érable, hêtre, orme, pommier, etc), 

- son (ou balles de riz),  1 part
- tourteau de soja, 0,5 part
- tourbe (sphaigne), 0,5 part
et une petite quantité de chaux pour amener le pH de 7.1 à 7.3. 
Bien mélanger.

 

Étape 16.

morel17

Préparation d'un premier bac

Remplir un plat de 25x25cm en alu, style moule à gâteau ("9-1/4 inch x 9-1/4 aluminium autoclavable") avec des bords de 6,5 cm de haut ou une bassine en plastique. Le récipient doit être généreusement percé de trous de drainage. Saturer substrat avec de l'eau. Laisser égoutter complètement. 

 

Étape 17.
morel18 

Préparation d'un second bac
Remplissez un deuxième bac identique au premier, rempli de graines de ray-grass (gazon)  drainés jusqu'à une profondeur de 1 / 2-1 pouce (il faut donc percer les trous de drainage sur les côtés du bac de ray-grass à une hauteur de 4 cm du fond. Ainsi une couche d'eau de 4cm subsiste. 

 

Etape 17.1

Mettez le bac de substrat SUR le bac de semences de ray-grass. Place les deux bac plateaux préparés dans un sac autoclave stérilisé muni d'une fermeture (les sacs de cuisson semblent bien fonctionner)  

 

Étape 18.Nettoyer un plan de travail avec de l'eau de Javel. Mélanger 1 / 2 tasse du substrat élaboré aux étapes 10 et 12 dans le substrat de fructification (voir Etape 15) en utilisant une cuillère stérilisée à la flamme. Refermer le sac contenant les deux bacs superposés et le placer dans un endroit frais (18° à 21°Celsius - 65-70° Farenheit) et sombre pendant 4-6 semaines. Au cours de cette période d'incubation, l'humidité devrait être maintenue à 90-100%, le CO2 à 6000-9000 ppm et aucun échange d'air frais.

(Ndr - Les deux bacs étant enfermés dans un sac, saturés d'humidité par le bas contenant le ray grass, on imagine mal que l'humidité soit inférieure à 90%).

 

Étape 19.

Obtention des sclérotes

morel19

Après 4-6 semaines, la surface du substrat doit être couvert de sclérotes. Les sclérotes, ces morceaux durs, sont le secret de la croissance des morilles. Ce sont les «graines» de vos champignons. Garder au frais (3 ou 4°) les sclérotes (bac à légumes du réfrigérateur). Ces sclérotes sont viables au plus pendant un an, dans des conditions optimales.

 

Étape 20

Refroidissement (une étape nécessaire) 

Après envahissement par les sclérotes et le "blanc" (mycélium), stoppez la superposition : enlevez le bac de semences de semence de ray-grass et mettre le bac contenant les sclérotes en réfrigération (3 à 4°) pendant deux semaines. 

 

Étape 21. 

Retirez le bac à sclérotes de la réfrigération et le placer dans la chambre ou salle de fructification. Lentement, saturer le substrat avec de l'eau stérile tiède (18 à 21°)° F).Cette saturation en eau durera pendant 12-16 heures. Ensuite, laissez égouter pendant environ 24 heures.

 

Étape 22.

morel23

Les primordia (en l'occurrence, les pousses de champignons) se feront en 3-7 jours. humidité du substrat 60%, humidité de l'air 95-100%, température de l'air 23°C , si possible, filtrer l'air de la pièce sur 6 ou 8 heures. Cycle de lumière : éclairage 12H (lampes de serre), obscurité 12H . Gardez CO2 inférieure à 900 ppm (parties par million).

 

Étape 23.

Semaine suivante : la maturation des champignons

morel21

L'humidité du substrat est réduite à 50%, L'humidité de l'air 85-95%, température de l'air maintenue à 23° C. Le changement d'air par cycle de 6 à 8 heures. Changement d'air, éclairage et CO2 identiques à l'étape 22.

Les morilles sont alors comme sur la photo d'ouverture, prêtes à être cueillies.

 
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Bonjour Mr Keirn.
Êtes vous un alias de Mr Clowez ?
Cordialement.
Répondre
P
Bonjour ! Petit le monde des morilles et des morilleurs ? Pas tant que ça !
Je ne suis pas un "alias" de M. Clowez et lui fait partie des meilleurs en France.
L
Les experts en morille ne sont pas si nombreux en France et comme le monde est petit...

Au plaisir de vous lire en tout cas.
P
Non ! Pourquoi ?
B
Bonjour.
Pour ceux que ça intéresse, la méthode chinoise de culture des morilles est expliquée ici :
https://laculturedesmorilles.blogspot.com/2019/11/la-methode-chinoise-de-culture-des.html
ça à l'air assez compliqué mais plus si secret.
Bonne culture !
Répondre
F
Bonjour je voudrais savoir si c’était possible de récupérer des spores à partir de morilles séchées. Si c’est possible quelle est la procédure? Merci
Répondre
P
Déjà répondu : lire commentaires.
Courage ! Paul
C
Bonjour M. KEIRN,

Merci de votre partage. Vu la saison je tente mes premières test pour faire de la morille. Concernant le milieu de culture je me demandais si : pour la peptone, le jus de viande doit être frais ou cuit ? Pour l'extrait de levure, peut-on le tenter avec la levure de bière degré alimentaire ? Quel rôle joue le chloramphénicol ?
Je vous remercie et vous souhaite une bonne journée.

Chombela.
Répondre
P
Désolé, je vais être en déplacement. J'essaierai de vous répondre sous quinzaine.
Bien à vous
Paul
G
Bonjour
Pour la chambre de culture :
Que conseillez-vous en termes de puissance de lumière : 250, 400 ou 600 watts, classique ou plutôt LED ?
Y a t'il des chambres de culture spécifiques pour la culture des champignons ?
Merci
Répondre
P
http://champignonscomestibles.com/fabriquer-chambre-culture-champignons , par exemple. Attention à ne jamais dépasser 22°
F
Ou trouver des boite de pétri ainsi que les ingrédients pour fabriquer la gélose avez vous un lien svp
Répondre
P
https://www.google.com/search?q=achter+des+boites+de+P%C3%A9tri&rlz=1C1CHWL_fr&oq=achter+des+boites+de+P%C3%A9tri&aqs=chrome..69i57j0l7.6146j0j7&sourceid=chrome&ie=UTF-8

https://www.google.com/search?q=acheter+de+la+g%C3%A9lose&rlz=1C1CHWL_fr&oq=acheter+de+la+g%C3%A9lose&aqs=chrome..69i57j0.3831j0j9&sourceid=chrome&ie=UTF-8
Il faut toujours demander à Google search
G
Merci pour votre aide.
Il s'agit bien de morilles fraîches ramassées dans les bois et vous aviez raison les plats de Pétri sont desormais colonisés. Par contre, n'ayant plus suffisamment de Pétri j'ai pris des bocaux en verre jointés et après fermeture il apparaît de la moisissure sur la gélose (filaments blancs) : est-ce fichu ?
Je teste le process sur 40 morilles donc je suppose que c'est normal d'avoir de la perte...
Répondre
P
C'est toujours très rapide. Attention à la température ! Pas trop !!
G
Bonjour
Après l'inoculation vous conseillez de maintenir les pots de substrat à une température de 21°C. Or par curiosité j'ai laissé 6 pots à une température constante de 30°C et surprise : en 8 jours les pots sont colonisés à 75% de leur volume. Cela vous semble rapide où est-ce normal ?
Pour 30 autres pots pas encore de signes de colonisation.
Merci
P
C'est bien la raison de la stérilisation avant ensemencement. Il ne faut d'autres spores sinon ceux de la moisissure s'installent. Il faut donc vraiment bien stériliser les boites de petir ou bocaux ainsi que la gélose. Alors seuls les spores de la morilles ont droit de cité.
Attention : les filaments blancs peuvent être du mycélium de morilles ! C'est aussi possible.
G
Bonjour
Combien de temps faut-il laisser la morille au-dessus du plat de Pétri : jusqu'à ce qu'elle soit desséchée ? Voit-on les spores ? Cela fait 7 jours que j'ai mis 10 morilles au-dessus de la gélose et je ne suis pas certain qu'il y ait des spores, comment en être certain ?

Merci d'avance
Répondre
P
Bonjour ! Tout d'abord d'où vient la morille ? Si c'est une morille ramassée dans les bois ou sur un marché local, pas de problème : le séchage entraînera la présence de spores. Il suffira de tapoter. En revanche, les morilles en bocal sont lavées et perdent 90% de leurs spores, voire la totalité. Normalement on voit la "poudre" sombre sur la gélose. A défaut, prendre une loupe forte (ou de jumelles retournées)
Y
Bonjour, j'ai lu avec intérêt votre article, et je voudrais savoir s'il est indispensable de passer par les étapes 9 à 13, qui ressemblent de très près aux étapes 16 à 18 à une échelle différente. N'est-il pas possible à votre avis de passer directement de l'étape 8 à l'étape 16 ? Cordialement. Yann
Répondre
P
Il faut suivre l'ordre des étapes, parfois déconcertantes.
C
bonjour,
Je vous remercie pour cet articles très detaillé!
C'est bien de la culture en interieurs que vous faites?
merci par avances pour votre réponse
Répondre
P
Bonjour Cédric
Et merci !
Dans tous les cas, il s'agit de culture sous serre. Tout simplement parce qu'il faut tenter de reproduire les conditions naturelles telles qu'elles évoluent dans le temps, entre novembre et avril. Et donc gérer des variables telles que l'hygrométrie de l'air, du sol, la composition du substrat, température mini, maxi, etc., etc. Il y a pas mal de variables ! Et elles ne sont pas fixes dans le temps.
Bien à vous
Paul
G
Bonjour ,
Ou acheter des graines ou autres pour fairede la culture de morille
J'ai trouvé des morilles dans mon jardin il y en aura encore l'année prochaine?????
Cordialement
Répondre
P
Bonjour ! Ce ne sont pas des graines mais du mycélium. Et le meilleur producteur français est France Morilles : https://francemorilles.com/fr/
En plus, vous pouvez accéder gratuitement au mode d'emploi de ce mycélium. Vous verrez que même avec le mode d'emploi cela n'a rien de facile !
Morilles dans votre jardin :
Si elles sont apparues à la suite d'un "traumatisme" (brûlis de feuilles mortes par exemple), elles ne reviendront pas : le mycélium a été attaqué et pour ne pas disparaître, il a fait apparaître ses "fruits", les morilles, qui ont lancé des spores dans toutes les directions pour recréer un autre mycélium.
S'il n'y a pas eu de traumatisme du sol, c'est que les conditions étaient parfaites pour faire naître de morilles : courbe de température (en surface et dans le sol) sur deux mois, courbe d'hygrométrie, granulométrie du sol, etc. Si les conditions sont identiques, elles apparaîtront, sinon, non
M
hello, sorrry... i dont understand because, spores nee a 2 weeks of refrigeration. thank you :-)
Répondre
P

The vernalization is a period of cold undergone by a plant necessary to make it pass the spores of the vegetative stage to the reproductive stage, that is to say to start the process.
M
Bonjour comment vous faire pour faire du mycélium je débute dans votre site donc j'ai essayé mais j'ai donc pas y arriver donc est-ce que vous pouvez m'expliquer et vous faire une belle vidéo car le sirop il faut en mettre beaucoup ou pas beaucoup moi je veux faire du mycélium de pleurote le faire pousser ses du Marc café ou sur de la paille où le faire certifier des chevilles de bois pour mettre sur les arbres merci de m'indiquer le plus facile
Répondre
J
Bonjour monsieur Keirn. je voudrais savoir si à l'étape 17-1 il est nécessaire de stériliser à nouveau l'ensemble des deux bacs ?
Répondre
P
Cela dépend des conditions dans lesquelles vous travaillez. Si tout est vraiment propre, vous pouvez toujours prendre le risque. Les mauvaises moisissures sont la plaie dans toutes ces procédures.
M
Je pense que sans avoir de gros moyens pour simuler le climat ( humidité, hygrométrie et simulation des cycles de jours et nuits les terrariums ou autres vivariums doivent être l'idéal les parois faisant office de blocage pour les courants d'air) à ajouter avec des prises programmables pour des lumières synthétisant les bienfaits du soleil, apportant ainsi les UV nécessaires et des brumisateurs comme ceux utilisés pour hydratés les batraciens en captivité ainsi que cordons ou tapis chauffant pour la chaleur ... Cela représenterai une certaine autonomie du processus sans a avoir à réglé sans arrêt cette usine à gaz... Cela me plairait d'essayé et rien ne m'y empêche ^^ je vais me lancer ! Je vous dirais ce qu'il en est dans un quelques mois . Puis-je utiliser une morille acheter en magasin ? ou il y a un risque que les spores aient complètement disparu du champignon après toute la manutention ?
Répondre
P
Bonjour ! "Bloquer les courants d'air" n'est pas une bonne idée (un renouvellement est nécessaire). Je serais vous, j'achèterais un pot de mycélium chez France Morilles. Au moins vous seriez sûr qu'il s'agit de la souche qui pousse sans arbre dans le voisinage. Et puis le timing des paramètres, voir FM
F
Bonsoir ,
J'ai fais un essai de culture de morille qui a commencé au printemps 2017 dans un sac de congelation .
Ce sac est rempli de marc de café et d'un morceau de morille , j'ai laissé ce sac bien fermé pendant plusieurs mois dans mon garage et il y a eu un développement blanchatre sur une partie du marc et quelques bourgeons si l'on peut dire a l'interieur .
J'avais deja essayé cette methode avec de la pleurote et le resultat etait positif avec une belle fructification mais pas abondante.
Tout cela sans manipulation sterile .
Que pensez vous de ce bricolage?
Répondre
P
Pourquoi pas ! Cependant le pleurote n'est pas la morille. Vous avez peut-être découvert une nouvelle méthode. C'est un domaine où tout est encore à découvrir. Félicitations pour ces premiers pas
V
Monsieur Keirn bonjour,

Tout d'abord grand merci de ce que vous partagez là.

J'espère pouvoir très prochainement mettre en pratique ce à quoi vous nous initiez ici.

J'attend néanmoins de faire ma formation d'une semaine en myciculture, dans le cadre de mon PPP en vue d'une installation agricole, pour déjà avoir de bonnes bases de travail, avant de tenter les apprentis sorcier de la morille avec votre méthode! :)

J'ai donc une question ou deux qui ne concernent donc pas directement votre article ici, mais plus globalement ce qui se passe en ce moment pour ce petit champignon, et tous ceux qui y tentent leur chance:

En cherchant sur le net je tombe sur la culture de morilles; je tombe donc évidemment sur Francemorille, mais je tombe aussi sur ces producteurs bretons dont quelques articles font mentions;

Je tombe de nouveau sur un article ou Mr. Perchat (France morille) parlant de "pilleurs bretons", etc...

Je ne peut m'empêcher d'imaginer un scénario un petit peu pessimiste de ce qui semble se produire dans notre pays concernant un produit jusqu'alors rare, et qui semble être, dés lors qu'il est presque"produisible", accaparé par des personnes sous formes de brevet, de licence (j'imagine bien sur qu'ils y ont consacré une partie de leur vie pour que cela puisse se faire, et peut donc comprendre leur frustration et motivation à ce que tout le monde ne fasse pas n'importe quoi n'importe comment).

Et je ne peux m'empêcher, de fait, de penser à ce qui se fait déjà au travers le monde, en agriculture, du monopole que certain on, par le biais de licences, de brevet, à empêcher les autres de pouvoir... bein gagner de l'argent finalement si l'on y regarde bien!

Et ca, c'est quand même très gerbant comme attitude non?

Aujourd'hui on peut produire la Pleurote sans passer par une entité qui dicte ou non les méthodes et apprentissages, et sans payer quoi que ce soit, non?

Alors pourquoi diable certains continuent d’œuvrer dans cette voie?
quel humanité dans tout ca ?
(je parle de la transmission (grauite!) du savoir que baffoue les "lois du marché")

"c'est moi qui l'ai trouvé, alors c'est à moi!"... on dirait des enfants dans une cour d'école, et moi qui suit éducateur à la base, et bien retrouver encore cette dynamique chez les adultes me sidère quelque peu, au vu des résultats que cela provoque (Mr. Perchat parle, de "poursuivre", j'imagine en justice, les "pilleurs"..)

bref, excusez moi je m'égare! :)

finalement ce que je souhaiterais savoir ici, c'est:

-peut on aujourd'hui tenter de produire la morille à des fins de commercialisation, sans devoir quelque chose, ou se heurter, à un "dirigeant" de cette production?

-votre méthode décrite ici semble fonctionnelle non? (j'imagine qu'effectivement à vos yeux cela reste encore "-connaissez vous le fin mot de cette histoire avec ces producteurs bretons qui auraient soit disant "pillé" le travail de Mr. Perchat?
Ci ce sont les personnes auxquelles je pense (Champibreizh), ne parlent t'ils pas eux aussi dans divers articles, que le producteur principal (france morille j'imagines) n'ayant pas voulu les fournir, ils feraient par eux même (ils peuvent très bien par exemple avoir utilisé votre méthode, sans passer par "le brevet" chinois acheté par Mr Perchat?

comprenez bien ici que ma première volonté n'est pas de remuer ce qui sent mauvais, mais belle et bien d'avoir l'avis de personnes déjà dans la production de morille (vous même entre autre), et qui semble partager leurs connaissances (ce que je salut bien bas bas), car je désire moi aussi produire des morilles, à des fins commerciale, en tant que paysan (dans une certaine éthique très humaniste et respectueuse de l'environnement qui va avec).


Le petit scénario que je ne peux 'empêcher de voir ici, c'est "la morille c'est rare, donc c'est cher; on peut la produire? donc gardons le monopole de la production et la maîtrise des semences, histoire d'être toujours ceux qui gagnerons le plus dans cette histoire, et pouvoir maîtriser le prix au kilos qu'il soit."

Bon et bien excusez ce monologue, et merci d'avoir pris le temps de me lire, et peut être d'y répondre.

Bien à vous

Vivien
Répondre
P
Bonjour Vivien !
Et merci pour vos réflexions. Elles sont intéressantes. Pour répondre à votre principale question sur la possibilité de cultiver des morilles : allez-y ! vous ne devrez rien à qui que ce soit. Tout le monde peut faire des champignons à sa guise sans rien devoir à personne. Concernant les champignons de Paris, des pleurotes ou des shitakés, c'est enfantin. Des kits sont en vente partout. Il en va tout autrement des morilles. Champignon à la pousse complexe. Depuis plus de 200 ans, en France, on tente de cultiver des morilles. Idem au USA. Ce sont les Chinois qui ont trouvé. Et notamment un certain M. Zhu après 25 ans de recherche, d'observations, d'essais, d'erreurs. Gros travail !
Vous arrivez et vous dites à M. Zhu : donne moi ta recette. Que feriez vous à sa place ? Donneriez-vous le fruit de 25 ans de recherches ? Je n'en suis pas sûr. La recette coûte plusieurs centaines de milliers d'Euros. A prendre ou à laisser.
Si vous optez pour l'achat, il faut bien que vous amortissiez votre investissement, que vous reveniez sur votre dépense.
D'où la nécessité de protéger la recette chèrement acquise.
M. Perchat, qui a acheté ce brevet, diffuse largement la recette de la culture des morilles. Beaucoup plus librement que bien des gens ne l'auraient fait. C'en est même étonnant. Grâce à lui la France sera l'un des premiers pays dans la culture des morilles bio.
Il aurait pu réserver la "recette" à quelques très gros investisseurs avec des champs entiers de tunnels de culture, farouchement gardienés. Il a choisi que des milliers de cultivateurs de morilles existent. Un choix que peu de financiers auraient faits.
Rapprochez vous de France morilles pour commencer votre propre culture, je vous y invite
Bien à vous
Paul
G
Bjr,
Un peu grâce a votre fil, mais aussi a d'autres, je viens juste d'ensemencer une bonne quantité de pots.
3 avec morilles blondes
3 avec morilles coniques
3 avec cèpes
(provenance Sauvetagraine)
les reste avec shiitake et pleurotes de mon cru.
Affaire a suivre....
Mais comme je suis retraité/scientifique/informaticien/électronicien..... Je me demande pourquoi personne n'a développé un "système" informatisé qui recréerait les conditions environnementales adaptées pour faire croitre et fructifier des morilles ?
Si quelqu'un connaissait tous les paramètres (depuis la "germination" des spores a la production des carpophores) je me fais fort de les reproduire "in-vitro" pour vraiment pas cher.
Dommage que je ne lise cela nulle part.
Répondre
P
Bonjour ! C'est en cours et vous tombez bien, je programme les entrées/sorties à partir des paramètres adaptés
Les meilleures idées germent toujours à plusieurs endroits à la fois !
Bien à vous
Paul
G
Bjr,
Un peu grâce a votre fil, mais aussi a d'autres, je viens juste d'ensemencer une bonne quantité de pots.
3 avec morilles blondes
3 avec morilles coniques
3 avec cèpes
(provenance Sauvetagraine)
les reste avec shiitake et pleurotes de mon cru.
Affaire a suivre....
Mais comme je suis retraité/scientifique/informaticien/électronicien..... Je me demande pourquoi personne n'a développé un "système" informatisé qui recréerait les conditions environnementales adaptées pour faire croitre et fructifier des morilles ?
Si quelqu'un connaissait tous les paramètres (depuis la "germination" des spores a la production des carpophores) je me fais fort de les reproduire "in-vitro" pour vraiment pas cher.
Dommage que je ne lise cela nulle part.
Répondre
G
Bonjour,
Connaissez vous quelqu'un qui vende du mycellium en bouteille.
Il y a dans youtube plusieurs séquences assez étonnante concernant la culture des morilles, notamment un américain qui semble cultiver les morilles très facilement en faisant un broyat de morilles +quelques additifs et la récolte est au rendez vous, qu'en pensez vous ?
Répondre
P
Bonjour ! Pour tout ce qui concerne la culture des morilles, je vous conseille de prendre contact avec France Morilles (site)
Concernant un broyat + quelques additifs, cela ne suffit pas : le cycle de vie de la morille est vraiment complexe. Sinon, cela ferait longtemps qu'on aurait des morilles de culture. Il faut savoir régler température, humidité etc. pendant plusieurs mois. Pas évident !
Je pense que France Morilles saura vous aider mieux que je ne saurais le faire
Paul
D
Bonjour !!

Quel est selon vous l'étape la plus difficile dans ce processus ??
J'ai fait cette première expérience cette année et je viens juste de mettre mes sclerotes au frigo :p :p (enfin j'espère que ce sont bien des sclerotes hein x))

Ps : Cette expérience, qu'elle marche ou non est vraiment passionnante !
Merci !!
Répondre
P
Vous avez raison : tout à fait passionnant ! On se ressent un peu comme devaient l'être les alchimistes . Ici, une alchimie de la nature. L'étape la plus complexe est celle de la fructification. Comment déclencher le potentiel des sclérotes ?
M
Bonsoir je voudrais si possible plus de lumieres sur l etape 21 lorsque nous devons saturer le substrat .Le saturer progressivement sur 12 a 16 h?sans debordement? Et ma deuxieme question est: quel epaisseur de paillage"paille" devons nous poser sur une culture exterrieure en tunel pour l hiver pour remplacer le tapis de feuilles?
Et encore milles merci pour ce site c est au top du top
Répondre
P
Bonjour, Quelle surprise de trouver une morille dans un pot où j'avais fait des boutures de rosiers l'année dernière. Quelle explication ? Merci
Répondre
P
Oui il y a peu de photos de scérotes : https://ahp.li/42b628ddb4889562d892.gif
Ah oui, prenez des photos, on les passera sur le site. Sympa
D
Qu'est ce que vous appelez le potentiel des scérotes ?
Mes bacs étaient pleins (ils débordaient mm !) de morceaux durs marrons et de mycellium donc je pense que ce sont des sclérotes les morceaux bruns mais je n'en ai jamais vu au paravant ni mm sur internet :/
dans 2 semaines et demi je saurais si ça à marché où pas :p
Je reviendrai ici pour donner le résultat :)
P
Bonjour ! On demande à voir la photo. Il y avait en effet très très très peu de chance que cela arrive. Votre pot a réuni, dans le bon ordre et au bon moment, toutes les conditions nécessaires (température, humidité, luminosité) pour que le pollen s'implante dans le substrat, forme un mycélium, puis que des sclérotes (équivalent-graine), puis que l'un d'entre eux fructifie à la suite d'un événement inattendu pour enfin donner une morille. Autant dire qu'il s'agit tout simplement du processus naturel, mais que la probabilité qu'il advienne dans votre pot était infinitésimale ! Bravo !
J
bonjours je suis un grand chercheur de morille dans les altitude de 1000 mètre et en voyant ses idée de faire pousser des morille grâce a du myceliume déjà preparé je pourrais le planter ou quand si maintenant je pourrais le planter et les résulta avec 10g de mycelume sa va et si on peut le multiplier et comment merci de me répondre
Répondre
P
Difficile de dire oui ou non : il y a tellement de paramètres (chaleur, humidité, ensoleillement, exposition au vent, proximité d'autres plantes, composition du sol, etc., etc.) ! Tout l'environnement.
Une chose est sûre : il faut essayer ! C'est ça la science, on fait des essais et des erreurs. On observe, on apprend. Notez bien tout les paramètres relatifs à chaque endroit où vous déposerez du mycélium. Et...faites nous part des résultats !
P
Bonjour ! Pour tout renseignement concernant la culture des morilles, veuillez consulter le site https://francemorilles.com/fr
Cordialement
Paul
T
Bonjour!
Super idée, mais j'ai une question qui peut paraître bête: On récolte des morilles au printemps, on suit chacune des étapes pour ''planter'' de nouvelles morilles mais on ne doit pas forcément attendre le printemps prochain pour les voir sortir? ça me parait bizarre de faire pousser des morilles au mois d'aout...
Autrement il y a aussi la technique ou on prépare le mycélium dans de l'eau et qu'on le répand dans le jardin pour l'année suivante.
Je vous ferait part de mes expérience.
Merci pour ce site!
Répondre
P
Hmm ! Vous êtes perspicace ! L'idée serait de pouvoir produire des morilles toute l'année. Il est évident qu'il est pour l'instant plus simple de profiter des conditions climatiques qui ressemblent à celles de la pousse au naturel. Il y a déjà tellement de variables à traiter. Mais l'idée que tous les deux mois une nouvelle récolte apparaisse fait son chemin...
Oui, tenez moi au courant.
F
Bonsoir Paul,
je vais tenter le coup, je vous tiendrai au courant de ... j'espère une prochaine récolte !!! La saison de la Morille arrivant, je vous souhaite de belles cueillettes ... Merci encore pour vos bons conseils . Franc
Répondre
L
Pour Alai. S_eigne_.
Jalousïme = privé de quelque chose dans son passé.
Alors quand une personne prend le temps de faire un blog pour partager des informations du domaine du droit publique alors STOP: Je vous en prie...laissez la s'exprimer. Ayez juste un peu de respect.
Car si dame nature nous l'accorde malgré ce nombre incroyable de bipèdes qui ne la respecte pas, alors je puis vous assurez qu'une bonne fricassé de morilles et tout aussi délicieuse même si elle n'est pas accompagnée de viande.
Merci en tout à l'auteur pour ces informations car j'aimerai bien me recycler pour ce genre de projet.
Bien a vous.
********
Répondre
Z
Bonjour,
Je tiens à vous féliciter pour cet article.
J'espère un jour avoir le temps et les moyens matériels de suivre votre protocole.
Répondre
P
Merci !
J
merci pour votre blog , en lisant et relisant j'ai du mal à comprendre l'interet du 2eme bac (du dessous) rempli de ray grass , je n'ai pas saisi l'utilisation qu'il pouvait avoir dans le process.
Répondre
A

Votre article annoncé comme intéressant est vite délirant et fantaisiste. Jurassien, je peux vous confirmer votre délire car je ne suis pas convaincu que vous ayez une fois au moins cueilli
une seule morille dans son milieu naturel ... Ce champignon merveilleux d'aspect et de gout ne supporte pas  la médiocrité que vous étallez dans votre article de soi disant connaisseur
qui n'y connait rien du tout !!! En résumé la morille pousse après les orages sur des terrains qui peuvent être des decharges donc non reproductibles en privé.


 
Répondre
P


Bonjour ! Vous avez au moins le mérite d'avoir fait rire bon nombre de mes amis. En cinquante ans de cueillette, du Jura à la Provence, je peux vous affirmer que les morilles ne poussent pas
seulement "après un orage" et "sur des terrains qui peuvent être des décharges". En Provence, nous n'avons quasiment pas d'orage mais pas mal de morilles. De la somme de vos affirmations, disons
étranges pour ne pas vous blesser, jaillit un "DONC non reproductible en privé" dont vous seul avez le secret. La culture des morilles progresse que cela corresponde ou non avec vos "déductions".
C'est un fait. 



S


alors la, bravo


merci pour ce cours tres enrichissant.... j adore la cueuillette des champignons, j espere que cette secheressene leur nuieras pas de trop.


sincerement stef...



Répondre
P


Sourire ! Merci, cela fait plaisir. J'espère que cela vous aide pour la cueillette...ou la culture.



J


Pfffffffff cela me semble très compliqué! je reviendrais lire sans ma migraine!



Répondre
P
Merci à vous !
R
Bravo et merci
P


C'est au fond ce que fait la nature mais sans l'intervention de l'espèce humaine. Forcément les paramètres doivent être réunis pour que ça pousse.