Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

FUKUSHIMA - 24 mai 2011 - Quoi de neuf N°61 - Dernières nouvelles - NATURE(S)

23 Mai 2011 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #ENVIRONNEMENT MONDIAL

La-boite-de-Pandore---fukushima-quoi-de-neuf-61-natures-pau.jpg FUKUSHIMA - ACTUALITES  + G8 NUCLEAIRES EN DIRECT - REVUE DE PRESSE - DOCUMENTS

MERCI A TOUS LES LECTEURS... Brussels Liège Enghien Overpelt Monceau-sur-Sambre Vielsalm Gosselies Ayeneux Sint-niklaas Lobbes Verlaine Verviers Bilzen Pâturages Courcelles Mons Sovet Antoing...Geneve Lausanne Rümlang Dübendorf Assens Kilchberg Zürich Vermes Lugano La Chaux-de-Fonds Gland Kirchdorf Fully Neuchâtel Buchs Sion Nyon Nendaz Aadorf Aarau...Canada & Québec Saint-Paul Gaspé Léry Sorel Pierreville Coaticook Sherbrook Noranda Iroquois Montlaurier Gracefield Saint-Jerome Kirkland Montreal Boucherville Barraute Val d'Or Roberval Alma Joliette Gatineau Rimowski ... FAITES-VOUS CONNAITRE ! USA La Jolla Santa Barbara Mountain View palo Alto Charleston... Blida Fez Galway Diourbel Yaoundé Vitebsk Mélita Novosibirsk Séoul Hiroshima Nagoya Yokohama Suwalski Warsaw Cluj Napoca Catanzaro Castolibero ECRIVEZ !...

Illustration "La Boite de Pandore"

picto appel news en line fukushima - natures paul keirn EN DIRECT Clic ! Suivi de l'actualité de la catastrophe de FUKUSHIMA en DIRECT (optimisé Firefox, Chrome, Opera)

L'actualité de la semaine, c'est bien sûr le G8, non pas par ce qui y sera décidé, bien souvent les intérêts contradictoires des nations écrêtent les originalités, mais par le contexte historique dans lequel il se déroule : suite des retombées de la crise financière de 2008 (révolte en Espagne), révolution des pays arabes et feuilleton de la catastrophe de Fukushima, qui fonctionne comme un analyseur de nos sociétés : braquant le projecteur sur le type d'économie qui s'est imposé, les relations public/privé, état/entreprise et les "conflits d'intérêts", c'est à dire la corruption de l'idée démocratique ; choix énergétiques engageant des générations ; modèle de croissance ou de décroissance,  réchauffement climatique, etc. La sécheresse entre en piste : les réacteurs vont-ils être fermés un à un, faute d'eau ? 

Et puis, autre actualité, moins voyante, le rapport qui vient d'être rendu public par l'IRSN. Il met en lumière 

- que le niveau d'irradiation des populations japonaises est bien plus grave qu'on pouvait penser, au moins aussi important qu'à Tchernobyl ;

- que des mesures pourraient encore aujourd'hui - 24 mai 2011 - être prises par les autorités japonaises pour minimiser les effets cancérigènes à venir ;

Voir en fin d'article, les documents et commentaires relatifs à ce rapport. 

 

 Ecrire un commentaire - Partager        

 

BN.jpg - 20H40 SUR ARTE

 

A voir ce soir : "Toxic Somalia, l'autre piraterie", par Paul Moreira.

A ne pas manquer ce mardi 24 mai à 20h40 sur Arte, un documentaire exceptionnel sur l’autre piraterie en Somalie. Intrigué par une rumeur selon laquelle des déchets toxiques sont déversés dans ce pays, Paul Moreira s’est rendu sur place. Une enquête à haut risque.

Déverser une tonne de déchets toxiques le long des côtes somaliennes ne coûte que 2,50 dollars. C’est la décharge la moins chère du monde, et une source de bénéfices confortables pour les Occidentaux.

 

Déverser une tonne de déchets toxiques le long des côtes somaliennes ne coûte que 2,50 dollars. C’est la décharge la moins chère du monde, et une source de bénéfices confortables pour les Occidentaux. Mais ces polluants anéantissent les ressources maritimes, provoquent des malformations génétiques et des cancers chez les enfants... Afin de protéger leurs côtes et tout simplement de survivre, les Somaliens ont abandonné la pêche et se sont tournés vers la piraterie. Parallèlement, les réseaux mafieux responsables des trafics d’armes et de déchets prospèrent...Pourquoi avez-vous entrepris ce documentaire sur les déchets toxiques déversés par les pays riches en Somalie ?

Paul Moreira : "Il y a dix ans, dans l’émission 90 minutes, nous avions évoqué l’assassinat en 1994, en Somalie, de la journaliste italienne Ilaria Alpi qui enquêtait sur un trafic d’armes et de déchets toxiques. Nous n’avions pas envoyé d’équipe là-bas pour des raisons de sécurité. On ne disposait d’aucune preuve. Il s’agissait d’une rumeur. Celle-ci partait du témoignage de pirates somaliens qui disaient protéger les côtes de leur pays en attaquant les bateaux qui les approchaient. Ils se plaignaient de voir disparaître de nombreux poissons et des maladies qui affectaient les habitants des bords de mer. Était-ce une réalité ou de la propagande pour justifier la piraterie ? Notre enquête a permis de montrer que des bateaux déposent sur les plages somaliennes de mystérieux bidons contenant des produits toxiques. Nous nous sommes rendus à l’hôpital de Mogadiscio où nous avons vu des enfants atteints de maladies ou de malformations dues à une exposition prolongée à ces substances. Pour les Somaliens, les véritables pirates sont ceux qui répandent ces produits chimiques sans souci des conséquences pour la population".

http://www.leblogtvnews.com/article-a-voir-toxic-somalia-l-autre-piraterie-par-paul-moreira-74533714.html

 

              Ecrire un commentaire - Partager        

 

L'actu des MEDIAS :

AFP - 6H47

LE FIGARO

TF1 NEWS

24 mai 2011 - 07h10

Tepco confirme des fusions dans deux nouveaux réacteurs

Tepco, l'exploitant de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima-Daiichi, a confirmé mardi la fusion de barres de combustible dans les réacteurs n°2 et n°3 de la centrale endommagée par les puissants séisme et tsunami du 11 mars. Début mai, Tokyo Electric Power avait fait savoir que du combustible avait fondu dans le réacteur n°1. Le gouvernement nippon et les experts avaient laissé entendre que des fusions avaient pu se produire dans trois des six réacteurs de la centrale mais Tepco n'avait jusqu'à présent jamais confirmé l'information. Lors d'une conférence de presse, des responsables de l'exploitant ont reconnu qu'il y avait également eu des fusions dans deux autres réacteurs. La fusion s'est produite trois jours après le séisme dans le réacteur n°2 et le 13 mars pour le n°3, ont-ils indiqué. Une grande part du combustible a probablement fondu et est sans doute tombé au fond de la cuve sous pression, ont-ils ajouté.

http://lci.tf1.fr/filnews/monde/tepco-confirme-des-fusions-dans-deux-nouveaux-reacteurs-6499715.html

 

JIM.FR (Journal International de Médecine) - 23 mai 2011

Une erreur humaine a favorisé l’accident de Fukushima

En effet, comme le révèle le site Mediapart, on y découvre que le système d’isolation condenser (IC) qui contribue à refroidir le cœur d’un réacteur arrêté et ce même en l’absence d’alimentation électrique a été interrompu par les techniciens après son déclenchement automatique. Dans la précipitation, les opérateurs ont en effet procédé à cette manœuvre s’inquiétant d’une baisse de pression. Il a été ensuite impossible de relancer le dispositif après la rupture de toute alimentation électrique. Pour le journaliste scientifique Michel de Pracontal, il ne fait aucun doute que cette erreur a précipité l’échauffement au sein du réacteur n°1.

.../...

Contamination significative jusqu’à 270 km autour de la centrale

Les contaminations retrouvées au niveau de la terre et des plantes sont également inquiétantes selon l’Acro, notamment parce qu’elles dépassent très largement les zones proches de la centrale. Les responsables de ce laboratoire affirment en effet que : « Les retombées de Fukushima sont détectables à des niveaux significatifs jusqu’à Kanawaga, située à environ 270 km de la centrale ». Ces données nécessitent donc le maintien de la vigilance qui s’exerce à un niveau tant national qu’international comme le démontre le lancement il y a deux jours d’une enquête de l’ONU portant sur les conséquences pour la santé de la catastrophe.

http://www.jim.fr/en_direct/pro_societe/e-docs/00/01/E6/92/document_actu_pro.phtml


ENERGIE 2007.FR

Le premier ministre a adressé à Didier Migaud, Premier président de la Cour des comptes, une lettre de mission, datée du 17 mai 2011, relative aux "coûts de la filière nucléaire, y compris ceux relatifs au démantèlement des installations et à l'assurance des sites". Le rapport de la Cour des comptes est attendu avant le 31 janvier 2012.

francois fillon 1

"Monsieur le Premier Président,

.../...Il m’apparaît tout aussi important que soient également pris en compte, à leur bon niveau, les coûts liés au démantèlement des installations nucléaires, au recyclage des combustibles usés, au stockage des déchets, à la recherche et développement ou au contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection.

.../...Vous pourrez vous appuyer sur l'examen des comptes de l’ensemble des exploitants notamment EDF, le CEA et Areva ainsi que de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA), l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) et de l’ensemble des rapports réalisés par les exploitants nucléaires en application de la loi du 28 juin 2006.

.../...Vous veillerez à expertiser les données que vous fourniront les opérateurs du secteur nucléaire civil et à recueillir les questionnements pertinents, émanant d’économistes comme d’associations de protection de l’environnement.

.../...J’attache la plus haute importance à ce que cette démarche soit effectuée de manière ouverte et transparente : le Haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire (HCTISN) pourra y contribuer utilement selon les modalités que vous estimerez les plus pertinentes.

.../...Je souhaite pouvoir disposer de votre rapport avant le 31 janvier 2012.
Je vous prie de croire, Monsieur le Premier Président, à l’assurance de toute ma considération."

 

 

http://www.energie2007.fr/actualites/fiche/3382/nucleaire_cour_des_comptes_fillon_demantelement_centrale_230511.html

 

 

Programme du G8 - REUTERS France

JEUDI 26 MAI

G8 2011 bis

 - 13h00: déjeuner de travail consacré à des échanges sur la situation de l'économie mondiale et du Japon après le tremblement de terre meurtrier du 11 mars.

 - 14h45: session de travail consacrée à l'avenir du nucléaire après la catastrophe de Fukushima, au Japon, et aux moyens de faire progresser les négociations internationales sur le climat.

 - 16h30: session de travail sur internet, notamment son impact économique et social.

 - 19h00: Réception pour les participants du G8, avec leurs conjoints.

 - 19h30: dîner de travail consacré au "printemps arabe", au processus de paix au Proche-Orient, à l'Iran, aux conséquences de la mort d'Oussama Ben Laden et, plus largement, à la situation en Afghanistan et au Pakistan.   

http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRLDE74M18W20110523?pageNumber=2&virtualBrandChannel=0

Ecrire un commentaire - Partager        

EUROPE 1

Les résultats de l'AIEA attendus fin juin

Néanmoins, les résultats de l’Acro ne sont pour l’heure pas interprétés au pied de la lettre. Plus attendu, le rapport des 20 experts de l’AIEA, sur place jusqu’au 2 juin prochain, est attendu en revanche avec impatience. Il devrait être présenté lors d’une réunion ministérielle des 151 Etats membres de l'agence onusienne, qui doit se tenir du 20 au 24 juin à Vienne.

 

http://www.europe1.fr/International/Radioactivite-inquietante-aux-abords-de-Fukushima-554997/

 

SECHERESSE FRANCE & EUROPE
TELERAMA.FR

tf1-et-france-2-se-mouillent-pour-refroidir-les-centrales-n

La reporter de TF1 a interrogé Christian Chauvet, « porte-parole de la centrale de Civaux » –

 

tf1-et-france-2-se-mouillent-pour-refroidir-les-ce-copie-1

 chez EDF comme chez Areva, les « responsables de la communication » aux déclarations sujettes à caution sont remplacés par de très impartiaux « porte-parole » : « Ce débit est très fréquent de la mi-juillet jusqu’à fin septembre. Nous sommes dans une situation exceptionnelle. » « Et, à situation exceptionnelle, vigilance exceptionnelle, s’enthousiasme la journaliste. Car, pour fonctionner, la centrale a absolument besoin d’eau. Elle pompe dans la rivière 4 mètres cube, soit 4000 litres d’eau par seconde pour refroidir les deux unités de production. » Rappelons aux ignorants de la novlangue des « porte-parole » qu’une « unité de production » désigne un réacteur. 

« En salle de contrôle, on surveille donc de près le débit de la Vienne, qui est aujourd’hui de 13 mètres cube », assure TF1. « Dans la salle de contrôle, le débit est surveillé en permanence, assure France 2. En amont de la rivière, il y a 13,5 m3/s [soit 0,5 m3/s de plus que sur TF1, ndlr]. Un niveau digne d’un mois d’août. Ici, comme dans toutes les centrales françaises, on se dit prêt à arrêter les réacteurs. » « En dessous de 12 mètres cube par seconde en amont du site, on va commencer à baisser la puissance, arrêter un premier réacteur, explique le porte-parole de TF1. Et, si le débit continue à descendre, on va baisser la puissance du deuxième et l’arrêter. En tout cas, à 10 mètres cube par seconde, les deux réacteurs doivent être à l’arrêt. » 

 Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'environnement :

" Depuis la canicule de 2003, on a mis en place dans les centrales nucléaires un référentiel Grand Chaud, ce qui veut dire que les situations de forte chaleur et de sécheresse sont anticipées. "

 

http://television.telerama.fr/television/tf1-et-france-2-se-mouillent-pour-refroidir-les-centrales-nucleaires,69090.php

Nouvelle rubrique

investigations-travaux-pratiques.jpg

Feriez-vous un(e) bon journaliste d'investigation ? Si vous êtes ici, alors que les médias prennent leur distance avec Fukushima en attendant qu'une "actualité filmable" relance la machine, c'est sans doute que vous avez le fibre !...

QUESTION DU JOUR : A l'aide de votre moteur de recherche, trouvez des documents relatif au "coefficient de disponibilité" des centrales nucléaires dans le monde et notamment celles d'EDF ? 

Point de départ : le mot WANO
Demain publication de vos investigations...Utilisez "Ecrire un commentaire" ci-dessous 

Ecrire un commentaire - Partager        


DOSSIER DU JOUR : LE RAPPORT IRSN/DRPH
n°2011/010

 

Le 16 mai 2011, soit 66 jours après les rejets radioactifs des 15 et 16 mars 2011, les autorités japonaises ont publié un plan d'évacuation des populations, sur la base des dépôts relevés par le ministère japonais MEXT et en regard du seuil de 20 mSV (milliSieVert), limite maximale admissible fixée par la CIPR (Commision Internationale de Radio Protection).

L'IRSN a relevé le défi suivant : étudier ce que serait sa propre recommandation aux autorités françaises dans les mêmes circonstances, sur les mêmes bases chiffrées. Tâche qui lui reviendrait de droit si un accident survenait en France.

C'est ce rapport que NATURE(S) a lu pour vous.  

Cette étude, tout à fait remarquable par la qualité des recoupements et sa transparence, fait apparaître :

- que le niveau d'irradiation des populations japonaises est bien plus grave qu'on pouvait penser, au moins aussi important qu'à Tchernobyl ;

- que des mesures pourraient encore aujourd'hui - 24 mai 2011 - être prises par les autorités japonaises pour minimiser les effets cancérigènes à venir ;

En revanche, il faut noter que :

- la "culture CIPR" consistant à ne pas considérer uniquement l'intérêt sanitaire des populations (prise en compte de conséquences économiques et sociales réduisant le pur intérêt sanitaire, évidemment primordial) continue de polluer l'approche de l'IRSN ; 

- que les évacuations en terme de zones concentriques sont une absurdité totale.

Ces deux dimensions, qui ne sont pas des moindres, sont insuffisamment perçues par l'IRSN. 

Nous pouvons commencer par cette conclusion : voici le texte (à cliquer pour agrandissement) :

 IRSN 07 plus contaminés qua technobyl (2)

Ceci n'est pas acceptable. Tout comme en 1977 je m'étais insurgé contre les recommandations de la CIPR concernant les "doses génétiques admissibles" (en résumé doses d'irradiation que peut "supporter" une population de telle sorte que "les bienfaits du nucléaire" restent supérieurs au coût de toutes les conséquences génétiques futures, malformations infantiles, cancers, etc). Il en va ici de même : il est dit qu'il faut réduire la probabilité d'exposition, le nombre de personnes et le niveau des doses (principe dit "ALARA", acronyme anglophone de "As Low As Reasonably Achievable" ; qui se traduirait en français par « Aussi bas que raisonnablement possible ») MAIS "en tenant compte des facteurs économiques".

Cela rappelle la doctrine Mac Namara pendant la guerre du Viet Nam qui calculait le "coût d'un vietnamien tué" (avion, kérozène, prix des bombes). Je grossis le trait à dessein. Cela rappelle "les pertes acceptables" quand existait le Service militaire.  Il n'est pas acceptable que le respect de la santé des populations ne soit pas l'unique facteur pris en considération. Que l'IRSN demande à des médecins ce qu'ils en pensent ! Ou à chacun d'entre nous. Il est évident qu'un exode massif est toujours un drame, psychologique, sanitaire, social et évidemment qu'il a un coût. Mais ce coût, quel qu'il puisse être, quoiqu'il puisse advenir, ne doit pas, ne peut pas entrer en ligne de compte pour augmenter sciemment la dose reçue par la population. En toute connaissance des conséquences. Ce comportement est issu de la culture militaire et non de celle de la société civile. Il faudrait que l'IRSN s'en imprégne.    

 

IRSN 03 irradiations de zone (1)

 

IRSN 03 irradiations de zone (2)

Autre donnée que l'IRSN, pas davantage que les autorités japonaises, ne prend en considération c'est l'absurdité de l'évacuation concentrique. Si le vent souflait verticalement de haut en bas, la pollution radiactive s'étalerait de façon concentrique. Mais ce n'est pas le cas (voir les taux ci-dessus, représentés par des couleurs). Les populations situées au Nord-Ouest de la centrale sont dans des zones reconnues à risque et pourtant ne sont pas évacuées parce qu'elles sont au-delà du rayon décidant de l'évacuation. La pollution en "peau de léopard" doit être la seule donnée topographique déclenchant une action. Une fois encore, cette "rigidité" psychique consistant à ne prendre en compte que des données concentriques renvoie à un comportement issu de la culture militaire (je ne condamne pas la culture militaire, je dis qu'elle est sans doute pratique sur le terrain mais qu'elle ne représente pas la réalité de la situation à traiter).

SUITE DES COMMENTAIRES reportée à demain

IRSN 01 rapport Intro - in natures paul keirn

IRSN 06 doses catastrophiques

IRSN 07 plus contaminés qua technobyl (1)

IRSN 08

Ecrire un commentaire - Partager        

Merci à VOUS

 

Ecrire un commentaire - Partager        

picto appel news en line fukushima - natures paul keirn EN DIRECT Clic ! Suivi de l'actualité de la catastrophe de FUKUSHIMA en DIRECT (optimisé Firefox, Chrome, Opera)

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
U


Personne? Bon, allez, je me lance:


Le gouvernement de son côté encourage EDF à poursuivre ses efforts pour améliorer le coefficient de disponibilité des centrales, dans
l'objectif de le porter à 85%. Des engagements en ce sens seront demandés à EDF dans le contrat de service public en cours d’élaboration.



Les centrales nucléaires d'EDF affichent, depuis plusieurs années, une disponibilité supérieure à 90% pendant les périodes de pointe de consommation hivernale (du 1er décembre au 15 février).
"Le taux de disponibilité des centrales nucléaires a atteint 78,5% en 2010 contre 78% en 2009", a ajouté EDF. 


Source: Enerzine 11 Janvier 2011


Sinon, pour le WANO, à part ça:


Le wano est une langue Papoue parlée en Indonésie, dans la province de Papua en Nouvelle-Guinée Occidentale. Ses locuteurs, au nombre de 7 000 (2001), habitent
les hautes terres du centre (wikipedia) (J'ai eu l'occasion d'enregistrer des chants Papous en 2002)


C'est surtout la World Association of Nuclear Operators en ce qui nous concerne, dont font partie Tepco et EDF.






Répondre
P


Bien ! WANO est à suivre...