Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

Ethnobotanique

20 Novembre 2009 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #PLANTES & ETHNOBOTANIQUE

Francis Hallé (ci-contre), botaniste et spécialiste de l'arbre ;  et Pierre Lieutaghi, ethnobotaniste, comptent parmi les figures marquantes de ceux qui étudient les plantes mais aussi les rapports de l'Homme avec les plantes. Je n'oublie pas Jean-Marie Pelt ! J'ai choisi pour vous de vous faire écouter deux émissions de radio (voir les liens plus avant) au cours desquelles Francis Hallé et Pierre Lieutaghi interviennent.

Mais avant cela il n'est pas inutile de revoir les disciplines qui tournent autour des plantes et qui s'attaquent à des segments de connaissance particuliers.
Le mots qui désignent ces disciplines sont composés de racines grecques.
"Ethno" (à l'origine race mais aujourd'hui groupes humains), "phyto" (plante), etc.

La phytochimie étudie la chimie des plantes. Vaste programme ! Plus de 100.000 molécules chimiques sont actuellement répertoriés. Toutes ne viennent pas des plantes, mais une bonne partie.
La chimie des plantes est à distinguer de la phytopharmacologie, qui elle, est l'étude de l'action des molécules chimiques des plantes, pas en soi, mais sur le corps humain. Nuance. Il y a peu, encore 42% des médicaments étaient issus des plantes. Aux molécules chimiques naturelles se substituent assez rapidement des molécules de synthèse réalisées en laboratoire. Cela coûte moins cher que de les extraire des plantes.

L'ethnobotanique s'intéressera à l'usage des plantes dans les groupes humains. Cela ne veut pas dire seulement les tribus lointaines qui vivent de la cueillette et de la chasse dans la forêt primitive. Ainsi, Pierre Lieutaghi, s'est intéressé au savoir sur les plantes dans le sud de la France. Son idée de base est aussi simple qu'efficace : aller dans les hospices et interviewer les personnes âgées pour qu'elles racontent l'usage qu'elles faisaient des plantes dans leur jeunesse. C'est de l'ethnologie et plus précisément de l'ethnobotanique. Une manière aussi de collecter un savoir unique qui va s'éteindre rapidement avec celles et ceux qui l'ont vécu. 
Des plantes pour jouer, pour faire de la musique, pour manger, pour se soigner, pour ressentir une ivresse, pour honorer les morts (à ce propos, dans des scépultures d'il y a 100.000 ans on a retrouvé des bluets et des jacinthes sauvages sur les corps). La phytothérapie, elle, étudie les soins à base de plantes.
On peut continuer à loisir en segmentant les domaines de recherche. Si l'on parle d'ethnophytopharmacologie, on s'intéressera à l'usage des plantes en tant que médicament dans les différentes cultures. Etc., etc.

Alors que les plantes sont indépendantes d'autres espèces (autotophie), elles capturent seules le carbone, l'eau et l'énergie solaire pour faire des sucres.  l'Homme est quant à lui dépendant des plantes (hétérotrophie).

Francis Hallé fut d'abord moniteur de voile aux Glénans avant d'être diplômé de la Sorbonne et de l'université d'Abidjan et de devenir botaniste et biologiste. Ancien Professeur de botanique à l'Université de Montpellier, il est spécialiste de l'écologie des forêts tropicales humides, de l'architecture des arbres, et grand défenseur des forêts primaires (c’est-à-dire les forêts jamais exploitées par l'homme qui ne représenteraient plus aujourd'hui que 5 à 10 % des forêts de la planète).

Francis Hallé intervient au niveau de l'étude comparative de la plante et de l'Homme. Dans son "Eloge de la plante", il entre dans le vif du sujet et montrant que la plante est en bien des points supérieures...à l'Homme. On croit son propos outrancier, provocateur, mais au fur et à mesure de la lecture de cet ouvrage dérangeant, on se rend compte que - du point de vue de l'adaptation et de la résistance aux variations terrestres - les végétaux nous battent à peu près dans tous les domaines !

Le mieux est de leur laisser la parole, ils vous parleront de tout cela mieux que je saurais le faire.

Francis Hallé et Pierre Lieutaghi (médiathèque de Montpellier)
(à télécharger)

Extrait des archives du magazine de l'environnement "Terre à Terre" diffusé sur France Culture et animé par Ruth Stegassy tous les samedis de 7h05 à 8h :

A écouter directement :

Francis Hallé parle de l'arbre

---

Exemple de thèmes abordés dans un séminaire ethnobotanique (édité dans Ruralia) :

Ethnobotanique du domaine européen. Séminaire 2001

Musée-Conservatoire ethnologique de Haute-Provence
Danièle Musset et Pierre Lieutaghi
Table des matières
 
Texte Intégral

Le Prieuré de Salagon (Mane, 04), ethnopôle régional de Haute-Provence, musée conservatoire ethnologique, lieu d'étude et de documentation tourné vers les relations sociétés/nature, a mis en place depuis une quinzaine d'années plusieurs jardins consacrés à des thèmes majeurs de l'ethnobotanique et de l'ethnohistoire en rapport avec la flore.

Le projet d'établir à Salagon un séminaire annuel axé sur l'ethnobotanique française prend enfin corps, grâce au soutien pour 2001 de la Mission du patrimoine ethnologique et du Conseil régional PACA. Sont donc prévues quatre journées d'étude (vendredi 30 mars 2001, vendredi 22 juin 2001, vendredi 28 septembre 2001 et vendredi 16 novembre 2001), dont deux sont complétées d'une sortie sur le terrain, illustrant les aspects naturalistes de la discipline (samedi 23 juin 2001 et samedi 29 septembre 2001). Ce séminaire est appelé à se prolonger sur les années à venir autour de problématiques qui seront précisées au cours de l'année 2001.

La thématique centrale est l'ethnobotanique du domaine européen, avec une visée plus particulière sur le domaine méditerranéen. Le séminaire est ouvert à toute personne disposant déjà de bases en ethnologie et/ ou en botanique, ou motivée par un projet de recherche personnel, dans tous les cas impliquée par un investissement prioritaire dans les thématiques abordées au cours des journées.

Les participants doivent s'inscrire à l'ensemble des journées d'étude, les deux sorties sur le terrain, le samedi, étant facultatives. Les frais d'hébergement éventuels sont à leur charge.

Vendredi 30 mars 2001 : Histoire de la discipline. Questions d'épistémologie et de méthodologie

9h30 : Introduction générale (Annie-Hélène Dufour, maître de conférences à l'Université de Provence et Danielle Musset, ethnologue)

10h00 : L'ethnobotanique, « un carrefour des sciences naturelles et des sciences humaines » ? Faut-il être botaniste pour faire de l'ethnobotanique ? (Pierre Lieutaghi, ethnobotaniste)

11h00 : L'ethnobotanique au regard de l'ethnologie. Les champs de l'ethnobotanique aujourd'hui (Danielle Musset)

14h30 : Une histoire de l'ethnobotanique au Muséum national d'histoire naturelle : les structures, les idées (Bernadette Lizet, ethnologue, et Serge Bahuchet, ethnobiologiste)

15h30 : La recherche des variétés locales de plantes cultivées : questions de méthode, à partir de quelques exemples en France (Philippe Marchenay, ethnobiologiste)

16h30 : Discussion générale

Vendredi 22 juin 2001 : L'ethnobotanique du domaine français et ouest-européen. Panorama de problématiques de recherches et de terrains.

La situation actuelle des savoirs traditionnels relatifs au végétal en France. L'enquête de terrain est-elle encore possible ? souhaitable ? Comment la justifier ? (Pierre Lieutaghi)

Les inventaires de savoirs et d'usages. Les usages du végétal, Morvan et Bourgogne (Capucine Crosnier, ethnologue). À propos d'une enquête sur les plantes en Luberon (Magali Amir, ethnobotaniste). L'ethnobotanique et l'ethnohistoire : convergence pour comprendre l'économie traditionnelle dans la haute montagne savoyarde (Brien Meilleur, anthropologue). Traiter le châtaignier-en-personne : pour revisiter Haudricourt (Lucie Dupré, ethnologue)

Problématique de l'origine du savoir. Tradition écrite, tradition orale en Europe. Les sources (Pierre Lieutaghi)

La question de l'identité vernaculaire et de l'identité savante : les noms populaires chez les botanistes français (Georges Métailié, ethnobiologiste, historien des sciences)

Ce séminaire est complété par une sortie sur le terrain le samedi 23 juin, sous la conduite de Pierre Lieutaghi. Prévoir un pique-nique.

Vendredi 28 septembre 2001 : L'ethnobotanique méditerranéenne

Les contingences générales du milieu végétal méditerranéen (Benoît Garrone, botaniste)

Les sources savantes (grecques, latines, arabes) et la tradition orale. Unité des milieux, ressemblances et divergences des savoirs.

Quelques aspects des recherches contemporaines dans quelques pays méditerranéens. (Intervenants et communications à confirmer)

Ce séminaire est complété par une sortie sur le terrain le samedi 29 septembre.

Vendredi 16 novembre 2001 : La relation actuelle au monde végétal

Les nouveaux usages de la cueillette

Les fleurs dans les pratiques funéraires, du rameau toujours vert à la rose en plastique, une continuité ?

Pierre Lieutaghi propose de faire une intervention sur le cyprès (avec une visite éventuelle du cimetière de Mane)

La plantes dans les nouveaux recours de santé.

La traduction du savoir savant du XXe siècle à travers les nouveaux livres de recettes et son influence sur la connaissance traditionnelle.

L'enquête ethnopharmacologique comme source d'une nouvelle médecine végétale populaire. (Intervenants et communications à confirmer)

---

Danièle MUSSET, Ethnologue, Directrice du Musée-Conservatoire de Salagon

Pierre LIEUTAGHI, Ethnobotaniste, Responsable scientifique des jardins de Salagon

Musée-Conservatoire de Salagon, 04300 Mane, France

Pour citer cet article :
Référence électronique

Danièle Musset et Pierre Lieutaghi « Ethnobotanique du domaine européen. Séminaire 2001 », Ruralia, 2000-07, [En ligne], mis en ligne le . URL : http://ruralia.revues.org/document211.html. Consulté le 20 novembre 2009.




Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article