Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

Bioéthanol, biocarburants, agrocarburants : les énergies de la honte - in Nature(s) Paul Keirn

7 Septembre 2011 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #ENVIRONNEMENT MONDIAL

bioethanol sur toute la misere du monde Bioéthanol, l'énergie de la honte.

Personnellement et après enquête, si je vois une cheminée au «bio»éthanol chez des amis, j'aurais l'impression d'une flamme à la mémoire de tous les morts de faim du monde pour le plus grand profit des multinationales pétrolières et agro-alimentaires.

_____________________A utiliser pour un suivi de ce thème après lecture de cet article___________________

biofuelwatch qui assure le suivi de tout ce qui se passe dans ce domaine (entre autres les violations des droits humains liées à la production d'agrofuels en Amérique latine) Le bulletin paraît quasiment tous les jours et on peut abonner gratuitement et participer au site. http://tech.groups.yahoo.com/group/biofuelwatch/

(Merci à Odile de nous l'avoir communiqué !)
 

Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
2011 62 52 70 45 57 68 38 33 46 20    
2010 80 107 79 82 70 64 69 51 49 67 70 61
2009 64 47 48 83 68 63 51 64 55 90 114 65
2008 157 138 155 231 84 68 94 61 70 74 56 61
2007 48 74 85 96 108 84 103 134 143 171 174 157
2006           11 4 20 51 33 36 49

_______________________________________________________________________________________________________

Personnellement et après enquête, si je vois une cheminée au «bio»éthanol chez des amis, j'aurais l'impression d'une flamme à la mémoire de tous les morts de faim du monde pour le plus grand profit des multinationales pétrolières et agro-alimentaires.

Aujourd'hui quand on voit « bio » notre a priori est positif. Naïfs que nous sommes ! Les multinationales ne reculent hélas devant rien. C'est le cas de la production de cet éthanol auquel on a accolé pour mieux nous tromper le qualificatif de « bio ».

« Bio »éthanol dans les réservoirs de nos voitures, « Bio »éthanol dans les cheminées sans conduit dont les pub nous rebattent les yeux, cette énergie qui n'est pas nouvelle devient peu à peu concurrentielle face à un pétrole dont le prix du baril ne cesse globalement d'augmenter.

 

Le « Bio »éthanol est tout sauf bio. Il contribue au pire des scénarios du réchauffement global de l'atmosphère, l'effet de serre, avec les conséquences climatiques dont nous sommes témoins chaque jour (montées des eaux, météo chaotique, etc.).

 

De plus et aussi grave immédiatement, sa production engendre un surcroît de misère dans le monde : les multinationales du pétrole passent des accords avec les gouvernants peu scrupuleux pour occuper les terres cultivables (pots de vin à la clé), ce qui produit un renchérissement des produits alimentaires et donc une famine accrue dans les populations avec toutes les conséquences que l'on peut imaginer : émeutes de la faim, déstabilisation politique. Des pays qui le plus souvent ne sont pas en état d'assurer une auto-suffisance alimentaire à leur population. Lamentable !

manifestation faim

Explorons ensemble ce que l'on sait aujourd'hui du « bio »éthanol.

 

C'est aussi l'occasion de (re)prendre conscience qu'une « produit » n'est pas bio en soi : il l'est (ou pas) par ce que la chaîne de production l'est ou non. C'est valable pour l'électricité comme pour le bioéthanol. Il faut prendre en compte l'ensemble des étapes d'une production.

 

Au départ, un vrai matraquage publicitaire pour des cheminées d'intérieur fonctionnant au bioéthanol. Vous les avez sans doute vue aussi. Attrayant. Intéressant et respectueux de l'environnement ? Il faut voir, s'informer : le coût ? La pollution potentielle non seulement de l'appartement, mais aussi du reste du monde ; d'où ça vient ? N'est-ce pas nocif pour la santé (une « cheminée sans conduit » ! A priori pas terrible).

 

Internet permet de se faire rapidement une opinion. Comme toujours je commence par Wikipédia, l'encyclopédie collaborative, pas toujours parfaite mais où chaque définition fait l'objet de débat entre les intervenants. Que dit Wiki ?

 

Je regarde « biocarburant », paragraphe bilan sociaux-économique :

 

« la production d'agrocarburants augmente la demande de produits agricoles, avec deux effets principaux :

> déplacement éventuel de la production, de l'alimentation vers l'industrie, dont certains estiment que cela pourrait provoquer une hausse des prix alimentaires, voire une pénurie alimentaire, avec des conséquences sociales ;

> augmentation de la demande de terres cultivées : hausse des prix, mise en culture de désert (pour les espèces oléagineuses envisagées dans ces zones), déforestation, …

 

Certains, comme Jean Ziegler, ancien rapporteur de l’ONU pour le droit à l’alimentation, considèrent que toute production agricole doit, par principe, être alimentaire, pour maintenir des prix les plus bas possible, au risque sinon de graves conséquences sociales.

40912030 ziegler ap 203

En proposant à l’ONU un moratoire de cinq ans sur la production des biocarburants, il avait affirmé que « consacrer des terres agricoles fertiles à la production de denrées alimentaires qui seront ensuite brûlées pour fabriquer du biocarburant constitue un crime contre l’humanité ».

 

Cela commence fort ! Un crime contre l'humanité !?

 

Creusons.

 

Le Monde diplomatique (14 avril 2008) :

« Des émeutes de la faim ont secoué ces derniers jours l’Egypte, le Maroc, l’Indonésie, les Philippines, Haïti — où elles ont fait au moins cinq morts et abouti à la chute du gouvernement —, ainsi que plusieurs pays africains : Nigeria, Cameroun, Côte d’Ivoire, Mozambique, Mauritanie, Sénégal, Burkina Faso... Si l’Afrique est particulièrement vulnérable, c’est parce qu’elle subit la «destruction systématique de ses agricultures vivrières», dénonçait Jean Ziegler, rapporteur spécial de la commission des droits de l’homme des Nations unies pour le droit à l’alimentation

 Emeute de la faim en Egypte Emeute de la faim en Egypte, avant le soulèvement de 2011

Il est sûr que dans un monde déjà en proie à la famine le fait de consacrer des terres pour fabriquer l'essence de nos voitures ou celles de nos cheminées fait dresser les cheveux sur la tête. Pour nous, en France métropolitaine, la part du budget des ménages qui va à l'alimentation se situe entre 12% et 18% selon les catégories sociales, un peu plus en outremer. Dans les pays sous-développés c'est évidemment le principal poste, les besoins de base pour survivre : boire et manger.

 la-tortilla-victime-du-boom-de-l’ethanol Emeutes de la faim au Mexique, après le renchérissement de 40% du prix du maïs.

« Stephan Tangermann, directeur de l’agriculture à l’OCDE tempère cette analyse car il estime qu'il est « très difficile de mesurer le pourcentage de tous les facteurs sur la hausse des prix » cependant il précise que « Ce qui est sûr, c’est que 60 % de la hausse (en quantité) de la demande mondiale en céréales et huiles végétales entre 2005 et 2007 était due aux biocarburants » (2005-2007, période de l'explosion des prix des denrées alimentaires dans le monde).

arton5690-d9d64 Emeutes de la faim en Afrique

Cette hausse peut se répercuter sur le prix d'autres produits agricoles. Les experts de la Deutsche Bank estiment que cela sera le cas pour la viande bovine (le bétail est nourri au maïs). En Allemagne, où 16 % des surfaces de cultures sont actuellement destinées à la production d'agrocarburants, le prix du malt à doublé en 2006, entraînant une hausse du prix de la bière. »

 

Je relis un passage de Wikipédia où les propos de Jean Ziegler, le sociologue suisse, sont rapportés :

Ziegler « Jean Ziegler, ancien rapporteur de l’ONU pour le droit à l’alimentation, considèrent que toute production agricole doit, par principe, être alimentaire, pour maintenir des prix les plus bas possible, au risque sinon de graves conséquences sociales. En proposant à l’ONU un moratoire de cinq ans sur la production des biocarburants, il avait affirmé que « consacrer des terres agricoles fertiles à la production de denrées alimentaires qui seront ensuite brûlées pour fabriquer du biocarburant constitue un crime contre l’humanité ».

 photo 1282202218971-7-2diaporama480x338

D'ores et déjà, il va de soi que je ne mettrais pas d'éthanol dans le réservoir de mon véhicule et encore moins dans une cheminée décorative !

C'est même dans ces conditions tout à fait lamentable de parler de « bio »-carburant alors qu'ils sont pourvoyeurs de famine et de mort. En cherchant un peu, je retrouve les propos de sites assez militants au langage qui rappelle les années de la culture « maoïste » en France dans les années 70.

 

Kokopelli (à découvrir si ce n'est pas fait), une association qui mène des actions exceptionnelles de lucidité pour les agriculteurs du monde (diffusion de semences notamment pour les paysans pauvres du tiers monde) utilise toujours un langage qui, loin de convaincre, repousse les lecteurs qui sont à convertir, parlant « des flammes rouges du sang des pauvres » dans les cheminées à bioéthanol et de « nécroéthanol » (de « necro », mort en grec, inverse de « bio »). Sans doute aussi vrai que maladroit, mais les infos (toujours à recouper) sont intéressantes :

 

« Bilan négatif de l'éthanol

 

C'est d'ailleurs dans l'Iowa (à Goldfield et Nevada), en allant filmer des usines de production d'éthanol, que nous avons pu obtenir des chiffres précis quant au bilan énergétique de ce carburant végétal.

Voyez avec nous le désastre. L' usine de Goldfield transforme tous les ans 450 000 tonnes de maïs (pour produire 190 millions de litres d'éthanol) mais, pour ce faire, elle brûle tous les jours 300 tonnes de charbon (qui arrivent par camion de bien loin) et elle relâche benoîtement du CO2 dans l'atmosphère. Cela fait tousser les écologistes! Surtout avec 200 centrales de ce type qui se profilent à l'horizon aux USA. Le charbon, c'est pas très propre mais le gaz est tellement cher: alors certains envisagent de faire tourner les centrales d'éthanol au bois. Quitte à ce que les forêts des USA brûlent de sécheresse, autant les faire brûler dans les usines d'éthanol. Le problème restant que les forêts qui brûlent sont souvent situées à des milliers de kilomètres.

Tentons d'esquisser un bilan (provisoire) de la centrale de Goldfield dans l'Iowa. Pour produire 1 litre d'éthanol, il faut transformer 2,37 kilos de maïs, brûler 500 grammes de charbon et utiliser 4 litres d'eau. »

Cela vaut le coup de s'arrêter, non pas sur les chiffres, mais sur ce qu'il convient d'appeler « bio ». Pour savoir ce qui est « bio », il faut toujours considérer l'ensemble du processus qui conduit au produit et ce que devient le produit. Notre regard change alors sur les produits que l'on pare du qualificatif "bio"

 

http://www.amisdelaterre.org/Les-agrocarburants-affament-le.html

Les agrocarburants affament le monde

« .../..."Aujourd’hui, des millions d’hectares de terres agricoles sont confisqués pour nos voitures et des millions d’humains poussés à la famine.

carte-de-la-vente-des-terres-pour-faire-des-agrocarburants.jpg
En orange, les pays qui vendent des terres agricoles via des multinationales pétrolières ou agro-alimentaires ; en vert, les pays acheteurs, souvent des pays émergents.

Nous avons voulu dénoncer ce scandale ignoble avec une pompe à essence et un sac de maïs que nous avons poussés dans les rues de Dax. Trois d’entre nous représentaient trois continents : l’Afrique, les Amériques du sud et centrale et l’Asie.

Des millions de tonnes de nourriture sont détournés vers les moteurs de nos voitures, au lieu de nourrir des humains.

Des millions d’hectares de terres agricoles sont confisqués, des millions d’hectares de forêt sont détruits pour cultiver soja, maïs, palmiers à huile, colza, canne à sucre pour alimenter... nos moteurs.

Les agrocarburants détruisent des vies et la planète.

Pendant que certains d’entre nous distribuaient plusieurs centaines de tracts (voir en bas de page), les autres scandaient des slogans comme "Le riz pour l’Asie pas pour les pompes !", "Le maïs pour le Mexique pas pour les pompes !", "Les agrocarburants affament le monde !", "Le monde a faim, banques complices !".

Très bonne réaction des gens sur le marché »

...

Très bonnes précisions sur le site suivant :

http://www.scienceshumaines.com/le-retour-des-emeutes-de-la-faim_fr_22389.html

Quelles sont les raisons de ces augmentations massives du prix des denrées alimentaires?

La première explication avancée porte sur les biocarburants. Les cultures nécessaires à leur fabrication entrent en concurrence avec les produits agroalimentaires, réorientent la production vers les produits non alimentaires (soja, palmier à huile) ou détournent de l’alimentation ces produits (comme dans le cas du maïs), entraînant ainsi une flambée des prix. Le 8 mai 2008, devant le Council on Foreign Relations à New York, John Lipsky, numéro 2 du FMI déclare ainsi que «les estimations du FMI indiquent que l’augmentation de la demande pour les biocarburants compte pour 70% dans la hausse des prix du maïs et pour 40% dans celle des graines de soja». Concernant la hausse des prix du riz, «des estimations préliminaires indiquent que les restrictions à l’exportation et les achats qui en découlent comptent pour environ 50% de la récente augmentation des prix».

La faute aux biocarburants ?

La moyenne mondiale de consommation de viande de volaille est ainsi passée de 2 kilos par an et par habitant en 1960 à 10 kilos aujourd’hui, soit une croissance annuelle de 190 grammes sur la période. Le développement de la consommation de porc en Asie et d’agneau et de mouton au Moyen-Orient suit la courbe de l’émergence des États de ces régions. Or il faut en moyenne 5 kilos de protéines végétales pour produire 1 kilo de protéines animales : les cultures alimentaires végétales sont détournées vers la production de viande au lieu de servir directement à l’alimentation.

La troisième cause majeure renvoie au fonctionnement d’ensemble du système alimentaire mondial. Depuis la fin des années 1970, celui-ci s’est orienté vers un abandon généralisé des cultures vivrières au profit d’un système planétaire marchand de circulation des produits alimentaires. Marcel Mazoyer et Laurence Roudart en ont parfaitement décrit le mécanisme dans leur ouvrage sur l’Histoire des agricultures du monde : «Les agriculteurs des pays en développement ont alors réduit ou délaissé les cultures vivrières destinées à la vente, afin de consacrer une part croissante de leurs forces aux productions tropicales d’exportation (…). Ainsi se sont formées ou confirmées de grandes spécialisations agroexportatrices : café, thé, cacao, tabac, arachide, coton, ananas, banane, etc. (…) Le recul relatif des cultures vivrières destinées à la vente, alors même que la demande urbaine ne faisait qu’augmenter, a plongé beaucoup de pays en développement dans une dépendance alimentaire croissante ». Les importations de céréales en Afrique ont été multipliées par cinq depuis 1965 tandis que la production locale était divisée par deux.

 

RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/article/20070924.OBS6314/les-agrocarburants-aggraveraientle-rechauffement-climatique.html

Les agrocarburants aggraveraient le réchauffement climatique

 

Selon une étude internationale, la plupart des agrocarburants contribueraient plus au réchauffement climatique que les énergies fossiles en raison du protoxyde d'azote dégagé par l'agriculture intensive.

 

Un groupe de chercheurs, parmi lesquels le Prix Nobel de chimie Paul Crutzen, affirme, dans une étude publiée dans la revue Atmospheric Chemistry and Physics Discussions, que les agrocarburants pourraient, en fait, contribuer au réchauffement climatique au lieu de le limiter.

Les auteurs se sont en effet penchés sur les émissions de protoxyde d'azote (N2O) qui seraient produites pour fournir la matière première des agrocarburants. Or, ce N2O contribuerait, à quantité égale, 296 fois plus à l'effet de serre que le dioxyde de carbone (CO2).

Personnellement, si je vois une cheminée au «bio»éthanol chez des amis, j'aurais vraiment l'impression d'une flamme à la mémoire de tous les morts de faim du monde.

-o0o-

biofuelwatch qui assure le suivi de tout ce qui se passe dans ce domaine (entre autres les violations des droits humains liées à la production d'agrofuels en Amérique latine) Le bulletin paraît quasiment tous les jours et on peut abonner gratuitement et participer au site. http://tech.groups.yahoo.com/group/biofuelwatch/

(Merci à Odile de nous l'avoir communiqué !)
 

Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
2011 62 52 70 45 57 68 38 33 46 20    
2010 80 107 79 82 70 64 69 51 49 67 70 61
2009 64 47 48 83 68 63 51 64 55 90 114 65
2008 157 138 155 231 84 68 94 61 70 74 56 61
2007 48 74 85 96 108 84 103 134 143 171 174 157
2006           11 4 20 51 33 36 49

bioethanol sur toute la misere du monde


-o0o-

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article