Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

Le patron de PSA, Carlos TAVARES, a des doutes sur le choix de la voiture électrique...

2 Décembre 2018 , Rédigé par Paul KEIRN

Le patron de PSA, Carlos TAVARES, a des doutes sur le choix de la voiture électrique...

"Qui traite la question de la mobilité propre dans sa globalité ? Comment est-ce que nous allons produire plus d’énergie électrique propre ? Comment faire pour que l’empreinte carbone de fabrication d’une batterie du véhicule électrique ne soit pas un désastre écologique ? Comment faire en sorte que le recyclage d’une batterie ne soit pas un désastre écologique ? Comment trouver suffisamment de matière première rare pour faire les cellules et les chimies des batteries dans la durée ? Qui aujourd’hui est en train de se poser la question de manière suffisamment large d’un point de vue sociétale pour tenir compte de l’ensemble de ces paramètres ?"
Carlos TAVARES - Président de PSA

Les déclarations de Carlos TAVARES, président du groupe PSA (Groupe PSA (acronyme de Peugeot société anonyme) est un constructeur automobile français qui exploite les marques automobiles Citroën, DS Automobiles, Peugeot, ainsi que Vauxhall et Opel). C'est dire que ces propos ne sont pas anodins. La journaliste Florence LAGARDE, d'autoactu.com

Libération précise : "Les propos rapportés par autoactu.com (et repris dans la citation circulant sur Internet) sont une retranscription fidèle au mot près à ceux du patron de PSA. Florence Lagarde, auteure de l’article d’autoactu, et directrice de la publication du site, nous a fait parvenir un enregistrement de l’échange qui nous a permis de nous en assurer".

"La citation n’est donc pas inventée. En revanche, elle agrège, parfois dans un ordre différent, plusieurs déclarations, donnant l’impression d’une longue et unique tirade, là où il s’agit en fait de différentes réponses à plusieurs questions. Mais le sens n’en est pas altéré."
Lire la suite sur Libération :

Voici donc les déclarations du patron de PSA :

"Jusqu’à présent on vivait dans un monde, certes imparfait, mais avec des réglementations neutres vis-à-vis des différentes technologies avec des seuils à respecter sur les différents polluants". Carlos Tavares décrit là une logique qui permettait aux constructeurs de "faire la différence sur une trouvaille technologique, une innovation pour atteindre ces seuils pour le coût le plus bas et l’efficacité la plus forte".

Or, depuis 2 ans, dans le sillage du "Dieselgate" les gouvernements ont pris des positions de plus en plus radicales qui changent la nature des réglementations. "On est en train d’évoluer vers un monde où on nous instruit d’aller dans la direction du véhicule électrique", a dit Carlos Tavares.

Si la feuille de route de PSA qui prévoit que 50% de la gamme sera électrifiée en 2020 et 80% en 2023 montre qu’il n’a pas d’état d’âme en tant que dirigeant, il s’en inquiète "en tant que citoyen" : "Qui traite la question de la mobilité propre dans sa globalité ? Comment est-ce que nous allons produire plus d’énergie électrique propre ? Comment faire pour que l’empreinte carbone de fabrication d’une batterie du véhicule électrique ne soit pas un désastre écologique ? Comment faire en sorte que le recyclage d’une batterie ne soit pas un désastre écologique ? Comment trouver suffisamment de matière première rare pour faire les cellules et les chimies des batteries dans la durée ? Qui aujourd’hui est en train de se poser la question de manière suffisamment large d’un point de vue sociétale pour tenir compte de l’ensemble de ces paramètres ?"

La réponse de PSA à ces questions ? "Je ne vous la donne pas parce qu’en tant que constructeur automobile je ne suis pas un acteur crédible", nous a répondu Carlos Tavares. "Mon avis est absolument inaudible", a-t-il déploré.
Cet emballement mondial contre les motorisations thermiques et la suspicion sur l’ensemble de l’industrie automobile vont se retourner contre les citoyens estime Carlos Tavares qui résume ainsi sa pensée : "We are clean, the world is crazy, and it’s going to backfire on the citizen".

"Toute cette agitation, tout ce chaos, va se retourner contre nous parce que nous aurons pris de mauvaises décisions dans des contextes émotionnels, pas suffisamment réfléchies et pas avec suffisamment de recul", a dit le patron de PSA. "Le fait qu’on nous donne l’instruction d’aller dans une direction qui est un choix technologique qui appartient aux autorités c’est un gros tournant". "Je ne voudrais pas que dans 30 ans on ait découvert les uns et les autres quelque chose qui n’est pas aussi beau que ça en a l’air sur le recyclage des batteries, l’utilisation des matières rares de la planète, sur les émissions électromagnétiques de la batterie en situation de recharge", a-t-il ajouté. 

Outre d’éventuelles conséquences sanitaires qui ne sont pas prises en compte, il y aura également en Europe des conséquences économiques à l’arrêt des véhicules thermiques. 
"Pendant un siècle les Chinois ont couru après le moteur à combustion interne en versant des royalties à l’occident. Là, ils ont trouvé le point de rupture et maintenant ils prennent le lead sur le véhicule électrique qui est le symétrique pour le prochain siècle de ce qu’ils ont vécu au cours du précédent", a dit Carlos Tavares.
Florence Lagarde

De quoi réflechir !...

Paul KEIRN

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article