Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

Gilets jaunes - JOUR 43 : de l'acte VII à l'acte 176

29 Décembre 2018 , Rédigé par Paul KEIRN

Gilets jaunes - JOUR 43 : de l'acte VII à l'acte 176

Et les éditorialistes vieillissants d'orner les plateaux pour dire qu'ils ne comprennent pas ! 
Les choses sont pourtant simples :

1. LES PREMIÈRES DÉCISIONS MACRON SONT INSUFFISANTES pour sortir de la précarité

Les gilets jaunes et de nombreux commentateurs n'acceptent pas - pour solde de tout compte - les décisions de Macron : fausse augmentation du Smic (pas pour tous et sous forme de prime), annulation de la hausse de la CSG pour les retraités (annuler une hausse à venir n'est pas améliorer un quotidien dégradé) et prime que l'on sort de la poche des patrons).
LE COMPTE N'Y EST PAS car ces mesures ne font pas sortir de la précarité toute un population du bas de la classe moyenne et des plus démunis.

2. DÉBATTRE OUI, MAIS PAS UN DÉBAT TRUQUÉ

Les gilets jaunes sont prêts à discuter dans le cadre d'un "Grand débat national" MAIS ils ne veulent pas revivre ce qu'ont vécu les syndicats lors de la réforme de la loi travail : un mascarade de démocratie où ils ont exposé leurs revendications. Point ! Et où Macron a décidé tout le contraire. CELA NE MARCHERA PAS COMME ÇA !

3. TROIS PRÉALABLES NON NÉGOCIABLES POUR DÉBATTRE à la fois pour avoir des mesures durables et tester la réelle volonté de débattre.

En conséquence, les gilets jaunes imposent comme garantie d'une vraie volonté du gouvernement de négocier, la réalisation de trois mesures : la réindexation des retraites sur le taux d'inflation (sinon les retraités vont d'appauvrir d'année en année), le très symbolique retour de l'ISF, par principe et pour prévenir toute flambée des prix du pétrole, l'instauration de la TICPE flottante.

4. UTILISER LES MÉDIAS : L'ESSENTIEL EST D'ÊTRE VU

Concernant les médias, un bien mauvais combats pour les gilets jaunes : il faut comprendre que les médias, dirigés par de riches capitalistes, sont pris entre la marteau et l'enclume : ils participent malgré eux au combat des gilets jaunes en focalisant tous les regards vers ce combat (10 heures d'antenne pour rendre compte des manifestations c'est du jamais vu et les Gilets jaunes devraient comprendre que le mouvement s'appuie largement sur cette médiatisation.

ALORS PEU IMPORTE QUE LES PLATEAUX SOIENT HYPER-CRITIQUES A L'ÉGARD DU MOUVEMENT : L'ESSENTIEL EST D'ÊTRE VU !

Les médias sont des "alliés objectifs" sur la base d'intérêts divergents : le "spectacle de la rue" est une marchandise qui permet de conserver l'audience et donc de vendre de la pub à meilleur prix.

 

 

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article