Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

Gilets jaunes - JOUR 23 - Dim. 9/12/2018 : Macron apaise ou Macron déclenche le pire

10 Décembre 2018 , Rédigé par Paul KEIRN Publié dans #INDIGNé(e)S, #Macron

Gilets jaunes - JOUR 23 - Dim. 9/12/2018 : Macron apaise ou Macron déclenche le pire

Dimanche 9 décembre – 23H37

Il est évident Macron n'est pas stupide et à compris ce que veut une majorité de français, notamment des classes moyennes et des travailleurs pauvres.
Les 15 maires de tous bords en ont rajouté une couche lors de leur entretien de vendredi soir avec Macron.

Compte tenu du personnage et de sa psychologie, je pense qu'il cherche ce qui va calmer, apaiser, tout en reculant un minimum et finalement sans changer de cap. Et qui pourtant, "en même temps" et au moins dans son idée, ne sera pas considéré comme une provocation. Faire le faux modeste, l'humble, ne compensera pas faiblesse possible des mesures annoncées.

Son erreur est sans doute de croire que l'on peut encore jouer dans la subtilité, sans répondre à ce que toutes les listes de doléances demandent.
Franchement et bien que je ne le souhaite pas, je crains le pire.

Une journée dans l’attente : mais on sait désormais que Macron parlera lundi à 20H00.
C’est la seule certitude du jour. Un vrai tournant dans la révolte des Gilets jaunes. Et dans la vie de Macron. 



Soit il apaise avec des mesures fortes immédiates (retour de l’ISF, augmentation du Smic, suppression de la CSG sur les retraités) et des mesures fortes à plus long terme : proportionnalité à l’Assemblée nationale, annulation sine die de toutes les augmentations prévues jusqu’en 2022, etc.,etc.

Soit il adopte des demi-mesures et il déclenche une violence et des blocages aptes à mettre la France à feu et à sang. Avec comme final la grève générale.
Les rumeurs élyséennes ne sont pas rassurantes… (voir plus bas)
Le reste de l’actualité à été consacré à la casse, à son rejet ou sa justification.

D’inquiétantes « fuites » sur les propositions de Macron.

Mais déjà, comme d’habitude, quelques « fausses fuites » tentent de sonder l’opinion : La ministre du travail, Muriel Pénicaud, a annoncé (à 17H36 sur LCI) qu’il n’y aurait sans doute pas de coup de pouce au Smic : «Un coup de pouce au Smic, on sait que ça détruit des emplois, donc ce n'est pas la bonne méthode ». Il sera rehaussé comme prévu de 1,8 % , sans « coup de pouce » et sans les 200 ou 300 € attendus par les Gilets jaunes...

Un autre « bien placé » , je n’arrive pas à savoir qui, aurait annoncé qu’il ne serait pas question de revenir sur l’ISF ! Alors que 75 % des français déclarent ne pas apprécier sa suppression.

Malgré la réunion de vendredi soir à l’Elysée au cours de laquelle15 maires de France ont dit ses quatre vérités à Macron, y compris « ils voient votre tête sur une pique », il ne semble pas que Macron ait dans l’idée de s’engager vers une rupture de sa politique actuel. Je le sens rester dans le « on garde le cap ».

Faux sondage risible, à la demande de la République en marche (vers le chaos)

«Et si les Gilets jaunes  passaient de la rue aux urnes? Un sondage réalisé les 5 et 6 décembre dernier, commandé par LREM ! et réalisé par l'institut Ipsos*, que le JDD s'est procuré, a testé l'hypothèse d'une liste aux couleurs des "Gilets Jaunes" aux élections européennes. Si l'élection avait lieu dimanche prochain, une telle liste recueillerait 12% des voix. Loin derrière une liste En Marche-Modem (21%), mais en course pour la deuxième place. La liste du Rassemblement national est en effet créditée de 14%. Contre 13% pour Europe Ecologie-Les Verts, 11% pour les Républicains et 9% pour la France Insoumise.… »

S’il y avait une liste Gilets jaunes aux européennes, c’est à plus de 30 % qu’elle écraserait les partis politiques traditionnels, dont plus personne ne veut entendre parler. Un sondage commandé par les macroniens en panique.

D’autres gilets jaunes en Europe !

En Belgique surtout, avec des motivations assez proches de GJ français. Alors qu’aux Pays Bas et au Danemark la révolte est principalement centrée sur l’immigration. En Bulgarie et en Serbie, le niveau de vie fait partie des revendications. Là où il y a des gilets jaunes en Europe, la mobilisation est cependant très faible par rapport à la France

Au total

Les impressions du jour et notamment le teasing macronien, les fausses fuites, ont toutes les raisons d’inquiéter : je n’imagine même pas le déchaînement de violence si Macron se contente de décisions dérisoires en réaffirmant qu’il « garde le cap ». Comme je le disais vendredi dernier, je pressentais que la violence serait plus intense que jamais en Province.

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article