Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

Gilets Jaunes JOUR 16 2eme éd. - L'absence de recul sur les taxes engendre l'Acte IV

3 Décembre 2018 , Rédigé par Paul KEIRN Publié dans #INDIGNÉ(E)S!, #Macron

Gilets Jaunes JOUR 16 2eme éd. - L'absence de recul sur les taxes engendre l'Acte IV

Alors que Macron pouvait annoncer la décision de geler, voire annuler, les surtaxes sur les carburants prévues au 1er janvier 2019, l’homme sans recul s’est contenté d’une itinérance dans le Paris caillassé sous les huées des riverains et de quelques « macron démission ». Quelques uns applaudissent. On se demande bien quoi ?

Ce qui est fou, c’est que Macron n’est vraiment pas fin politiquement. Ou plutôt, sa détermination à ne pas reculer le rend stupide politiquement.
Car il sera contraint de reculer et il reculera d’autant plus qu’il attend. Rendez-vous ici dans quelques mois !

Le 26 mai 2018 , sur Natures, vous pouviez lire l'annonce d'un "grand burn out social" (voir en fin d'article). On y est !

La réunion, au résultat tant attendu, n'a pas pondu l'état d'urgence, mais a accouché d'une souris : "une rencontre avec les chefs des différents partis d'opposition, la Maire de Paris et quelques gilets jaunes".

Macron n’a toujours pas compris que la balle était dans son camp et qu’il devait annoncer de quoi calmer la colère, la rage, la haine du peuple en gilet jaune, qui a déjà exprimé mille fois ses besoins pendant trois semaines ! Il n’y a rien à discuter. 

Mais l’homme sans recul continue d’espérer qu’en temporisant, en « laissant pourrir » il trouvera le joint pour réussir à imposer ses lois et ses vues sans la moindre concession. Considérable erreur !
« La priorité absolue, c’est de rétablir l’ordre au sens sécuritaire et républicain », confie-t-on à l’Élysée. 
Aux yeux des gilets jaunes et de tout le peuple en soutien, ce n’est pas la priorité.

François Ruffin, pour sa part, est venu délivrer un message qui évoque l’assassinat du Président !
Rapportant des phrases de gilets jaunes du style « il va finir comme Kennedy » souvent prononcées sur les ronds-points. 
Je n’avais personnellement pas osé en parler, mais il est vrai que partout, de la part de personnes habituellement calmes, j’ai entendu des dizaines de fois « ce salaud, il faudrait le tuer ». Et pas seulement sur les ronds points. Au coin de la rue au marché, chez le boulanger, partout ! Et beaucoup de femmes parlent ainsi. Impressionnant. Je n’avais jamais soupçonné que la haine populaire puisse aller si loin. Mais à entendre les responsables des « colis alimentaires » qui se disent débordés, je comprends cette haine. Que l’on puisse avoir faim ou froid (15 % des français), en France, en 2018, est juste intolérable.

L’entourage du chef de l’état concède, hors micro, hors caméra, que « ce mouvement reçoit un soutien massif de la population, on comprend très bien que ce soutien est motivé par une attente sociale ». Oh « une attente sociale » ! Diantre ! 
Il faudra que, malgré moi, j’aille prendre en photo le visage de ces femmes âgées que j’ai vu les larmes aux yeux, le regard lointain, dire « j’ai travaillé toute ma vie pour en arriver là, c’est une honte », le cabas rempli mais la rage au cœur. Ce n’était pas en 1945, c’était avant-hier.

Il n’y a guère de la pauvre girouette Benjamin Blaise Griveaux, ex-conseiller de Strauss-Kahn pour l’association « A gauche en Europe », qui depuis s’est rallié à Macron, pour dire «On a dit que nous ne changerions pas de cap. Parce que le cap est le bon". Il est bien le seul à l’affirmer, tout en étant le dernier à croire aux inepties qu’il profère. Lui aussi bouffera son chapeau.

C’était ce matin qu’il fallait annoncer la suppression de la nouvelle hausse de janvier sur les carburants. C’était une journée charnière. Et le résultat est là :

« Une des représentantes conviées à Matignon fait du moratoire sur les taxes « un préalable » aux discussions. ». Evidemment ! 
« un acte IV de la mobilisation est déjà programmé par des Gilets jaunes, appelant sur les réseaux sociaux à une nouvelle manifestation sur les Champs-Élysées samedi prochain »
« La place Beauvau et les forces de l’ordre envisagent toutes les possibilités, dont une interdiction pure et simple ».

Dommage de laisser passer une telle opportunité. Mais l’Acte IV est désormais enclenché.

A SUIVRE

Paul KEIRN

Clic - Article du 26 mai 2018 

"Ce qui est sûr, c’est que Macron, ce petit comptable napoléonien, Robin des Rois, à la botte des banques et nantis, qui tente de modeler la France à marche forcée vers une sorte d’immense entreprise rentable, une "startup-nation", omettant juste de ses calculs la dimension humaine, ne pourra pas longtemps continuer ainsi, avant que le peuple n’éclate les dents de son arrogance par une grève générale, un burn-out social d’envergure.  Il manque juste la date."
.../...
Les européens ne veulent plus souffrir du capitalisme mondial, de la dictature de l’argent. Ne plus souffrir d’un niveau de vie qui baisse, des taxes, des taxes, des taxes, qui n’en finissent plus de marquer, comme des bleus, la vie quotidienne. Plus souffrir d’urgences hospitalières où l’on meure d’attendre, de maisons de retraite aux pratiques vétérinaires, d’agriculteurs qui travaillent à perte avant de se pendre. Ne plus souffrir de la peur de vivre dans des ghettos hors droit où le trafic de drogue sert de calmant aux jeunes « seulement français sur le papier », parmi lesquels certains lorgnent vers la pureté utopique d’un islam médiéval. Avec maintenant des grandes surfaces et des tabacs qui instituent le prêt au-delà du 20 du mois, quand les comptes bancaires sont déjà dans le rouge. Et que l’on doit encore manger et consommer du tabac, la drogue légale surtaxée de l’état-dealer. Cette Campagne de Russie du faux-élu providentiel Macron est d’ores et déjà un désastre annoncé.

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article