Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

Gilets jaunes - Jour 4 - Tenez bon !

20 Novembre 2018 , Rédigé par Paul KEIRN

Gilets jaunes - Jour 4 - Tenez bon !

Le combat des #giletsjaunes est totalement légitime : l’accumulation des taxes n’est pas compensée par les quelques miettes jetées en pâture aux plus démunis : +14,24 € d’augmentation du SMIC fin octobre 2018 ! Soit 10 litres d’essence/gasoil ! De quoi parcourir 7,35 Km de plus par jour (sur 20 jours travaillés). Une misère ! Merci Macron ! Même pas : c’est de l’argent pris dans la poche des retraités. Sans parler de toutes les hausses des autres taxes et autres rackets. 



Mais ce n'est pas tout :

COMMENT VOTRE SALAIRE VA ENCORE BAISSER

"La transformation du CICE en réduction de cotisations patronales d'assurance maladie
Le CICE et le CITS, crédit d'impôt de taxe sur les salaires, seront transformés en allègement de charges patronales d'assurance maladie.

Actuellement, les cotisations patronales d'assurance maladie s'élèvent à 13% (taux 2018). En 2019, les employeurs bénéficieront d'un taux réduit de 7% pour tous les salariés qui entrent dans le périmètre de la réduction générale de cotisations patronales ou réduction Fillon.

Les salariés concernés sont les mêmes que ceux qui permettent à leur employeur de bénéficier du CICE ou du CITS. Ce sont les salariés qui gagnent moins de 2.5 fois le SMIC soit 3 746,17€ au taux applicable en 2018.

Cet allègement de charges devrait bien s'appliquer dès le 1er janvier 2019."

Voilà ce qui est prévu

ANALYSE

Faire baisser largement les charges sociales patronales et augmenter dans une moindre mesure votre salaire net, c’est faire baisser votre salaire. Comprenez-vous cela ?

C’est quoi votre salaire ? C’est le revenu « brut chargé ». 
C’est-à-dire votre revenu net + vos cotisations sociales salariales (22%) + les cotisations sociales patronales (+42 % sur le brut).

Exemple :
Pour un salaire net de 1 700 € :

Les charges salariales s’élèvent à 22 % du salaire brut, soit 374 €. Le salaire brut est de 1700 + 341 = 2074 €. Votre contribution est de 374 €

Les charges sociales patronales s’élèvent à 42 % calculées sur le salaire brut. Soit dans notre exemple à 871 €. 
Soit un total des charges sociales (salariales + patronales) de 1245 €
Votre « vrai » salaire en comptant votre contribution sociale et celle de votre patron à la solidarité nationale est de 2 945 €.

C’est dire que lorsque on diminue les charges patronales, on diminue votre salaire (« brut chargé). Si l’on augmente votre salaire net de 300 € et que l’on diminue les charges patronales de 500 €, votre salaire diminue de 200 €. Et vous n’avez rien vu ! Parce que vous n'imaginez pas que les charges patronales font partie de votre salaire. Et que l'histoire des luttes à contraint votre patron à cotiser à la solidarité nationale.

En amputant les charges sociales patronales, on diminue votre couverture sociale, immédiatement et à terme (vieillesse, maladie, chômage, maintenant et demain). L’augmentation de votre salaire net n’a d’autre but que de vous faire consommer au détriment de l’avenir de votre couverture sociale.

Ce salaire « brut chargé », c’est le fruit des luttes sociales pendant plus d’un siècle pour la couverture sociale et la solidarité.

On pourrait, si l’on était dans un système à l’américaine, vous verser 2192 € au lieu de 1200 € mais à charge pour vous de cotiser. Évidemment les moins riches ne pourraient pas cotiser et se retrouveraient sans couverture maladie, chômage ou vieillesse. Ce sont les 20 millions de pauvres aux USA. Sans aucune couverture.
 

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article