Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

La lithothérapie est-elle une science ? (ou une bonne arnaque pour les gogos ?!)

24 Février 2018 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #MIEUX CONSOMMER !, #SANTE PUBLIQUE, #SCIENCES, #DEFENSE DES CONSOMMATEURS

La lithothérapie est-elle une science ? (ou une bonne arnaque pour les gogos ?!)

Dans de nombreuses expositions, style New Age, on rencontre des stands de « lithothérapie » dont les marchands vantent les mérites de santé de leur pierres et autres cristaux.
 

Là où cela devient intéressant c’est quand certains auteurs tentent d’accorder un caractère scientifique à une approche qui n’a jamais apporté aucune preuve scientifique (ne me parlez pas de la cousine du neveu de votre père qui s’est guérie, pitié ! Cela n’a aucune valeur)
 

Un certain M. Robert Blanchard a écrit un long texte « la lithothérapie, une science ? » qui tente d’expliquer le caractère scientifique de cette prétendue thérapie par les pierres (et cristaux).
 

Vous pouvez le lire à cette adresse :
http://ressources-plurielles.com/lithotherapie/

En tant que journaliste scientifique, j’ai annoté ce texte, en gras. Je vous en propose une relecture.

La lithothérapie, une science ?

La lithothérapie peut être une science si elle répond à la démarche expérimentale (observation, hypothèse, protocole de validation de l’hypothèse, expérience permettant de valider ou d’invalider l’hypothèse, publication dans une revue scientifique possédant un comité de lecture composé de scientifiques, possibilité de reproduire le protocole d’expérience par tout chercheur). L’auteur ce texte, un certain Robert Blanchard, va-t-il y parvenir ?

Le pouvoir des pierres naturelles

La thérapie par les pierres, ou lithothérapie, est considérée par certains comme une superstition venue du fond des âges. Personnellement, c’est ce que je crois. Mais en laissant la place à un doute, car la science n’a pas tout découvert.

Cependant, grâce aux travaux sérieux et rigoureux d’un docteur en philosophie des sciences, Robert Blanchard, la lithothérapie vient notamment de gagner en explications scientifiques.

Le problème c’est qu’on ne trouve nulle part la biographie de cet auteur pourtant prolifique. Je vais joindre sa maison d’édition pour savoir ce qu’il en est et disposer de sa biographie. C’est ça le travail du journaliste. Peut-être qu’il s’agit d’un pseudo ou qu’il n’a pas les diplômes qu’il prétend avoir. A suivre...

la lithothérapie vient notamment de gagner en explications scientifiques.
On va voir si cette prétention est validée.

Comme pour les plantes, on sait empiriquement que les pierres ont des effets sur l’homme.
NON, désolé on ne sait pas empiriquement si les pierres ont ou non un effet sur l’homme, autre que placebo. C’est d’ailleurs l’objet de son article que de le démontrer. Les plantes ont quant à elle des effets, c’est sûr.

 

Mais la plupart des savoirs traditionnels sur le pouvoir guérisseur des pierres sont aujourd’hui enfouis, presque introuvables. Admettons, mais pas sûr. C’est pourquoi la pratique moderne de la lithothérapie doit s’appuyer sur une connaissance fondé et scientifique pour être perçue comme adapté à une démarche de soin. Voilà une volonté d’approche scientifique.

 

Entre géologie et minéralogie, alchimie, oligothérapie et médecine énergétique, entre recherche de la pierre philosophale et pratiques anciennes datant de l’homme des cavernes, le lithothérapeute semble être un métier d’érudit. Pas forcément, la démarche scientifique s’abreuve d’observation, d’hypothèse, d’un protocole reproductible pour valider ou invalider l’hypothèse, etc. Donc pas forcément un "érudit".

 

La première chose à savoir est qu’un lithothérapeute sérieux ne fait pas de magie (bonne approche, sinon on reste dans la croyance aveugle), il travaille selon les propriétés physiques et chimiques des pierres (Admettons), leurs fréquences et leurs qualités «vibratoires»

Ah là on déraille en considérant sans le démontrer que les pierres ont des « fréquences » (?) et des « qualités vibratoires » (?). A mes yeux et jusqu’à preuve du contraire, les pierres n’ont pas de fréquence, (sauf en spectroscopie) ni de « qualités vibratoires ». Sinon il faut m’indiquer comment on mesure ces qualités vibratoires ? En quelle unité de mesure ? Comme toujours, c’est à celui qui affirme d’apporter la preuve.

 

ainsi que leurs implications. Cette démarche demande de solides notions historiques, culturelles et des savoirs divers tels que la chromothérapie, médecine énergétique, et bien d’autres savoirs complémentaires à la médecine occidentale.

 

Les pierres ne sont pas des corps inertes. Malgré leur apparence de stabilité moléculaire et d’immuabilité, les pierres sont comme tous les corps de l’univers : elles se caractérisent par des constantes physiques comme la masse (oui), la chaleur (non, elles ont la température de l’air ambiant), la radioactivité (oui, plus ou moins, notamment la bétafite), l’électromagnétisme (non, ce mot, ici ne veut rien dire scientifiquement).

 

Ce sont aussi, comme tous les éléments de la nature, des centrales énergétiques (non ce ne sont pas des centrales énergétiques !) faites d’atomes et d’électrons (évidemment, comme tout). Et c’est grâce aux électrons qu’elles échangent des ions avec les corps voisins (oui, elles peuvent par exemple s’oxyder), et dans le cas présent nous sommes voisins (voisin ?).

 

Toutes les pierres évoluent ainsi constamment en manifestant des oxydations, des réductions, des transformations en d’autres corps (les transmutations naturelles sont rares ! On peut transformer le carbone en diamant, mais à quelle pression !)…

 

Les lois de ces échanges sont décrites par la chimie physique oui. Les combinaisons d’éléments chimiques contenus dans les pierres sont aussi variées qu’il y a de pierres différentes.

 

Au delà de cette réalité technique, ce marché (ah oui c’est un bon marché pour les charlatans et les naïfs) se complaît dans le mythe (oui), les abus (oui, oui), les valeurs notables et les effets de mode (trois fois oui). S’appuyer sur un professionnel bien intentionné pour mieux comprendre leurs propriétés physico-chimiques est souvent vivement recommandé (justement, on se le demande)

 

Les scientifiques ont démontré que chaque pierre interagit avec l’extérieur par des échanges ioniques, thermiques, électromagnétiques ou encore radioactifs

 

STOP ! Chaque fois que vous lisez « les scientifiques ont démontré que » vous pouvez affirmer que vous êtes en présence d’une arnaque à la science, d'une pseudo-science. Les vrais scientifiques citent la source de leur affirmation. Il devrait être écrit « Machin et Truc, de l’université Untel, ont récemment publié un article dans la revue scientifique XXX N°zz, date, page xx, qui tend à démontrer que...»

 

Pourquoi ? Parce que cela vous permet de lire cet article, de trouver la source de cette démonstration. De regarder si les articles publiés dans cette revue sont soumis à un comité de lecture composé de scientifiques et lesquels.

 

en fonction de la plus ou moins grande présence d’aluminium, de lithium, d’iode, de brome, de silice, de nitrate, de potassium, éléments chimiques qui constituent le tableau du chimiste Mendeleïev.

 

Là encore, on voit la faiblesse scientifique de celui qui écrit : la silice (dioxyde de sillicium) et les nitrates (sels de métaux) ne font pas partie des corps simples figurant dans la table de Mendéléev ! Mais le pire est hélas à venir...

 

Depuis les travaux du Prix Nobel français Louis de Broglie sur la mécanique ondulatoire, il est admis que tous les objets matériels peuvent être définis par deux formes : une forme corpusculaire qui décrit leur apparence matérielle, et une forme ondulatoire.

 

AIE AIE AIE !

Là on tombe très bas ! Ce ne sont pas les « objets matériels » qui peuvent être décrits à la fois en termes corpusculaire et ondulatoire : c’est la lumière ! Ce qui effectivement la preuve de cette double nature qui a valu le Nobel de physique à Louis de Broglie (prononcer « de breuil ») en 1929.

 

En partant d’une affirmation totalement fausse, les conclusions ne peuvent qu’être erronées :

Chaque corps peut ainsi être vu sous l’angle de la matière ou de sa longueur d’onde. Par exemple, le fluor a une longueur d’onde de 977 cm, le chlore de 565 cm et l’iode de 214 cm.

 

Les longueurs d’onde recueillies par les spectromètres se mesurent sur la réflexion de la lumière sur un corps quelconque (une pierre par exemple) : les pierre n’émettent pas de lumière elles-mêmes (sauf si elles sont phosphorescentes)!

 

Qui plus est la longueur d’onde de la lumière réfléchit par l’objet choisi se mesure en nanomètre et non en centimètres !

 

La longueur d’onde réfléchie par le fluor éclairé est de 821,5 nanomètres, et non de 977 cm ! Celle du chlore présente des raies spectrales à 146, 148 nanomètres et non 565 cm !

 

Tous les éléments d’une composition chimique ont leur fonction d’onde et c’est cette dernière qui transporte l’énergie des éléments (cela n’est valable que pour la lumière!) C’est de cette manière que les pierres vont échanger avec nous l’information qu’elles recèlent (eh bien non!). Pour cela elles empruntent le chemin des canaux ioniques. (les canaux ioniques ne fonctionnent pas comme ça. Ce sont des protéines membranaires qui laissent passer (ou pas) des ions chimiques (sodium, potassium, etc.)). 

 

Arrêtons là l’étude du texte qui, déjà, présente tant de contre-vérités qu’il ne présente plus aucun intérêt scientifique et ne saurait constituer une démonstration du caractère scientifique de la lithothérapie. Les seules émissions d’ondes que peuvent présenter les pierres sont celles de la radioactivité. Et l’on sait que cela constitue un danger, dont malheureusement Marie Curie a été victime, comme bon nombre de travailleurs de l’atome.

 

Une très saine lecture sur les arnaques à la science et les dangers de la lithothérapie :
http://menace-theoriste.fr/lithotherapie-1/
sans oublier les arnaques sur les pierres elles-mêmes :
http://www.julia-boschiero.com/les-pierres-trafiquees-ou-contrefaites-les-plus-courantes/

Bref, la lithothérapie a encore à apporter la preuve de ce qu’elle affirme pour se parer du mot « science ».

 

SPECTROSCOPIE - SPECTROGRAPHIE

 

Quant on lance un faisceau de lumière "blanche" (qui contient toutes les longueurs d’ondes) sur un prisme, celui-ci diffracte la lumière, c’est-à-dire étale toutes ses composantes en fonction de leur longueur d’onde (vibrations plus ou moins rapides), comme ci-dessous. La lumière n’est visible par l’oeil humain qu’entre 380 et 720 nanomètres (millionième de millimètre).
 

On peut interposer un corps quelconque entre la source de lumière et le prisme : soit en traversant la matière (solution de sel ou d’iode, un cristal, par exemple), on parle alors de spectrographie par absorption.

Soit en faisant se réfléchir la lumière sur un objet (la surface d’une pierre), on parle alors de spectrographie par « émission » (reflet)

Ici, le réseau de diffraction est l'équivalent d'un prisme.

Ni la cuve contenant de la matière à étudier, ni le cristal du second exemple n'émettent quoi que ce soit : ils sont éclairés.

Dans les deux cas, la matière éclairée ne restitue pas tout le spectre lumineux : elle marque certaines longueurs d’onde (disparition ou décalage de fréquences par exemple). Ce sont ces modifications spectrales qui définissent les composant de la matière, qui "signent" la matière et permettent son identification. Idem pour l’analyse de la lumière des étoiles...

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Merci pour ces échanges complétés par des notions scientifiques. Je n’y ajouterai qu’une remarque. Le corps composé de substances minérales, l’apport (par nutrition ou injection) de l’un de ces éléments chimique, sous forme solide ou liquide constitue un plus souvent assimilable dont l’incidence ne peut être nulle, qu’elle soit positive ou négative pour la santé. Chacun sait l’importance du calcium. Cette « chimie » n’est plus, il est vrai, du simple contact. Merci à l’intervenant qui a signalé le placebo comme forme de « soin ». Et, merci au geologue en lequel tous les autres doivent se reconnaître.
Répondre
P
Merci pour votre commentaire. Vous avez raison d'insister sur les minéraux, mais sous forme assimilable par le corps humain.
N
Concernant M. Blanchard et ses écrits, peut-être que c'est ce monsieur défini dans la BnF? par contre je ne vois vraiment que des écrits à tendance "phylosophique" ou "tantrique"<br /> <br /> https://data.bnf.fr/fr/12267922/robert_blanchard/
Répondre
P
Oui, j'ai regardé et en effet le Blanchard de la BNF est centré sur la philosophie. S'agit-il du même qui s'égare dans la lithothérapie ? Je n'ai pas eu le temps de vérifier cela. Je vais regarder.
J
Bonjour, on ne peut être que d'accord avec votre article. Malgré je tenais à souligner 2 points. Le premier, que vous balayez de la main un peu rapidement c'est l'effet placebo, qui lui est un réel phénomène qui n'est plus à démontrer scientifiquement. Et dans le même ordre d'idée la croyance de manière générale à une existence bien réelle. Des milliards d'individus croient à des dieux qui n'ont pourtant aucune existence scientifique. Mais ces croyances ont pourtant des effets considérables sur l'ensemble du globe. Et deuxième point, tout les phénomènes n'ont pas d'explications rationnelles ou scientifiques, certains échappent à la science, et finalement c'est heureux (de mon point de vue). Mais encore une fois sur le fond je vous donne raison, la lithotherapie ne repose sur aucune scientifique, et il est important de dénoncer ceux qui le laisse croire
Répondre
P
Je suis d'accord : nous avons tous nos faiblesses et il est bon de les connaître. Le rituel apaise, c'est sûr. Même non fondé sur la science. Et nous avons droit à nos infantilismes pour autant que cela ne nuit pas à autrui. Si un rituel fait du bien et remplace les tranquillisants dont les médecins nous abreuvent, tant mieux ! C'est une forme d'autonomie retrouvée. Ce que je n'accepterais jamais, c'est que certains exploitent la faiblesse des autres à des fins lucratives.
J
Ce que je tenais à dire finalement, c'est que l'homme est ce qu'il est, qu'il soit infantile, croyant, naïf, criminel... Il en va ainsi, et quand bien même on peut légitiment regretter un manque de connaissances et tenter de tendre vers l'excellence, il faut aussi admettre ces faiblesses. À titre personnel, je crois à la lithotherapie, cela ne repose sur rien bien sûr, si ce n'est le fameux effet placebo. Mais ce qui est finalement le rituel qui accompagne cette pratique, de l'ordre de la méditation, m'est utile. Après je vous accorde volontiers que l'on peut s'abstenir des pierres pour cela, mais il y a des choses qui dépassent la raison, comme un acte infantile, il faut l'admettre. Par contre, d'un point de vue scientifique cette fois ci, ma culture géologique et minéralogique progresse à grande vitesse, et finalement c'est peut être là l'essentiel. Encore merci pour votre article
P
Jean, nous sommes d'accord ! Presque<br /> Evidemment, avec la lithothérapie, on nage en plein effet placebo. Tout comme dans la plupart de ces approches où les "vibrations" (totalement incomprises) servent de support à des explications pseudo-scientifiques pour des gens qui ne demandent qu'à croire et n'ont aucun bagage scientifique. L'effet placebo n'était pas l'objet de l'article. Il s'agissait de savoir si la lithothérapie était une science, sur la base d'un texte tentant d'en faire la démonstration. L'effet placebo, fait partie des effets de la croyance. Et il est bien réel. La croyance dans des projections célestes de personnalités dotées de pouvoir appelées dieux fait hélas partie de ces croyances qui hantent le monde et au nom desquelles se commettent les pires crimes depuis l'aube de l'humanité. Croire en un dieu ou plusieurs dieux est - à mes yeux - d'un pitoyable et dramatique infantilisme. Que tout cela échappe à la science est "heureux", dites-vous. Et là, je ne peut être d'accord. Je ne suis pas un scientiste béat et il y a bien encore des choses inexpliquées. Il faut être modeste par rapport à notre niveau de connaissance. Cependant, je cherche à ce que les lecteurs ne soient pas les victimes d'arnaqueurs qui jouent sur leur naïveté, qui exploitent leur peu d'étude, pour leur soutirer de l'argent, avec des explications pseudo-scientifiques.<br /> Quand, par exemple, ces charlatans adjoignent le mot "quantique" à n'importe quoi pour faire savant, alors que cela n'a aucun sens. D'autres encore, parlent de "nettoyage du code génétique". Mais toujours pour VENDRE des prestations. Ce sont des escrocs !<br /> Le pire est que des gens meurent à cause de ces charlatans : préférant essayer des effets placebo, ils renoncent à des médicaments qui ont fait leur preuve, même s'ils sont produits par des multinationales pourries : ce qui est souvent le cas des laboratoires pharmaceutiques.
K
Tout est Vibrations dans l'Univers.<br /> C’est un fait.<br /> Tout est lié. <br /> CF la Théorie du Champ Unifié de Nassim Haramein.<br /> Pourquoi le règne Minéral dérogerait il à cette Loi ?<br /> Au plaisir de discuter avec vous.
Répondre
P
Bonjour !<br /> Comme toujours, toutes les idées, toutes les hypothèses sont les bienvenues.<br /> Il reste -comme toujours en Science - à enn faire la démonstration expérimentale et que celle-ci soit reproductible par d'autres chercheurs. C'est cela la démarche scientifique. Celle, la seule, qui permet d'avancer dans la compréhension du monde qui nous entoure. <br /> Le fait que tout soit vibration et énergie dans l'univers n'est pas un scoop. NH raconte que l'on peut utiliser cette énergie atomique inépuisable et il a raison : la fission nucléaire (bombe atomique) a permis de voir (hélas) la quantité d'énergie qui existe dans quelques kilos d'uranium instable transformé en chaleur et rayonnements électro magnétiques divers et variés. Il en va de même avec la fusion, telle qu'elle se déroule dans le soleil ou dans les nouvelles centrales en développement. Donc rien de bien nouveau. En revanche, on connaît désormais assez bien les quatre énergies fondamentales qui existent dans l'univers (taper "quatre forces fondamentales" dans Google search) et là vous verrez que certaines d'entre elles sont limitées dans la distance sur laquelle elles exercent une influence. Ce qui fait que tout ne baigne pas dans la même énergie. On baigne tous dans la force électro magnétique et gravitationnelle, en revanche la force qui relie les quarks, les électrons, les protons s'exerce sur des distances pas même microscopiques mais bien plus petites encore. <br /> Concernant les minéraux ils échangent peu d'énergie : ils peuvent être radio-actifs en émettant des particules. S'ils ne le sont pas, ils n'émettent rien. Toute forme d'énergie se mesure et est le fruit d'une transformation. Si elle ne peut être mesurée, elle reste du domaine de l'hypothèse. Et de l'expérimentation pour prouver son existence. Nous ne savons toujours pas ce qu'est vraiment la force gravitationnelle. C'est le plus grand mystère scientifique auquel nous sommes aujourd'hui confrontés. On en mesure les effets mais on n'en connaît pas la nature (hormis l'existence hypothétique du "graviton").<br /> Quant aux élucubrations new age sur les prétendues connaissances des civilisations disparues, je pense qu'il y a tout lieu de faire une croix dessus : on n'est plus dans le même domaine. On passe de la science à la croyance. Dire que tout est énergie et que tout est dans tout est à la portée de n'importe quel abruti. Cela ne permet pas d'avancer, dans aucun domaine. Distinguez bien la science (méthode scientifique) des croyances. Quand NH parle de la paix dans le monde par l'usage de la force potentielle qui existe dans la matière (voir Einstein, c'est mieux), il rêve et j'aimerais partager son rêve. Hélas, depuis que la force atomique a pu être utilisée, elle n'apporte un mieux que dans la médecine des pays riches. <br /> Bien à vous<br /> Paul
M
Merci pour vos réponses... effectivement les 2 principales pierres, au sens de la classification minérale, que l'Homme mange naturellement au quotidien sont :<br /> - le sel marin NaCl + autres éléments<br /> - l'eau H2O + autres éléments<br /> A partir de ces constats, nous pouvons alors envisager le thermalisme, qui consiste à utiliser des eaux riches en minéraux divers, peut aussi être de la lithothérapie au sens d'utilisation de pierres (du grec lithos) pour améliorer sa santé... même si c'est écrit nulle par ;-)<br /> <br /> Que pensez-vous de cette approche et ouverture d'esprit ? :-)
Répondre
P
Vous dites "la lithothérapie "énergétique" a fait son trou depuis la fin des années 80, c'est ce qui fait vendre des pierres et elle demande aucun effort intellectuel, tout le monde peut dire ce qu'il veut !!!". Cela est monstrueux vous en conviendrez.<br /> <br /> Vous savez, le but de NATURES est de permettre à toutes les personnes curieuses de se faire une opinion fondée, de permettre de rejeter les arnaques pseudo-scientifiques qui visent le portefeuille. Et elles sont nombreuses. L'esprit critique parfois ne suffit pas : il faut du temps pour analyser les sources, lire de la documentation ou des études scientifiques. Ce temps, je le consacre pour celles et ceux qui n'ont pas le temps mais qui souhaitent savoir. <br /> Faites moi parvenir un texte sur paul.keirn@gmail.com, que je sache ce que vous souhaitez vraiment.<br /> Bien à vous<br /> Paul KEIRN<br />
M
Effectivement je vous rejoins complètement, la lithothérapie "énergétique" est une fumisterie et je revendique une lithothérapie "scientifique" et "pragmatique" qui explique les effets physico-chimiques des pierres sur les métabolismes du corps humain.<br /> Cependant la lithothérapie "énergétique" a fait son trou depuis la fin des années 80, c'est ce qui fait vendre des pierres et elle demande aucun effort intellectuel, tout le monde peut dire ce qu'il veut !!!<br /> <br /> Si ma démarche vous inspire, nous pourrions nous entretenir afin d'enrichir votre article.
P
Vous semblez défendre le thermalisme et c'est bien dans l'ensemble, mais je ne vois que des inconvénients à tenter de vous rapprocher de ce qui n'est en rien une science, la lithothérapie. La lithothérapie prétend à tort que les minéraux émettent des ondes, ce qui est totalement faux (hormis les roches radioactives). Votre intérêt est au contraire de vous éloigner de cette fausse science, d'autant que dans le thermalisme on peut faire des études scientifiques sur les effets des minéraux dissous dans l'eau sur le corps humain. C'est un peu comme si un astronome voulait se rapprocher d'un astrologue !
M
Bonjour et merci pour cet article...<br /> Pour élargir ce sujet, j'aurai 2 petites questions pour vous : <br /> - quelles sont les seules 2 pierres que l'Homme mange naturellement ?<br /> - le thermalisme est-il, pour vous, de la lithothérapie ?<br /> Merci pour vos réponses.
Répondre
P
Bonjour ! Et merci de votre contribution.<br /> Avant de répondre (ou tenter de) à vos questions, en me référant à mes études en géologie, le terme de "pierre" me gêne un peu. Normalement on parle de "roches" : le granite est une roche, le sable également. On peut se reporter à wikipédia, aux termes roche et minéral, cela fait gagner du temps<br /> Concernant les roches que l'on absorbe couramment, je pense (sans trop creuser le sujet) au calcaire de l'eau du robinet et au sel gemme. On peut aussi soigner pas mal d'inflammation en consommant de l'argile verte, autre roche. Comme le font d'ailleurs tous les grands primates.<br /> Le thermalisme ne rentre pas dans le champ de la lithothérapie telle qu'elle se définit elle-même. Sur aucun site concernant le port ou la détention de minéraux j'ai n'ai vu le terme thermalisme. Le thermalisme ne peut que faire du bien : reste à savoir comment pondérer ces bienfaits : dans tous les cas, se reposer en se faisant masser, baigner, pouponner "soigne". La chaleur des boues, le renforcement de la circulation du sang ne peuvent qu'améliorer l'état général. N'oublions pas que la peau est (heureusement) imperméable.<br /> Concernant l'ingestion d'eaux minérales, nous retombons dans le domaine de la chimie du corps humain. L'impact est difficilement quantifiable et ne peut prétendre tout soigner.<br /> Voilà en première approche ce que je peux dire. Ai-je répondu à vos questions ?