Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Natures Paul Keirn NATURES, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ

MACRON le mépris du peuple : le start-uper, le journalier et le fainéant.

5 Octobre 2017 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #Indignés !, #INDIGNé(e)S

MACRON le mépris du peuple : le start-uper, le journalier et le fainéant.

De semaine en semaine la philosophie du locataire de l’Élysée se précise. Au point qu'aujourd’hui on peut cerner avec une assez grande précision les trois catégories de français qui existent dans la pensée du « jamais-élu » de la nation avant d’être président (Un « stage » de maire ou de conseiller municipal lui aurait pourtant évité d’être un justement qualifié de « hors-sol »).

 

Les jeunes actifs diplômés entreprenants.

 

Alors, trouvent grâce aux yeux de Manu-la-Houpette (26 000 € de frais de maquillage lors de sa campagne présidentielle) les en-tre-pre-neurs.

Celles et ceux qui vont de l’avant, qui osent, qui entreprennent. Jeunes, diplômés de l’École des Hautes Études Commerciales, HEC, voilà le vrai sang d’une nation du XXIe siècle. Les start-upeurs, même sans diplôme, sont eux aussi les bienvenus car ils osent se lancer. Et pendant ce temps là ils ne sont pas chômeurs. Première catégorie donc, les jeunes actifs diplômés entreprenants. Le must importé de l’american way of life, le modèle américain.

Les autres se répartissent en deux catégories : les fainéants illettrés et les courageux journaliers :

 

Les fainéants illettrés

 

Les ignares, les sans diplôme (les sans-dents, ah non c’est pas lui), bref les « illettrés » (http://urlz.fr/5UGH),

 

 

ce sont ces boulets, « ce peuple » (http://urlz.fr/5UHM qu’il congédie d’un revers de la main) « qui détestent les réformes »,

 

 

ces malades plus ou moins vrais qui coûtent cher, ces vieux qui n’investissent même pas leur bas de laine dans les actions du CAC 40, ces « riens » qui touchent le RSA, la CMU qu’on va contraindre à prendre un emploi à la Free ou à la Lidl comme dans les merveilleux JobCenter Allemands. Ce sont les fainéants illettrés. Les « riens ».

 

Les journaliers

 

Le travailleur qui, bien qu’illettré, est méritant pour Macron est celui qui prend l’offre d’emploi proposée. Il ne choisit pas, il ne fait pas la fine bouche : il veut travailler, il est courageux et donc il est respectable. Et surtout il est MOBILE (http://urlz.fr/5UHs « Au lieu de foutre le bordel », ils feraient mieux d’aller regarder s’ils ne peuvent avoir des postes là-bas » ; des emplois disponibles à proximité (proximité dans le lexique macronien signifie entre 150 et 300 Km).

 

 

La mobilité symbolisée par la gare. Une gare...C’est tellement beau : "c’est là que l’on croisent ceux qui réussissent et « ceux qui ne sont rien » http://urlz.fr/5UHT

 

 

Avez vous trouvé le modèle idéal de l’actif non diplômé, non entreprenant, pour Macron : c’est le journalier ! C’est le vendangeur, un journalier payé à la journée.

C’est l’idéal : il n’a pas de maison (et ne risque pas d’en avoir une) donc il est mobile, il accepte des « CDI de projet » (feu les CDD).

Bref, c’est un travailleur nomade, précaire et non syndiqué.
Maaaah Angela quel bonheur !

Et vous alors ? Etes-vous un jeune actif diplômé entreprenant, un fainéant ou un journalier ? Ou...un "pas encore journalier" ?

 

Paul KEIRN

 

 

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article